Les grandes villes américaines : fabriques d’inégalités professionnelles ?

 

Les grandes villes américaines connaissent une augmentation plus rapide de la part des emplois hautement qualifiés et des emplois faiblement qualifiés. Pour les économistes Fabio Cerina, Elisa Dienesch, Alessio Moro et Michelle Rendall, ce phénomène peut s’expliquer par des chocs de technologie qui favorisent la productivité des travailleurs les plus qualifiés. Incités à augmenter leur temps de travail, ces travailleurs qualifiés vont augmenter leur consommation de services à la personne pour effectuer leurs tâches domestiques, alimentant ainsi la demande pour des emplois à faible qualification. 

 

Article rédigé par Elisa Dienesch ( Sciences Po Aix, AMU, Aix-Marseille School of Economics) et Timothée Vinchon, journaliste scientifique, paru dans la revue Dialogues Economiques  le 27 mars 2024. 

 

Il est 21 h, vous sortez de votre bureau situé dans le quartier d’affaires de New York, vous demandez à la baby-sitter de réceptionner un colis Amazon avant que vous n’arriviez, puis vous commandez un bo bun qui sera livré pile à l’heure pour votre retour au domicile. Bien que fictif, ce récit décrit un scénario de plus en plus commun dans les grandes métropoles urbaines que les économistes Fabio Cerina, Elisa Dienesch, Alessio Moro et Michelle Rendall appellent « polarisation spatiale des emplois ». Dans les grandes villes américaines plus qu’ailleurs, là où les avancées technologiques sont plus rapides, on trouve de plus en plus de profils de travailleurs hautement qualifiés, mais aussi une augmentation considérable de « petits boulots », effectués par des travailleurs faiblement qualifiés.

 

 
 
Le progrès technique, générateur d’inégalités ?
 

La polarisation des emplois fait écho à deux phénomènes : le déclin des « classes moyennes » et la montée des inégalités extrêmes¹ . Sur le marché du travail, on observe une distribution des compétences, autrement dit un spectre représentant la répartition des emplois par niveau de qualification, allant des moins qualifiés aux plus qualifiés. Le marché se polarise lorsqu’il y a une augmentation simultanée de la proportion des travailleurs très qualifiés (managers, ingénieurs, professions intellectuelles) et de la proportion des travailleurs très peu qualifiés (employés dans les services à la personne), au détriment des…
 

1. Acemoglu Daron, Autor David, Skills, Tasks and Technologies : Implications for Employment and Earnings. In Handbook of Labor Economics (Vol. 4, p. 1043 — 1171). Elsevier, 2011.

 

 
 
Passerelle entre recherche académique et société, Dialogues économiques est une revue numérique éditée par Aix-Marseille School of Economics (AMU, CNRS, EHESS, Centrale Méditerranée, Sciences Po Aix) qui donne les clefs du raisonnement économique à tous les citoyens.
 
 
 Photo d’entête : San Francisco sur pixabay
 



Citer ce billet
DIALOGUES ECONOMIQUES (2024, 3 avril). Les grandes villes américaines : fabriques d’inégalités professionnelles ? Un Œil sur la Cité. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5x7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search