Les Cités Éducatives marseillaises à travers le regard du chercheur

 

Porté par le laboratoire Mesopolhis et financé par l’Etat, le programme de recherche évaluative des Cités Éducatives marseillaises vise à apporter un éclairage complémentaire au suivi des actions et aux mesures d’impact développées par les équipes des Cités Éducatives sur le territoire marseillais. Il s’intéresse en particulier aux enjeux de gouvernance, de professionnalités et aux dynamiques partenariales que ce type d’expériences contribue à façonner entre associations et institutions publiques mais aussi entre acteurs associatifs investis sur les questions éducatives. L’équipe de recherche est composée de Magali Nonjon, maîtresse de conférences en science politique à Sciences Po Aix, d’Ariane Richard-Bossez, maîtresse de conférences en sociologie de l’éducation à l’Inspé d’Aix-Marseille,  de Camille Floderer et Emily Lopez, post-doctorantes au sein du Mesopolhis. 

 

Quels sont les objectifs du programme “Cités éducatives ” ?

 

MN et ARB : Les “Cités éducatives” correspondent à un programme national et sont réparties sur l’ensemble du territoire français. Actuellement au nombre de 200,  elles reposent sur l’idée d’une mise en synergie des acteurs scolaires, associatifs, des collectivités territoriales et des habitants autour des questions éducatives et ce qui touche, au fond, à “l’avant, le pendant et l’après école”. Les cités sont essentiellement présentes dans des quartiers prioritaires des territoires ciblés par la politique de la ville et notre implication s’inscrit dans le mouvement partenarial  entre les sciences humaines et sociales et les acteurs de la société civile. 

 

Vous avez été missionnées pour évaluer ce programme et rendre compte de ses effets sur le territoire marseillais. Comment ce partenariat s’est il noué ? 

 

Grâce à l’un de nos étudiants qui a réalisé son stage de troisième année en qualité de chargé de communication au sein de l’une des cités. Les échanges qui en ont découlé ont mis en lumière  l’intérêt  d’un partenariat avec des chercheurs au regard de leur expertise et de leur capacité à évaluer. Davantage centrées sur la mesure d’impact et des indicateurs quantitatifs,  les précédentes évaluations ne permettaient pas, en effet, de vraiment questionner ce que le dispositif génère à l’échelle du territoire. Nous avons donc répondu avec des membres de l’équipe du laboratoire Mesopolhis, issus de l’axe de recherche dédié aux enjeux éducatifs, pour proposer une recherche évaluative,  somme toute assez différente de ce que peut habituellement produire un cabinet de conseil. 

 

En quoi cette évaluation par la recherche se distingue d’une évaluation plus classique ? 

 

Notre évaluation est centrée sur ce que produit réellement le programme, au-delà d’une approche simplement quantitative, en prenant en compte 4 axes de réflexion : la territorialisation des politiques éducatives ; la professionnalisation du personnel des différents acteurs du dispositif ; les publics effectifs de cette politique éducative et les modalités de participation. Ce dispositif prône la mise en place d’une nouvelle dynamique partenariale, avec une forte injonction à la coopération et à la participation à la fois des acteurs du milieu associatif mais aussi des parents d’élèves et des habitants. En ayant recours à une enquête qualitative au long court, notre équipe cherche à apporter sa contribution aux travaux de sociologie et de science politique qui s’intéressent aux  dynamiques de territorialisation des politiques éducatives, à la division du travail associatif tout autant qu’aux différentes formes de catégorisations des publics de l’action publique éducative. Dans cette dimension d’évaluation par la recherche, l’important nous paraît être de ne pas se situer dans une perspective normative ou mécanique. Il s’agit, plutôt, d’essayer de comprendre ce qui se joue concrètement dans ces nouveaux partenariats, quels sont les freins et les rapports de force pouvant être observés. 

 

Ces différents acteurs n’ont pas forcément l’habitude de travailler ensemble… Comment fonctionnent leur collaboration ? 

 

Le programme est généralement copiloté par trois institutions, parfois quatre, comme c’est le cas à Marseille : l’Etat, l’Education nationale, la collectivité et la métropole qui a la compétence de la politique de la ville. Ces acteurs assument le portage financier des cités tout en dessinant le projet commun dans lequel chacun d’entre eux s’implique.  A Marseille, cinq cités éducatives regroupent entre deux et cinq réseaux d’éducation prioritaire : Marseille centre-ville, Marseille les Docks, Marseille Malpassé-Corot, Marseille Nord et Marseille M14. Ces différents partenaires n’ont effectivement pas l’habitude de travailler ensemble, les acteurs de la ville et ceux de l’éducation nationale par exemple. A cet égard, l’objectif du programme est de développer des actions, notamment par le biais d’appels à projets, pour  créer du lien entre ce qui se passe dans et en dehors de l’école au sein de ces territoires dits de l’éducation prioritaire. 

 

Le programme est donc très ancré à l’échelle locale, cela facilite t-il la récolte des données ? 

 

L’originalité de notre approche, et plus généralement de celle du laboratoire Mesopolhis, est d’organiser un dialogue entre chercheurs de plusieurs disciplines. Cela permet de croiser les multiples regards et analyses portant sur les questions éducatives. En procédant avec une ethnographie par le haut, nous avons également eu accès à des réunions de pilotage, à des commissions d’attribution du budget; autant d’élements permettant de comprendre les points de tensions entre les acteurs et les modalités de déploiement du programme qui peuvent varier d’une CE à l’autre sur le territoire marseillais. Marseille est une ville aux caractéristiques singulières et c’est d’ailleurs un des premiers territoires où les cités éducatives ont été mises en place. Ce programme de recherche aide ainsi à mieux cerner les dynamiques de mise à l’agenda de la question scolaire dans ce territoire. 

 

Au regard de ce projet, selon vous, quel est l’impact de la recherche sur les politiques publiques ? Comment parvient-elle à s’ancrer dans la réalité de l’action publique ? 

 

La mise à l’agenda de la question de l’école et l’interrogation de ce dispositif comme source de légitimation des politiques publiques locales soulèvent sur le plan scientifique des questions assez classiques. Dans ce type de recherche évaluative, il est intéressant de montrer ce que le champ académique peut apporter aux acteurs locaux. Les premiers résultats de l’enquête suggèrent que certaines problématiques, notamment celles liées aux enjeux de professionnalités, de luttes d’expertise ou encore de représentation des publics (décalage entre publics attendus et publics réels) n’ont pas été assez questionnées par les acteurs institutionnels. En partageant nos réflexions dans le cadre de séminaires et en appuyant nos propos sur des enquêtes qualitatives respectant les étapes de la pensée scientifique, les chercheurs investis au sein de Mesopolhis contribuent, nous l’espérons, à apporter un autre regard sur le fonctionnement du programme. Celui ci peut offrir des focales intéressantes de questionnements et de travail pour les acteurs de terrain comme pour les acteurs institutionnels, au-delà d’une mesure d’impact qui tend parfois à se résumer à des indicateurs quantitatifs laissant peu de place à l’analyse.

 

Entretien et article réalisés par Camille Hamentienne

Pour aller plus loin : 

Les Cités Éducatives | Ville de Marseille

Cités éducatives 2022-2025 . Les Cités éducatives Marseillaises – Mesopolhis

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Camille Hamentienne (15 février 2024). Les Cités Éducatives marseillaises à travers le regard du chercheur. Un Œil sur la Cité. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuft


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search