Dans l’écheveau de la frontière

Maîtresse de conférences HDR1 en science politique à l’Université Nice Côte d’Azur et membre du laboratoire ERMES et de l’Institut Universitaire de France, Lucie Bargel a publié en juillet 2023 l’ouvrage Dans l’écheveau de la frontière – Alignements, réalignements des attachements politiques dans la Roya (XIXe – XXIe siècle), aux éditions Karthala dans la collection “Questions transnationales”, dirigée par le Professeur Philippe Aldrin et Aude Signoles, enseignants-chercheurs à Sciences Po Aix.

 

Qu’est-ce qui vous a poussée à vous intéresser à la haute vallée de la Roya ? Quels sont les questionnements à l’origine de votre ouvrage ?

 

Lucie Bargel: Je suis arrivée en poste à Nice en 2010, et j’ai commencé à faire l’expérience de vivre à la frontière au quotidien. En découvrant la région, j’ai entendu cette histoire selon laquelle cette vallée et ses habitants auraient voulu devenir français en 1947. Cela m’a intriguée : pourquoi ces villageois de haute montagne voulaient-ils changer de nationalité ? En parallèle, au début des années 2010, cette frontière a connu des premiers épisodes de fermeture, notamment à l’occasion du G8 à Cannes et du printemps tunisien, même si ce phénomène s’est vraiment amplifié à partir de 2015. Cette frontière a alors été refermée, alors même que nous étions dans le contexte de l’espace Schengen. C’est la conjonction de ces deux éléments qui a suscité mon intérêt pour la frontière, et qui est à l’origine de cet ouvrage.

 

 

 

Que signifie la notion d’écheveau, qui est l’angle choisi dans votre ouvrage pour étudier la frontière ? Que permet-elle de mettre en lumière ?

 

LB: Cette idée du faisceau de limites a été élaborée par les historiens des XVIIe et XVIIIe siècles et il s’agissait pour moi d’étirer cette notion sur la période actuelle. L’écheveau permet de faire porter l’attention sur la multiplicité de limites qui s’entremêlent pour former une frontière. Aujourd’hui, dans le cadre de la frontière franco-italienne, ces lignes se superposent de manière presque parfaite et on a donc tendance à ne plus les distinguer. Mais en réalité, l’écheveau peut être déplié et, ce faisant, il permet d’appréhender les différentes limites s’alignant plus ou moins bien sur la frontière étatique.  Par un regard vertical et l’observation de différentes superpositions, la question posée était celle de savoir si une frontière étatique détermine également les limites d’autres activités, sociales, économiques et comment ces alignements ou désalignements varient au cours de l’Histoire. L’idée de cet ouvrage, qui remonte jusqu’au XIXe siècle, était donc de voir l’évolution de cet écheveau dans le temps.

Ce concept permet également d’appréhender la frontière de manière horizontale en observant les effets de déformation produits par l’alignement des limites sur la frontière étatique. L’idée était donc, non pas de se focaliser seulement sur les différences entre chaque côté de la frontière, comme le font souvent les border studies, mais de s’intéresser aussi, à l’intérieur de l’Etat, à la différence entre une zone frontalière et une zone non-frontalière, au traitement spécifique que l’Etat réserve à ces zones, et à l’effet de déformation que produit l’alignement plus ou moins parfait sur la frontière étatique.

 

 

Pouvez-vous revenir sur les motivations du déplacement de cette frontière en 1947 ? Quel rôle ont joué les populations locales et comment se sont-elles organisées ?

 

LB: Ce déplacement est presque un contre-exemple de la manière dont fonctionne l’écheveau en général. La plupart du temps, la frontière étatique détermine les autres limites, mais ici, à l’inverse, c’est la limite des flux migratoires locaux qui va fixer la frontière. Celle ci est déplacée en 1947 pour faire cesser le passage entre la vallée de la Roya et le littoral (Nice, Monaco, Cannes etc), entre lesquels les habitants de la vallée effectuaient des mobilités régulières. 

