Le droit européen et la guerre – Entretien avec Rostane Mehdi

 

Dans cet entretien¹, le Professeur Rostane Mehdi, Directeur de Sciences Po Aix, répond à diverses questions concernant les rapports que l’Union européenne entretient avec l’idée de guerre. Quelle place occupe la guerre dans la pensée européenne et dans le droit européen ? L’Union endosse-t-elle par nature une finalité pacifique ? Dans quelle mesure ses origines influencent-elles son avenir stratégique ? Où en est l’Europe de la défense et que faut-il faire de ce projet ? Ce sont là autant de questions auxquelles l’actualité récente a confronté l’Union européenne.

 

Propos recueillis par Romain Le Bœuf et Caterina Severino, parus dans la revue Confluence des droits_La revue , le 17 décembre 2023.  

 

Quels rapports l’Europe entretient-elle avec l’idée de guerre ?

« Dans l’histoire de l’Europe […] le chapitre des dissemblances reste aussi important que celui des ressemblances », écrivait, en 1944, Lucien Febvre². J’aime beaucoup cette citation car elle nous invite à ne jamais perdre de vue que, loin des approximations historiques d’un discours qui vanterait les mérites d’une réunification très surestimée, l’Europe est traversée depuis toujours par des fractures de toute nature. Dans cette perspective, il est incontestable que la fondation des Communautés est une réponse politique inédite à la guerre et ses ravages. Elle s’inscrit dans une démarche au centre de laquelle le droit est l’outil d’une pacification durable d’un continent dont l’unité n’a non seulement jamais existé mais qui reste, aujourd’hui encore, profondément marqué par des divisions de tous ordres.

George Steiner l’a dit bien mieux que je ne pourrais le faire, les Européens sont habités par la conviction qu’un dernier chapitre est possible³. C’est à l’aune de cette perspective « eschatologique » que les « six » ont initié la création de la CECA.

R. Schuman dans sa fameuse déclaration du 9 mai 19504 est porteur d’une vision résolument irénique. La Communauté qu’il envisage est une assurance durable sur la paix : « le rassemblement des nations européennes exige que l’opposition séculaire de la France et de l’Allemagne soit éliminée. L’action entreprise doit toucher au premier chef la France et l’Allemagne. Dans ce but, le gouvernement français propose immédiatement l’action sur un point limité mais décisif. Le gouvernement français propose de placer l’ensemble de la production franco-allemande du charbon et de l’acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d’Europe ». En une formule ramassée, l’essentiel était dit ; il s’agissait, en s’appuyant, sur une méthode à la fois pragmatique et audacieuse de lancer un projet ambitieux dont la CECA ne serait que la première étape et dont le but ultime serait cette fameuse « Union sans cesse plus étroite entre les peuples européens » que les souverainistes ont en horreur.

Du reste, le choix des « pères fondateurs » ne s’est pas porté par hasard sur le charbon et l’acier. Cette option revêtait une grande importance symbolique et politique. En effet, le charbon, source d’énergie principale, est, à cette époque, à la base de toute activité pacifique ou guerrière tandis que l’acier reste perçu comme un instrument majeur de puissance. Par ailleurs, les formes d’organisation de ces industries occupent, dans l’imaginaire des Européens, une place singulière. Le Comité des houillères et le Comité des forges sont aux yeux de beaucoup liés aux « 200 familles » tandis que les cartels allemands sont stigmatisés pour avoir complaisamment soutenu le régime nazi.

 

Faire la guerre est longtemps resté, pour les Européens du domaine de l’impensé pour ne pas dire de l’impensable. On peut déceler là une de ces apories qui affligent le « scientisme fonctionnaliste » 5.

 

Or, depuis une trentaine d’années, l’Europe a été contrainte de redécouvrir une guerre qu’elle s’échinait à rendre impossible. D’abord circonscrite à ses marches balkaniques et prenant la forme d’un affrontement archaïque à force d’être artificiellement ethnicisé, puis conduite dans les sables du Sahel voilà qu’elle reprend les traits cruellement familiers d’un choc de haute intensité mettant aux prises la masse d’armées conventionnelles adverses. Certes, comme le notait Aron les hommes ne choisissent pas, ce sont les évènements qui le font pour eux… Et bien, il n’est pas certain que les crises qui se sont succédé, et dont l’agression russe contre l’Ukraine serait une sorte d’acmé (ou plus vraisemblablement la préfiguration de temps instables et dangereux), aient permis …

 

 

Confluence des droits_La revue est une revue entièrement numérique pilotée par le laboratoire Droits International, Comparé et Européen (UMR DICE 7318, CNRS, Aix-Marseille Université, Sciences Po Aix, Université de Toulon, Université de Pau et des pays de l’Adour) ayant vocation à accueillir des contenus variés en français et en anglais

 

1. L’entretien reprend l’essentiel des réflexions développées par le Professeur Rostane Mehdi dans « L’Union et la guerre », in Grandeur et servitudes du bien commun, Mélanges en l’honneur de Jean-Claude Ricci, Dalloz, 2023, p. 407-422. L’entretien a été mené avant les attaques terroristes du 7 octobre 2023 et la réplique militaire du gouvernement israélien dans la bande de Gaza.

2. Dans le célèbre cours qu’il prononça au Collège de France en 1944-1945 et dont le texte a été heureusement republié et préfacé par M. Ferro, L’Europe, genèse d’une civilisation, Perrin, 1999, Leçon I, p. 38.

3. G. Steiner, Une certaine idée de l’Europe, Actes Sud, 2005.

4. G.-H. Soutou, « La déclaration Schuman », Commentaire, 2020/3, nº 171, p. 573.

5. J.-M. Ferry, « Une philosophie de l’Europe. Considérations sur une approche normative du projet politique européen », Transversalité nº 133, Institut Catholique de Paris, 2015, p. 145.



Citer ce billet
Confluence des droits_La revue (2024, 11 avril). Le droit européen et la guerre – Entretien avec Rostane Mehdi. Un Œil sur la Cité. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w75v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search