La politique scientifique de Sciences Po Aix. Entretien avec son Directeur, le Professeur Rostane Mehdi

Après avoir soutenu sa thèse de droit à l’université de Rennes I en 1994, Rostane Mehdi enseigne en qualité de maître de conférences à la Faculté de Droit et de Science politique de Rennes avant d’obtenir son agrégation de droit public en 1996. Successivement Professeur des universités à Aix-Marseille III, Aix-Marseille Université, puis à Sciences Po Aix, il est Professeur invité au Collège d’Europe depuis 2002. Auteur d’un très grand nombre d’ouvrages et d’articles scientifiques, Rostane Mehdi est spécialiste du droit de l’Union européenne et a participé à de nombreuses missions d’expertises, nationales et internationales, sur l’organisation de la recherche, la simplification du droit ou pour le compte de la Mission Union pour la Méditerranée en tant que membre du groupe « Droit et justice » nommé par le Président de la République. Fondateur de l’école doctorale des juristes méditerranéens et du réseau européen Droit de l’espace de liberté – Sécurité et Justice, il a dirigé le CERIC [1] de 2003 à 2009 puis le DICE [2] de 2009 à 2015. Directeur de Sciences Po Aix depuis 2015, le Professeur Rostane Mehdi revient pour notre blog sur la politique scientifique qu’il a conduite au sein de cette Institution.

 

Merci de nous recevoir sur le site de Saporta situé face à la cathédrale Saint-Sauveur, en plein cœur de la ville d’Aix – en – Provence. Vous êtes arrivé à Sciences Po Aix en 2015. Quelle était la situation de la recherche et comment l’avez-vous appréhendée ? 

 

J’ai pris la direction de Sciences Po Aix dans un contexte de crise aiguë, doublée d’une crise de sens pour ce qui concernait plus particulièrement la recherche. Celle-ci était organisée sous la forme d’une équipe d’accueil pluridisciplinaire, le CHERPA [3], au sein de laquelle travaillaient les historiens, les politistes, les sociologues, les économistes et les juristes de l’établissement. Cette équipe appréhendait des sujets très variés mais à une échelle qui a rapidement montré ses limites.

Ce constat fût l’un des élements initialement pris en compte pour dessiner le nouveau projet d’établissement, dont la mise en œuvre supposait que toutes les dimensions de ce qui fait une grande école en sciences sociales soient embrassées.

S’agissant de la recherche, j’ai d’abord souhaité souligner et renforcer le lien qu’elle entretient avec l’enseignement. Loin de correspondre à une expression vide de sens, le lien formation-recherche me paraît être, tout au contraire, un élément matriciel de ce que doit être un établissement d’enseignement supérieur et de recherche. Pour le dire autrement, j’ai la conviction qu’il n’y a pas d’enseignement supérieur de qualité qui ne se nourrisse d’une recherche vigoureuse, elle-même alimentée par le dialogue que les enseignants-chercheurs entretiennent avec leurs étudiants.

J’ai également considéré que mon rôle était de faire en sorte que les chercheurs et chercheuses de cet établissement puissent déployer leur activité dans les meilleures conditions possibles.

 

Vous avez orienté la mise en œuvre de la politique scientifique de l’établissement selon plusieurs axes stratégiques. Comment ont-ils émergé et quels sont-ils ?

 

En effet, nous sommes Sciences Po Aix, c’est à dire une Institution ancrée sur un territoire, avec une histoire propre et un certain nombre de singularités. A ce titre, j’ai toujours pensé que la reconstruction de l’établissement ne pourrait être réalisée qu’en étant bien au clair avec ce qui, sans nous caractériser, peut fonder nos lignes de forces et nos atouts ; à commencer par les sujets inscrits dans la carte génétique de notre établissement et qui ont l’avantage de revêtir des dimensions à la fois pédagogique et scientifique.

Sciences Po Aix est une grande école, située à la jonction des mondes européen et méditerranéen. C’est à la fois une réalité géographique mais également un élément patrimonial de notre maison qui a toujours accueilli des chercheurs et chercheuses interrogeant l’espace méditerranéen sous divers angles et dans diverses dimensions ; religieuse et politique, notamment.

Nous avons également la chance d’être implantés sur un territoire à très haute valeur ajoutée culturelle, raison pour laquelle j’ai porté une attention toute particulière à maintenir dans cette maison des enseignements sur les questions culturelles tout en soutenant des initiatives couvrant cette thématique dans le domaine de la recherche.

Comme souvent, les orientations scientifiques d’un établissement sont aussi le fruit de compétences individuelles et du désir qui en émane de faire prospérer et partager certains objets de recherche. Nous comptons dans nos rangs des scientifiques éminents sur l’Europe, parmi lesquels Dorota Dakowska et Philippe Aldrin ; je suis moi-même Professeur de droit européen au Collège d’Europe. Le champ des études européennes est donc progressivement devenu un axe central de notre politique de recherche.

