Réexplorer le vote pour comprendre les mutations du lien démocratique

Professeur des universités en science politique à Sciences Po Aix et chercheur au sein du laboratoire Mesopolhis, Philippe Aldrin a co-dirigé l’ouvrage collectif Ordre social, désordre électoral – Une sociologie du vote de 2017, paru aux Editions du Septentrion en novembre 2023. Coordonné avec Éric Agrikoliansky, Catherine Achin (Université Paris Dauphine-PSL/IRISSO), Lorenzo Barrault-Stella (CRESPPA-CSU/Université Paris) et Kevin Geay (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP), ce livre s’appuie sur les résultats du programme ALCOV (Analyse Localisées Comparatices du Vote: défiance, abstention et radicalisation politique dans la France contemporaine) financé par l’Agence nationale de la Recherche.

 

Tout d’abord, pouvez-vous revenir sur l’enquête ALCOV et le contexte d’écriture de cet ouvrage ?

 

Philippe Aldrin : Il s’agit d’une étude multi-sites (11 sites au total), qui a mobilisé une équipe de chercheuses et chercheurs, issus de 5 laboratoires (IRISSO, CESSP, MESOPOLHIS, CRESPPA et CURAPP). Le projet visait à faire la sociologie d’un moment électoral, celui de la présidentielle et des législatives de 2017, que nous avons appréhendé de manière longitudinale, c’est-à-dire en commençant l’enquête dès l’automne 2016 et en l’étirant au-delà du printemps électoral, jusqu’à l’été 2017.

Evidemment, nous ne nous attendions pas à ce que cette séquence électorale allait révéler comme « affaires », « surprises » et « disruptions ». Nous pensions que cette élection allait être une nouvelle actualisation des transformations connues par le champ politique, venant confirmer l’ancrage à droite du centre de gravité de la politique française. Nous, nous voulions observer des électeurs en train d’observer l’élection, ses figures de proue, ses enjeux saillants, ses controverses, et voir comment se forment ou se (re)formulent leur préférence de vote. A la fin de l’année 2016, le second tour Fillon/Le Pen était l’horizon envisageable avec une victoire plus que probable de François Fillon. L’affaire Pénélope est venue remettre tout cela en cause et monétiser la candidature d’Emmanuel Macron qui, jusqu’au 24 janvier (et les révélations du Canard Enchaîné), apparaît comme une candidature de témoignage venant prendre date avec l’électorat français sans que l’on imagine alors un seul instant qu’il puisse être élu. Malgré les imprévus de la scène politique, nous avons gardé le cap méthodologique de notre projet : observer les électeurs au plus près, décrire et comprendre la manière dont ils s’orientent dans une offre politique (de fait, assez bouleversée) en mobilisant des points de repères principalement issus de leur ancrage social.

 

Quelle approche a plus précisément adopté le collectif de recherche pour l’ouvrage qui vient de paraître ? 

 

PhA : L’enquête ALCOV partait du constat que l’analyse du vote n’est plus, aujourd’hui, sociologique. On collecte des données chiffrées, on crée des catégories d’électeurs en fonction de divers critères et on cherche à dire qui-vote-pour-qui. Ça marche, pour l’essentiel, parce que quelques-unes des propriétés des électeurs (CSP, âge, niveau de diplôme…) permettent une certaine prédictivité des votes, comme le calcul du « vote théorique » ou mieux comme l’«Indice de Prédisposition Politique» croisant statut socioéconomique, religion et lieu de résidence établi par Paul Lazarsfeld et ses collègues de Columbia. Et de fait, ces variables dites «lourdes» – parce qu’elles traduisent au fond les lois de la gravitation sociale dans les préférences politiques – nous disent bien quelque chose du lien entre ce que sont socialement les gens et la façon dont ils se positionnent politiquement. Mais encore faut-il expliquer, au concret, pourquoi et comment ce lien s’opérationnalise, dans des situations d’interaction, des contextes de résidence ou d’exercice professionnel, à travers le partage d’un style de vie, etc. 

L’idée du collectif ALCOV était donc d’observer et de suivre des électeurs et des électrices durant toute la période électorale pour interroger la façon dont, au quotidien, leurs sociabilités, les situations qu’ils vivaient, leurs manières de s’informer, d’échanger au sujet de la politique, pouvaient agir comme autant de force de rappel à leurs univers de socialisation, à leurs affiliations sociales via des conversations de conformation, des injonctions, des micro-pressions.

Il s’agissait donc de mettre à distance l’œil statistique et les catégories routinières de l’analyse électorale pour suivre des électeurs réels dans la durée, étudier leur façon de s’orienter dans la campagne au fil des mois, dans leurs univers d’existence. Ce, afin de comprendre comment leurs relations sociales, leurs affiliations à des groupes ou à des territoires, leur position dans la structure sociale, leur cadre de vie, leurs aspirations ou leurs assignations de destin interagissent avec leur rapport avec la politique. La notion de contexte(s) était donc tout à fait centrale dans notre étude. Le choix de vote n’est ni un penchant naturel ni le produit d’un mécanisme. Par un paradoxe qui n’est qu’apparent, le geste individuel dans l’isoloir ponctue un processus de décision immergé dans des logiques sociales. Aussi, si le vote est souvent inscrit dans un sillon d’habitude, et est pour cette raison assez prédictible, il n’est pas pour autant inéluctable. La formation de la préférence électorale est un cheminement qui se reproduit à chaque élection au sein d’un travail de façonnage, d’accompagnement voire d’encadrement des entourages. C’est ce processus collectif que nous voulions étudier.

 

Quelle méthodologie avez-vous utilisé pour mettre au jour cet ancrage social du vote ?

