L’urbanisation, source d’idées et de croissance

L’urbanisation peut être vue comme le fruit de la hausse de la productivité qui attire les travailleurs vers les villes. Les économistes Cecilia García-Peñalosa et Liam Brunt montrent que pour comprendre les débuts de la révolution industrielle il est important d’examiner ce phénomène dans l’autre sens : gains de productivité et croissance sont favorisés par les échanges de connaissances au sein des villes. 

Article rédigé par Cecilia García-Peñalosa ( CNRS, EHESS, Aix-Marseille School of Economics) et Timothée Vinchon, journaliste scientifique, paru dans la revue Dialogues Economiques  le 10 janvier 2024.

 

Selon l’Organisation des Nations Unies, plus de la moitié de la population mondiale habite dans des villes, soit 4,2 milliards d’habitants1 . Dans les prochaines décennies, la tendance devrait s’accentuer pour atteindre 66 % de la population mondiale en 2050. Les villes sont au cœur de la croissance puisqu’elles génèrent plus de 80 % du PIB mondial. Les économistes ont largement documenté l’attirance des travailleurs vers les villes afin de bénéficier des salaires plus élevés. Plus simplement, l’urbanisation a longtemps été vue comme une conséquence de la croissance économique. Mais cette relation est peut-être plus complexe.

Les économistes Cecilia García-Peñalosa et Liam Brunt ont combiné des problématiques à la croisée de l’économie du développement et de l’économie géographique pour explorer avec un nouveau modèle les liens entre l’urbanisation et l’innovation, c’est-à-dire, la création de nouvelles idées et technologies. Leur objectif est de comprendre comment ces deux facteurs ont interagi au moment où la croissance économique a commencé à prendre de l’ampleur, à l’aube de la révolution industrielle. Si la conjoncture des premiers pays à s’industrialiser est différente des pays à bas revenus aujourd’hui, cette étude pourrait néanmoins permettre d’apporter un éclairage sur les bénéfices de l’urbanisation dans des pays encore majoritairement ruraux.

 

 
 
Plus d’interactions sociales, plus d’idées
 
Les chercheurs se sont intéressés à l’Europe, et notamment à l’Angleterre, car les données montrent une augmentation du taux d’urbanisation et de la taille des villes avant la révolution industrielle. Leur modèle considère une économie avec un secteur agricole et un secteur manufacturier, dont la production est assurée respectivement par les zones rurales et par les villes. Deux mécanismes entrent en jeu. D’abord…
 
1. United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2019). World Urbanization Prospects: The 2018 Revision (ST/ESA/SER.A/420). New York: United Nations.
 
 
Passerelle entre recherche académique et société, Dialogues économiques est une revue numérique éditée par Aix-Marseille School of Economics (AMU, CNRS, EHESS, Centrale Méditerranée, Sciences Po Aix) qui donne les clefs du raisonnement économique à tous les citoyens.
 
 Photo d’entête : Jovannig sur Adobe Stock
 

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
DIALOGUES ECONOMIQUES (6 mars 2024). L’urbanisation, source d’idées et de croissance. Un Œil sur la Cité. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz4m


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search