Histoire de la sécurité européenne depuis 1945 – De la guerre froide à la guerre en Ukraine

Nicolas Badalassi, Professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Aix et désormais Directeur du laboratoire Mesopolhis, s’intéresse dans son nouvel ouvrage à l’Histoire européenne sous un nouveau prisme, celui de la sécurité. Spécialiste du processus d’Helsinki, initiant dès 1973 le processus de sécurité coopérative, N. Badalassi met en lumière le développement des principes, des acteurs et des outils de cette sécurité. Publié aux éditions Armand Colin, son ouvrage Histoire de la sécurité européenne depuis 1945 – De la guerre froide à la guerre en Ukraine propose une analyse à la fois thématique et chronologique de la sécurité européenne.

 

Pour commencer, pouvez-vous nous parler de la naissance de cet ouvrage ? Dans quel contexte avez-vous décidé de faire cette synthèse de la sécurité européenne depuis 1945 ?

 

N.B : L’ouvrage était déjà en projet et l’éditeur m’a contacté juste après l’attaque de l’Ukraine par la Russie. La synthèse de la question de la sécurité européenne était donc nécessaire à ce moment-là. Le but était de remettre en perspective historique tous les enjeux de la sécurité du continent sans se limiter à la guerre froide. Les manuels d’Histoire des relations internationales, en particulier sur la sécurité de l’Europe, portent principalement sur cette période et la font s’arrêter en 1990. Mais depuis une dizaine d’années, et particulièrement à la lumière de l’actualité, on observe que des phénomènes se poursuivent bien au-delà. L’idée était donc de combler un manque historiographique et de répondre à une attente de l’opinion publique. J’ai voulu mettre en évidence à la fois les ruptures et les continuités depuis la chute du mur de Berlin, en me focalisant sur les questions de sécurité liées à la présence russe. Le point de vue russe a également été pris en compte afin d’éviter une vision purement occidentale et mettre ainsi en parallèle deux visions sécuritaires différentes. En dépassant le cadre est/ouest, j’ai également montré que, depuis les années 1960, la sécurité de l’Europe n’est pas seulement liée aux problématiques de guerre froide mais également à tout ce qui concerne l’environnement méridional ; cela étant d’autant plus vrai avec l’émergence de nouvelles problématiques sécuritaires, comme la sécurité énergétique, sanitaire ou environnementale.

 

Justement, vous évoquez la nécessité d’une définition plurielle de la sécurité. Pouvez-vous revenir sur cette notion ?

 

La sécurité n’est pas seulement une question de défense nationale. Elle repose avant tout sur les peurs qui entraînent la mise en place de mécanismes permettant de se rassurer. L’outil premier, c’est la défense : je le mets en évidence dans mon ouvrage avec la question de la bombe atomique, des armées conventionnelles…Mais la notion de sécurité peut aussi renvoyer à la sécurité humaine, au fait que dans une société, on puisse se sentir en sécurité grâce au respect des droits humains, à la liberté d’expression, à l’ouverture sur le monde. Doivent également être prises en compte les menaces non militaires qui se sont particulièrement développées depuis les années 1990, comme le terrorisme par exemple. La protection de l’environnement et le réchauffement climatique correspondent également aux soucis sécuritaires des Européens. Une définition plurielle implique en conséquence une pluralité de réponses à différents besoins de sécurité.

 

Vous évoquez une histoire politique européenne fondée sur le souci de sécurité collective.  En quoi la notion de sécurité collective est fondamentale dans votre réflexion ?

 

Le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson… | FlickrLa sécurité collective est constitutive de l’Histoire de l’Europe depuis 1945. Avec la seconde guerre mondiale, et surtout avec les échecs de l’entre-deux guerres, l’idée d’une interdépendance s’est imposée comme seul moyen de garantir la sécurité durable des pays européens. La sécurité des “petits” Etats ne peut exister que si de “grands” Etats jouent le jeu de la sécurité collective. L’instrument clé de la sécurité du continent européen reste évidemment l’Alliance Atlantique et l’OTAN. Cette alliance repose entre autres sur l’intérêt économique des Etats-Unis de protéger des zones qui sont très dynamiques. D’autres institutions se sont développées par la suite et mettent en évidence ce principe de sécurité collective : l’Union Européenne et l’OSCE par exemple.

 

Depuis le début de l’attaque de l’Ukraine par la Russie, les ouvrages sur la sécurité se multiplient. Cette thématique reste donc omniprésente depuis la fin de la guerre froide ?

 

À Kiev, l'UE prépare la deuxième année de la guerre

Nous vivons une vraie remise en question de la sécurité européenne avec une conjonction de facteurs jusqu’alors inconnus. Je pense particulièrement aux prétentions impériales russes, qui vont de pair avec le détricotage de la plupart des accords de limitation des armements qui avaient été négociés depuis les années 1970. La Russie a décidé de renouer avec la guerre de haute intensité et, ce, aux portes de l’Union Européenne. La préoccupation sécuritaire est donc omniprésente. Celle-ci se conjugue à la volonté croissante d’une partie des Américains, incarnée par Trump, de remettre en question le principe de sécurité collective. Pour autant, et dans le contexte de guerre en Ukraine, l’aide américaine est absolument centrale pour éviter les déséquilibres stratégiques et celle-ci sera principalement fonction du résultat des élections américaines de novembre prochain. 

Il y a aussi une succession de crises polymorphes qui entretiennent une certaine vulnérabilité de l’Europe. Depuis le discrédit du modèle idéaliste des années 2000, avec l’échec des Etats-Unis en Irak, les Américains ont montré au reste du monde que les interventions militaires n’avaient pas toujours les résultats escomptés en même temps que le modèle du tout capitalisme trouvait ses limites avec la crise financière de 2008.

 

Vous évoquez le discrédit européen en matière de sécurité. Pourquoi un tel discrédit ?

 

Ce discrédit est clairement lié à l’incapacité grandissante de l’Europe à mettre sur pied une véritable politique de sécurité et de défense. Un certain nombre d’Etats européens considèrent que la sécurité de l’Europe ne peut pas être européenne ; qu’elle doit être atlantiste et donc relever, avant tout, des Etats-Unis.  Cette volonté d’ancrage est historique et elle empêche l’Union Européenne de se doter d’instances de sécurité solides. L’Europe s’est également discréditée par son incapacité à s’entendre sur les priorités en termes de menaces. Par exemple, il y a dix ans, la priorité sécuritaire pour l’Europe de l’Ouest, c’était Daesh et les menaces au Sud ; et pour l’Europe de l’Est, c’était déjà la Russie. A force de tergiverser sur les priorités, on a une défense européenne, non pas inexistante, mais complètement dépendante de l’effort américain. C’est aussi le fruit d’un héritage, celui de la guerre froide et de l’investissement massif des Etats-Unis dans la défense européenne. Le fait que les Américains puissent s’en retirer est donc vécu comme un drame.

 

Entretien et article réalisés par Camille Hamentienne. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Camille Hamentienne (13 mars 2024). Histoire de la sécurité européenne depuis 1945 – De la guerre froide à la guerre en Ukraine. Un Œil sur la Cité. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0qf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search