 

PhA : L’étude du vote à partir de variables peut souvent fonctionner, mais seule une approche qualitative permet d’expliquer la manière dont les personnes conçoivent, suivent, s’intéressent, ou non, à la politique. L’attention a été portée aux trajectoires et à la dimension sociale des individus car “l’individu, c’est du social incorporé”.

En incorporant du social depuis notre prime enfance, à travers nos différentes socialisations, nous sommes des individus interdépendants, comme dit Norbert Elias, toujours en relation avec les autres, ce qui façonne notre existence. C’est à tout cela qu’il faut être attentif pour échapper à cette métrique du vote.

Nous sommes donc partis de cas réels, et non statistiques, en les étudiant dans toute leur épaisseur biographique. Il est impossible d’avoir accès à ces informations par le biais d’un sondage; l’enquête devait donc s’inscrire dans la durée. L’étude repose donc sur un dispositif composé de questionnaires de sortie des urnes (QSU), mais surtout sur la construction d’un panel d’enquêtés avec qui nous avons réalisé plusieurs entretiens (531 au total) à intervalles réguliers, à plusieurs reprises, parfois plus de quatre fois, sur une période qui s’est étalée de fin 2016 au milieu de l’année 2017, voire parfois plus. Nous voulions vraiment les suivre tout au long de la séquence électorale.

 

Pouvez-vous revenir sur le choix du titre de l’ouvrage ? Que nous apprend-il ?

 

PhA : L’ouvrage cherche à montrer dans quelle mesure ce qu’on appelle les variables lourdes dont nous parlions plus haut, comme la religion, la catégorie socioprofessionnelle ou les variables de genre, de générations etc, constituent des boussoles de survie dans un désordre électoral tout à fait inattendu. En effet, malgré la forte perturbation de la vie politique française, qui donne l’impression, comme l’avait dit Laurent Fabius, d’une “élection chamboule-tout”, on observe que les électeurs parviennent à mobiliser des points de repères et que les ressorts du vote, avec leurs ancrages sociaux, fonctionnent encore. Il y a donc, comme le dit le titre, un ordre social qui perdure par-delà le désordre électoral. Cela renforce une des hypothèses sous-jacente à cet ouvrage, qui cherchait à observer, derrière ce désordre électoral, quelque chose des sillons sociologiques classiques.

 

Pouvez-vous revenir sur la notion d’habitus électoraux que le collectif d’auteurs élabore dans cet ouvrage ?

 

PhA : Cette notion a fait débat au sein de l’équipe de recherche. L’habitus est une notion que nous devons à Bourdieu qui la définissait comme « lieu géométrique des déterminismes et d’une détermination, des probabilités calculables et des espérances vécues, de l’avenir objectif et du projet subjectif ». C’est donc à la fois ce “social incorporé”, des dispositions à agir, à se représenter le monde et à se représenter/se localiser soi-même dans le monde social, et une potentialité d’action qui n’est pas prédéterminée, puisque ces déterminismes n’échappent pas à la liberté ou à la volonté de l’individu, mais sont aussi soumis à un effet de contexte, à une conjoncture qui peut les perturber. L’habitus électoral, c’est donc la part de ces dispositions acquises, au cours des socialisations, et qui renvoie à de multiples éléments : arrêter et exprimer un choix dans une situation de vote, s’intéresser à la politique, produire des opinions, participer à des discussions, etc. Il est important de comprendre que tout le monde n’a pas le même rapport à sa propre condition d’électeur ou d’électrice1. Et ce rapport à la condition d’électeur est indexé à la socialisation et peut bouger avec l’âge (vieillissement biographique), avec les petits et grands déplacements dans la structure sociale (ascension sociale ou, au contraire, déclassement) et le changement de style de vie2.

Notre étude a cherché à éclairer cet habitus électoral en action, c’est-à-dire au moment de l’élection, pour montrer qu’il recoupe bien les apprentissages lointainement incorporés du social mais qu’il travaille aussi ici au croisement des contextes objectifs plus immédiats et de leurs perceptions subjectives. Au fond, l’ouvrage décline cette mise au travail de l’habitus dans différents segments de l’électorat dont les loyautés sont mises à mal par la séquence de 2017 (l’électorat LR face à l’affaire Pénélope, l’électorat socialiste et le dilemme Hamon-Macron) ou pris dans des groupes de relations durables (au travail, dans le quartier de résidence, avec des coreligionnaires…). Un habitus parfois virtuose (le cas des électeurs dits stratèges), souvent hésitant, tiraillé, qui nous amène en conclusion à proposer un aggiornamento de l’« Indice de Prédisposition Politique ». Le vote est un objet que les politistes délaissent volontiers aujourd’hui. Il est pourtant un champ d’étude passionnant pour explorer les mutations contemporaines du lien démocratique.

 

Entretien et article réalisés par Brunehilde Endelin

 

1 ALDRIN Philippe, « Des petits actionnaires du système. Dire sa condition d’électeur·trice au milieu et au bas du milieu de l’espace social », Actes de la recherche en sciences sociales, 232-233, 2020, p. 50-69.
2 AGRIKOLIANSKY Éric, FRETEL Julien, LE GRIGNOU Brigitte, ROZIER Sabine, TAICLET Anne-France, « “Je me sens devenir de droite”. Trajectoires sociales et itinéraires électoraux », dans SPEL (collectif), Les sens du vote. Une enquête sociologique (France, 2011-201), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brunehilde Endelin (9 janvier 2024). Réexplorer le vote pour comprendre les mutations du lien démocratique. Un Œil sur la Cité. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vk2j


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search