La mobilisation locale part d’un groupe d’habitants issus de la vallée de la Roya qui se déplacent pour travailler, tout en maintenant une présence dans leurs villages. Ces personnes souhaitent pouvoir maintenir ce double attachement territorial et au delà du souhait de devenir français, ils ont surtout l’idée de faire reculer la frontière au-delà de la haute vallée de la Roya. Les hasards de l’Histoire font que des membres de ce groupe rencontrent des militants gaullistes au moment ou ces derniers  veulent s’affirmer comme vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale face à l’Italie. Cette conjonction permet à la question du déplacement de la frontière d’être intégrée dans la négociation du traité de paix avec l’Italie en 1947. 

 

Comment expliquer que la Roya soit aujourd’hui à la fois une zone clé du territoire, puisque frontalière, et pourtant, comme on a pu l’observer avec la tempête Alex, quelque peu délaissée par les pouvoirs publics ?

 

LB: La tempête Alex, d’octobre 2020, permet d’explorer la question du traitement spécifique des zones frontalières. Cette épisode a fait apparaître que le traitement institutionnel de la vallée de la Roya, par rapport aux vallées voisines de la Vésubie et de la Tinée, était beaucoup plus faible, avec moins de soutien provenant des institutions locales.

Je me suis posée la question de savoir si cette différence de traitement était liée au statut frontalier de la vallée. En l’occurrence, l’explication la plus immédiate est que les vallées de la Vésubie et de la Tinée font partie de la Métropole Nice Côte d’Azur, d’où viennent les premières aides, tandis que la vallée de la Roya se situe dans une intercommunalité plus petite, celle de Menton, qui a beaucoup moins de ressources. 

Il existe aussi des explications de plus long et moyen termes pour élucider la spécificité de cette vallée qui s’insère dans un territoire très peu exploité.  Aucune station de ski n’y a été édifié dans la deuxième moitié du XXe siècle et la création du Parc national du Mercantour n’a pas rehausser le niveau  d’activité économique locale qui reste essentiellement locale, résidentielle et non-productive. 

Cela a par exemple un effet concret sur les routes: les projets de stations de ski n’ayant pas abouti, aucune route n’a été construite à l’Ouest de la vallée, tandis que celles crées du coté italien se sont transformées en piste, par manque d’entretien. 

 

La vallée est donc devenue assez étanche, avec un seul axe central le long du fleuve, complètement détruit par la tempête. Lors de la reconstruction, la vallée était complètement enclavée et la desserte a été assurée en rouvrant les anciennes routes italiennes et par hélicoptère depuis la France. 

 

 

 

De nombreuses questions pourraient susciter une gestion transfrontalière dans cette région, notamment en matière de risque et d’environnement. Peut-on y observer une forme de coopération transfrontalière et comment s’organise-t-elle ?

 

LB: Il y a en réalité beaucoup moins de coopération transfrontalière sur cette zone que dans d’autres régions frontalières, de montagne ou urbaine, malgré les dispositifs incitatifs de l’Union européenne. Cela tient au fait que la vallée regroupe de petites communes qui n’ont pas la capacité de porter des dossiers de coopération transfrontalière, assez lourds sur le plan administratif. Par ailleurs, le faible niveau d’activité économique ne permet pas de justifier de telles coopérations. C’est ce que montre, à l’inverse, Lauranne Jacob2 a propos de l’espace Mont Blanc dont l’ intérêt de développer l’activité de stations de ski communes ne fait pas de doute. 

De fait, les dispositifs de coopération transfrontalière présents dans la vallée de la Roya sont donc peu nombreux et très modestes lorsqu’ils sont mis en place. La gestion du fleuve fait certes l’objet d’une intention d’accord, mais celle ci est très largement formelle et apparaît insuffisante au regard du risque  qu’il représente.  

 

1 HDR: Habilitation à diriger les recherches

2 Lauranne JACOB, Gouverner la frontière. Innovations dans la coopération transfrontalière des territoires alpins : espace Mont-Blanc, Alpi-Marittime-Mercantour, 2017

 

Entretien et article réalisés par Brunehilde Endelin

Découvrir la collection ” Questions transnationales” des éditions Karthala : 

Collection “Questions Transnationales” – Ed. Karthala – Mesopolhis

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brunehilde Endelin (1 février 2024). Dans l’écheveau de la frontière. Un Œil sur la Cité. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqk1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search