L’entrée en doctorat, un témoignage de Louna Hassaini Moussaoui

Depuis octobre 2023, Louna Hassaini Moussaoui est doctorante rattachée aux laboratoires Mesopolhis et Telemme. Elle a choisi la voie de la recherche après avoir obtenu son master à Sciences Po Aix et décroché un financement pour sa thèse d’histoire et de science politique.  

 

Pour commencer, pourquoi avez-vous choisi de faire une thèse ?

 

Louna Hassaini Moussaoui : J’ai toujours été intéressée par un grand nombre  de choses sans savoir forcément choisir entre chacune d’entre elles. Quand j’ai commencé mes études supérieures, j’ai décidé d’opter pour ce qui me passionnait et c’est ce qui m’a conduit à m’inscrire en master recherche.

 En deuxième année de master,  j’ai eu la chance de travailler pour le blog scientifique de Sciences Po Aix. Cette expérience  m’a donné une idée un peu plus claire de ce qu’était le travail de chercheur et le fonctionnement d’un laboratoire en sciences humaines et sociales. Cela m’a conforté dans le choix de faire une thèse de doctorat. J’ai donc décidé de postuler à différents concours pour l’attribution de contrats doctoraux  et j’ai décroché un financement !

 

 

Justement, quelles sont les étapes pour obtenir un contrat doctoral ? A quelles difficultés avez-vous été confrontées dans le cadre de cette démarche ?

 

LH : La difficulté première réside dans l’accès à l’information. La recherche est un milieu assez opaque et il est très compliqué d’envisager une thèse sans être bien informé. Cela implique de connaître les types de financements qui n’ont pas tous les mêmes intérêts en fonction de la carrière qui est envisagée. Le choix du master et de l’environnement de la recherche me paraît également important. J’ai quitté Lille pour le site académique d’Aix-Marseille par ce que l’on y trouve une dimension méditerranéenne à laquelle je suis sensible. Il ne faut également pas hésiter à assister aux différents événements scientifiques organisés par les laboratoires, consulter les pages de leur site internet; c’est comme cela, pour ma part, que j’ai trouvé l’annonce d’un financement interdoctoral. 

Concrètement, j’ai dû rendre mon dossier de candidature dès le mois de janvier, alors que je n’avais pas encore terminé mon master 2. Le dossier est assez complet et nécessite à minima d’avoir un projet de thèse et des encadrants. La sélection se fait en deux étapes : sur dossier puis lors d’un oral que j’ai passé en juin en même temps que je devais rendre mon mémoire de master…La période fût donc un peu compliquée !

 

Les doctorants évoquent souvent leur difficulté à trouver un directeur de thèse. Est ce que vous partagez ce point de vue ? 

 

LH :  J’ai très tôt demandé à ma directrice de mémoire Karima Dirèche, historienne, de continuer à travailler avec elle dans la perspective de mon inscription en thèse, ce qu’elle a accepté. Côté science politique, je travaille avec Mohamed Tozy et ce choix s’est tout simplement fait par rapport au ressenti que j’avais et l’envie de travailler avec lui. Je n’ai donc pas vraiment eu de difficultés particulières à trouver mes directeurs de thèse mais j’ai en revanche hésité jusqu’au bout avant de m’inscrire. 

Il faut, en tout cas et à mon sens, veiller à choisir les bonnes personnes. Le risque est d’être mal encadré, voire pas du tout, ce qui peut être décourageant. A ce sujet, il peut être utile de consulter les témoignages des doctorants; et plus globalement de multiplier les échanges avec les professeurs. 

 

En tant que doctorante, qu’est ce que vous faites au quotidien ?

 

LH : J’essaie d’être rigoureuse sur ma manière de travailler quotidiennement parce que réaliser une thèse est un travail solitaire.  Personne ne vous force à travailler si vous ne le faites pas ! ll y a donc une période d’ajustement entre la fin du master, ou l’on bénéficie d’un cadre, et l’entrée en thèse. Pendant cette phase, j’ai d’abord cherché à savoir si je préférais travailler chez moi ou à la bibliothèque universitaire, si j’étais plutôt du matin ou de l’après-midi. Je me suis posée plein de questions,  essayé des choses qui n’ont pas forcément marché et puis j’ai fini par trouver mon équilibre. 

Pour le moment, je lis beaucoup afin de faire l’état de l’art et puis je fais des recherches dans les archives de presse, notamment. J’assiste à un grand nombre de séminaires, ce qui est chronophage mais important, et je me nourris des activités scientifiques conduites par les laboratoires auxquels je suis rattachée. 

J’assiste encore à des cours, en lien avec ma thèse, en tant qu’auditeur libre, à l’EHESS par exemple. Certains séminaires et écoles doctorales encouragent aussi les doctorants à présenter leurs recherches, ce qui me permet de me soumettre à cet exercice et de parler de la manière dont j’appréhende mon terrain. J’ai aussi mis en place des réunions mensuelles avec un ami qui est doctorant à Lille. Cela nous permet de discuter de nos avancées, de nos méthodes, de nos questionnements respectifs. Nos thématiques de recherche et nos terrains sont totalement différents, ce qui, je pense, nous aide d’autant plus à avancer. 

 

Et après la thèse ?

 

LH : La thèse offre de nombreuses possibilités mais les places sont assez chères si l’on souhaite continuer dans le secteur de la recherche. Après la soutenance, il faut multiplier les contrats post-doctoraux, donner des cours, passer les concours de maître de conférences ou de chargé de recherche, si bien que la plupart des personnes titulaires d’une thèse de doctorat ne travaillent pas dans la recherche.  

Pour l’instant, je viens de commencer et j’ai donc le temps de voir. Quand je participe à des évènements, avec cette ambiance d’émulation collective, j’ai clairement envie de continuer! Pour moi, la question se posera plutôt dans un an. Outre la recherche, l’enseignement m’intéresse aussi beaucoup.

 

Entretien et article réalisés par Camille Hamentienne


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Camille Hamentienne (24 janvier 2024). L’entrée en doctorat, un témoignage de Louna Hassaini Moussaoui. Un Œil sur la Cité. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnvk


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search