Enfin, les questions de géopolitique, de défense, de sécurité et de Renseignement occupent une place majeure parmi nos sujets d’expertise. Les travaux de recherche dans ce domaine sont le résultat d’une tradition très ancienne, impulsée dès les premières années de Sciences Po Aix par André Martel puis Jean-Charles Jauffret et perpétuée, aujourd’hui, par Walter Bruyères-Ostells et Nicolas Badalassi. Là encore, ce champ de recherche est particulièrement en phase avec la réalité économique de notre région qui se place au premier rang des régions françaises en termes d’entreprise et d’activités liées à la défense. Cela a d’ailleurs justifié la création de la première chaire sur le Renseignement en France, portée par Sciences Po Aix, en partenariat avec l’Ecole de l’Air et de l’Espace.

 

En somme, les axes stratégiques de notre politique de recherche sont nés d’une rencontre entre les activités individuelles conduites par nos chercheurs et les impératifs globaux portés par notre institution, elle-même partie prenante d’un territoire.

 

Qu’il s’agisse de notre implication au sein des groupements d’intérêts scientifiques Mom [4] ou Euro-lab [5]; de la création de l’UMR Mesopolhis [6], des tutelles que nous exerçons sur les UMR Dice [7] et Amse [8] ; ou, plus récemment, de hébergement de l’Observatoire des publics et des pratiques culturelles [9] sur l’un de nos sites ; ces structures et programmes de recherche ont été soutenus parce qu’ils font sens : ils entrent en cohérence avec notre territoire, avec notre offre de formation et servent, de ce fait, l’insertion professionnelle des diplômés de notre école.

 

Justement, au sujet de l’UMR Mesopolhis, la création de ce laboratoire pluridisciplinaire semble avoir été une pierre angulaire de votre politique de recherche. Elle repose sur une stratégie dite d’umérisation qui apparaît payante puisque celle-ci s’est récemment prolongée par la co-tutelle que l’établissement exerce sur deux autres UMR. Pourquoi avoir fait le choix de ce mode de structuration de la recherche et comment celui-ci a pu être mis en œuvre ?

 

Comme indiqué précédemment, j’ai très tôt considéré que le changement d’échelle de la recherche à Sciences Po Aix relevait d’une urgente nécessité. Réfléchir aux voies et moyens qui nous permettraient de passer d’une simple équipe d’accueil, forme juridique la plus basique d’organisation de la recherche, à une UMR-CNRS fût donc l’objectif à atteindre. Ayant moi-même été directeur d’UMR pendant une dizaine d’année, je n’étais plus à convaincre sur les mérites que l’on associe habituellement au label CNRS. Mais, abstraction faite de ma propre expérience, j’avais le sentiment que l’umérisation était le seul chemin possible permettant de tirer la recherche de Sciences Po Aix vers le haut.

Il n’est sans doute pas anodin, comme vous le souligniez, que nous soyons passés en quelques années d’une petite équipe d’accueil à trois grandes unités mixtes de recherche en sciences sociales, déployant leurs activités aux échelles locale, nationale et internationale.

 

Les efforts humains et financiers que notre établissement consent aux politiques de recherche sont donc très significatifs et font probablement de Sciences Po Aix l’un des Instituts d’études politiques le plus engagé en matière de recherche.

 

Indépendamment de cette vision organique, nous n’avons jamais perdu de vue la nécessité de préserver la pluridisciplinarité qui me paraît être un patrimoine extrêmement précieux. J’ai le sentiment que c’est elle qui forge le caractère des Instituts d’études politiques et elle se concrétise, à Aix, par six disciplines interagissant les unes avec les autres tant dans le domaine de l’enseignement que dans celui de la recherche. Cette pluridisciplinarité en actes n’est probablement pas sans rapport avec les choix qui ont été faits. Ces derniers ont consisté à répondre aux attentes de nos chercheurs en leur apportant les conditions d’un épanouissement scientifique permettant, en retour, de recueillir le meilleur de leur recherche. La création de Mesopolhis est d’ailleurs le fruit d’un processus qui vient de la base ; les historiens, sociologues et politistes composant cette unité ayant travaillé plusieurs mois à ce que pouvait être un projet commun et structurant.

Quant aux juristes et économistes de notre établissement, nous avons fait en sorte qu’ils puissent s’agréger à des équipes existantes au sein des laboratoires DICE et AMSE, portés à titre principal par le CNRS et Aix-Marseille Université. C’était un choix de mes collègues qui s’est révélé particulièrement judicieux pour notre établissement. En rejoignant les équipes du DICE et de l’AMSE, nos chercheurs ont, dès lors, ouvert la voie de l’exercice d’une tutelle sur ces deux grands laboratoires. Par la même occasion, ils ont rendu accessible la perspective pour notre Ecole de renforcer significativement sa place en tant qu’acteur de la recherche sur le site académique et le territoire national. Cette perspective est aujourd’hui atteinte.

 

Pour ce qui est du positionnement de Sciences Po Aix, vous avez initié un certain nombre de partenariats avec de grands acteurs nationaux de la recherche opérant sur le site académique. L’établissement est ainsi membre fondateur de l’initiative d’excellence A*Midex et de l’Institut méditerranéen de recherches avancées (IMERA). Quels sont les objectifs poursuivis par ces différents partenariats publics ?

