L’obtention d’un contrat doctoral: entretien avec Léa Nivoix, doctorante en science politique (Laboratoire Mesopolhis)

Léa Nivoix est une jeune doctorante du laboratoire Mesopolhis, inscrite à l’Ecole doctorale Sciences Juridiques et Politiques (ED 67). Ses recherches portent sur le rôle des ONG de sauvetage en Méditerranée dans la politique migratoire européenne. Quelques mois après avoir commencé sa thèse, elle revient sur son parcours lui ayant permis d’obtenir un contrat doctoral.

 

Pourquoi avoir choisi de faire une thèse ?

 

Léa Nivoix: Ce choix s’est d’abord nourri de mes expériences dans le secteur associatif. J’y ai réalisé un grand nombre de projets et constaté que la question de l’accès au financement renvoie systématiquement à celle du niveau d’expertise. Mon entrée à Sciences Po Aix, en deuxième année, s’est donc inscrite dans le but éventuel de réaliser une thèse même si, à cette époque, mes idées n’étaient pas totalement clarifiées. J’ai par la suite consolidé mon projet à mesure que j’avançais dans mon parcours. Le master Dynamiques politiques et mutations des sociétés, dirigé par Dilek Yankaya, et le terrain que j’ai réalisé, ont définitivement conforté mon idée de faire une thèse et permis de réaliser à quel point le travail de recherche me plait.

 

Quelles sont les principales étapes pour obtenir un contrat doctoral permettant de financer sa thèse ?

 

LN: L’obtention d’un financement repose sur un travail de longue haleine et suppose de bons résultats tout au long de la scolarité. Le mémoire de master revêt une importance particulière; il doit être à la fois de bonne qualité et écrit rapidement, ce qui implique la participation d’un grand nombre de personnes.

Pour ce qui me concerne, j’ai commencé par effectuer des recherches personnelles en allant au contact des professeurs, en assistant à des conférences organisées par des acteurs du site académique, comme le laboratoire Mesopolhis, le centre Norbert Elias, ou encore la MMSH1. Échanger avec les autres candidats pour croiser les informations m’a également beaucoup apporté, tout comme me rapprocher des personnels administratifs. Ces derniers peuvent renseigner sur les procédures, les délais mais également les opportunités à saisir. Il y a par exemple, certaines années, la possibilité d’obtenir un contrat doctoral à Sciences Po Aix en plus de ceux qui sont offerts par Aix-Marseille Université. 

Ensuite, je suis partie à la recherche d’un directeur de thèse. Cela passe par un travail d’identification au sein des laboratoires et dans la discipline concernée des enseignants-chercheurs qui pourraient être le plus susceptibles de diriger vos travaux et suffisamment disponibles pour suivre un nouveau doctorant. Je me suis tournée vers le Professeur Philippe Aldrin qui dirigeait les travaux d’une doctorante dont le sujet est proche du mien et qui m’a proposé, après avoir accepté de me diriger, une co-direction en ajoutant un angle visuel à ma thèse.

 

Quels conseils pourriez-vous donner aux candidats à l’attribution d’une bourse doctorale ?

 

LN: Il me paraît essentiel de terminer et de soutenir son mémoire de master le plus tôt possible afin de constituer le dossier demandé par l’école doctorale  pour l’attribution des contrats. Ce dossier doit notamment contenir un projet de thèse court, mais qui repose sur un travail exigeant, nécessitant de nombreux échanges avec le directeur de thèse. Il est donc préférable de s’y prendre à l’avance.

Le concours se déroule en deux étapes: une phase de présélection opérée par le laboratoire, sur dossier, qui donne lieu à un classement; puis une étape de sélection, organisée par l’attributaire du contrat doctoral et qui repose sur la présentation orale du projet de thèse. L’évaluation porte notamment sur la faisabilité du projet et cette épreuve requiert une bonne préparation. Elle s’est traduite, pour moi, par une dizaine d’oraux blancs afin de parvenir à être claire sans être expéditive ! (5 minutes d’exposé et 5 minutes de questions). 

Il ne faut pas hésiter, à mon sens, à travailler de concert avec les étudiants de master qui souhaitent continuer en thèse. Au sein de ma promotion, nous étions trois sur cette ligne et plutôt que d’entrer en compétition, nous nous sommes soutenus et entraidés. Nous avons finalement demandé, chacun, trois financements différents et nous les avons tous obtenus. Aujourd’hui, nous sommes collègues!

 

En quoi consiste votre travail, au quotidien ?

 

LN: Je n’en suis pas encore à la collecte de données ni à la préparation de mon terrain dans la mesure où j’ai commencé ma thèse il y a seulement quelques mois. J’alloue une grande partie de mon temps à des lectures qui nourrissent mes réflexions sur des questions méthodologiques avec l’idée de constituer un cadre de méthode et de pensée clair.

Je me rends encore dans des séminaires et la thèse implique quelques heures de formation obligatoire. Une part de mon temps est aussi dédiée à la valorisation de mon mémoire de master que je suis en train de retravailler dans la perspective d’une publication. Je suis également impliquée dans l’organisation du séminaire Ippi-Med 2, organisé par Magali Nonjon, et je donne des cours de première année à Sciences Po Aix.

 

Comment se passe l’intégration d’un nouveau doctorant dans le monde académique ?

 

LN: J’ai rencontré de nouveaux collègues et je dois acquérir de nouveaux codes. La recherche est loin d’être un milieu solitaire; elle implique en effet beaucoup de travail collectif et d’échanges d’informations. En m’inscrivant sur la liste de diffusion de l’association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP), j’ai par exemple accès à beaucoup d’événements et d’appels à communication. Cela permet d’entrer dans un cercle vertueux. Il faut, bien sûr, trouver sa place, et je ne regrette pas d’avoir, dès mon master, assisté aux séminaires et parlé de mon projet, car cela m’a fait gagner du temps.

 

Et après la thèse ?

 

LN: Pour l’heure, je pense continuer dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. J’aime beaucoup enseigner et tout ce que je fais au quotidien me plaît. Je m’estime chanceuse d’avoir eu cette opportunité !

 

Entretien et article réalisés par Brunehilde Endelin.

 

1. MMSH: Maison Méditerranéenne des Sciences de l’homme

2. Images du Politique / Politique de l’image en Méditerranée


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brunehilde Endelin (4 décembre 2023). L’obtention d’un contrat doctoral: entretien avec Léa Nivoix, doctorante en science politique (Laboratoire Mesopolhis). Un Œil sur la Cité. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ujnn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search