 

Notre présence dans les instances (de pilotage et de gestion) de ces deux entités traduit une volonté forte de placer notre action au service de la structuration du secteur des sciences humaines et sociales sur le territoire d’Aix-Marseille. Si nous connaissons les limites avec lesquelles nous devons composer, notre Ecole a également des atouts à faire valoir qui m’ont toujours semblé utiles au site académique. Depuis 2015, nous avons donc fait le choix de restaurer des relations solides avec Aix-Marseille Université, partenaire incontournable dans le domaine de la recherche.

A*Midex rassemble un grand nombre d’acteurs [10], dont tous les grands organismes de recherche nationaux du territoire, et récolte les fruits d’une politique de soutien à une recherche et un enseignement d’excellence. Cette fondation fédère 18 instituts d’établissement et deux écoles universitaires de recherche dont l’animation, à laquelle nous sommes associés, renforce incontestablement l’assise territoriale de notre établissement dans tous les champs de la recherche.

Pour ce qui relève de l’Institut Méditerranéen de Recherche Avancée, il s’agit d’une structure ayant vocation à accueillir des chercheurs internationaux dans le but de favoriser l’éclosion d’une recherche très ouverte sur des sujets stratégiques, dont les problématiques méditerranéennes. Cet institut se place dans une stratégie de rupture qui, je dois le dire, nous a particulièrement séduits.  Nous entretenons, en conséquence, des rapports privilégiés avec l’IMERA à travers deux actions importantes : l’organisation du Forum Franco-Allemand de la Méditerranée [11], dont la 6ème édition s’est tenue du 20 au 22 mars cette année, et le co-portage de la chaire Albert Hirschman-Passions identitaires entre Europe et méditerranée [12].

 

 Vous évoquiez, plus tôt, l’implication de Sciences Po Aix au sein des Gis Euro-Lab et Mom (Moyen Orient et mondes musulmans).  Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

 

Figurer parmi les membres qui animent ces grands réseaux nationaux ne manque pas d’intérêt pour notre établissement. Ils sont facteurs de visibilité tout autant que lieux d’échange et de construction de la recherche et des savoirs. Ainsi, et à partir du moment où nous avons opté pour la conduite d’une politique scientifique ambitieuse, il ne fallait déserter aucun espace dans lesquels elle peut se développer, à plus forte raison quand les thématiques concernées correspondent aux axes de notre politique de recherche. J’ajoute que ces participations relèvent d’un système gagnant-gagnant. Elles sont un instrument de rayonnement pour notre établissement en même temps qu’elles offrent à nos chercheurs les moyens de se connecter à des réseaux qui vont venir nourrir leur recherche. Pour ces raisons, nous travaillons actuellement sur la constitution du GIS Esprit – Etudes de Stratégie, Politiques et Relations internationales.

 

Nous vous remercions, Monsieur le Directeur, du temps que vous avez bien voulu consacrer à cet entretien. Il nous a permis de montrer l’étendue de ce qui a été réalisé dans le domaine de la recherche, sous vos deux mandats successifs. Nous souhaiterions le conclure par une question : quel regard portez-vous sur ce bilan ?

 

Au fond, les grands desseins ne s’accomplissent que par notre volonté de construire du commun. Il n’est d’ambition qu’on ne puisse atteindre sans un puissant élan collectif. Au-delà, et si je devais me reconnaitre une part dans ce succès de toutes et tous, elle tiendrait sans doute à ma capacité à soutenir ces talents dont notre bonne Maison ne manque pas.

 

Entretien réalisé par Brunehilde Endelin et Camille Hamentienne, article rédigé par  Brunehilde Endelin et Adrien Châteaureynaud. 

 

[1] Centre d’études et de recherches internationales et communautaires

[2] Droits international, comparé et européen- UMR 7318

[3] Croyance, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administration

[4] Moyen-Orient et mondes musulmans, cf. www.majlis-remomm.fr

[5] Cf. www.gis-eurolab.fr

[6] Centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire, cf. www.mesopolhis.com

[7] Droits international, comparé et européen, cf. www.dice.univ-amu.fr

[8] Aix Marseille School of Economics, cf. www.amse-aixmarseille.fr

[9] Cf. www.observatoire-publics.univ-amu.fr

[10] En plus de Sciences Po Aix, Aix-Marseille Université, le Cnrs, l’Inserm, le Cea, l’Ird, Centrale méditerranée, l’Ap-Hm et l’Institut Paoli-Calmettes de Marseille.

[11] Cf. www.sciencespo-aix.fr/actualites/evenement/forum-franco-allemand-de-la-mediterranee-2024

[12] Cf. www.imera.fr/chaire-sciences-po-aix-imera-albert-hirschman-passions-identitaires


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brunehilde Endelin (7 juin 2024). La politique scientifique de Sciences Po Aix. Entretien avec son Directeur, le Professeur Rostane Mehdi. Un Œil sur la Cité. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11s6m


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search