La France, la Guerre Froide et la Méditerranée

Professeur d’Histoire contemporaine à Sciences Po Aix et porteur de l’axe 5 de l’UMR Mesopolhis, “Violences, crises et conflictualités”, Nicolas Badalassi ouvre une nouvelle voie de recherche en historiographie de la Guerre froide. Avec son  ouvrage, “La France, la Guerre Froide et la Méditerranée”, paru en 2023 aux éditions Presses Universitaires de Rennes, ce spécialiste de la guerre froide élargit les horizons de recherche en abordant ce thème à travers de nouveaux prismes :  celui de la France et de la Méditerranée, depuis 1962 jusqu’au milieu des années 1980. 

 

Avant tout, pourriez-vous revenir sur l’écriture de ce nouvel ouvrage ? Pourquoi avoir choisi d’associer ces trois notions : la France, la guerre froide et la Méditerranée ?

 

Nicolas Badalassi : D’abord parce que je suis spécialiste de la guerre froide, en même temps que je travaille sur la politique extérieure de la France, à tous les niveaux, y compris ceux qui ne sont pas politiques : la société civile, les associations etc. Mes recherches sur le processus d’Helsinki m’ont aussi permis de constater que les problématiques méditerranéennes revenaient en permanence sur la table (conflits du Proche-Orient, présence soviétique en Méditerranée, question du statut de Chypre etc…) et que la façon dont la France avait géré la guerre froide en Méditerranée n’avait pas vraiment été traitée. Pourtant, cet espace est l’un des principaux théâtres de l’opposition Est/Ouest depuis la fin de la seconde guerre mondiale et j’ai donc pensé qu’il y avait un intérêt évident à croiser les problématiques méditerranéennes et le champ de la guerre froide.

 

Pouvez-vous nous expliquer en quoi la définition de la notion de méditerranée est fondamentale dans votre ouvrage mais également pour la compréhension de la doctrine française de la guerre froide ?

 

NB : La Méditerranée peut être prise dans son ensemble, comme un espace stratégique et pas seulement comme une construction culturelle avec un héritage historique commun. Du point de vue américain, elle est un théâtre d’opérations tout autant qu’un espace à sécuriser pour garantir la sécurité de l’Europe et protéger l’approvisionnement en pétrole. Les Etats-Unis ont donc une vision très concrète et stratégique de la Méditerranée. Pour la France, il n’y a pas de différences d’approches entre ce qui relève du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de l’Europe du Sud; la Méditerranée étant considérée à la fois comme une sphère d’influence par excellence mais également comme un haut lieu de la coopération avec les Etats-Unis. Avec la guerre froide et l’opposition au communisme, des logiques communes aux deux pays se sont installées, par exemple, dans la lutte contre des idées qui affaiblissent l’influence occidentale ou contre le trafic d’armes. L’idée de protection du flanc sud de l’OTAN est également très prégnante et les instabilités de la zone méditerranéenne, en ce qu’elles peuvent affecter la sécurité du territoire français, engendrent, en réaction, une volonté de stabilisation militaire, politique et économique de tout le bassin méditerranéen. Sur le plan stratégique, il y a donc une vraie unité de cet espace.  

 

Lorsque vous évoquez la Méditerranée, vous parlez de la notion d’espace- monde. Comment l’envisagez-vous de ce point de vue là ?

 

NB : La Méditerranée est, sur le plan purement géographique, le carrefour de trois continents. Pendant la guerre froide, période d’accélération de la globalisation, on s’aperçoit que tous les grands acteurs des relations internationales et les grands mécanismes internationaux s’y entrecroisent. Il en va, ainsi, des enjeux de la décolonisation, des enjeux Nord/Sud, des enjeux Est/Ouest; des questions du désarmement, de l’influence de la Chine,  du terrorisme, de la protection de l’environnement et des droits de l’Homme; des questions militaires, religieuses et identitaires…Toutes les problématiques d’une époque se concentrent dans cette zone, si bien que l’idée de carrefour n’est plus seulement géographique. C’est cette concentration des enjeux qui invite à penser que la Méditerranée est un espace monde.  

 

Dans votre ouvrage vous envisagez le vide historiographique au sujet de  la politique française dans l’opposition Est/Ouest  en Méditerranée alors même que cet épisode est majeur pour la France et l’Union européenne. Comment expliquez vous ce vide ?  

 

NB : C’est une question que je me pose moi-même : pourquoi y-a-t-il si peu de chercheurs qui se sont intéressés à cet enjeu fondamental pour l’histoire du XXème siècle ? Les raisons sont sans doute à chercher dans la tendance française à compartimenter ce qui relève de l’Europe, de l’Afrique du Nord, des anciennes colonies françaises et du Moyen-Orient. L’ouverture des archives est également récente et explique sans doute ce vide. Il y a beaucoup d’archives que j’ai été le premier à consulter et mon but a été de casser ces compartiments afin d’établir des liens avec toutes les problématiques qui font la politique extérieure de la France dans le bassin, tout en gardant à l’esprit ma question de recherche. Le croisement des questions de la dissuasion nucléaire avec la circulation des armes légères, de la décolonisation, de la réconciliation avec le monde arabe,  permet de rendre compte de la cohérence dans la stratégie de la France en Méditerranée entre la fin de la guerre d’Algérie et l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev en URSS. Cette approche met également en lumière les décalages dans la chronologie des événements selon qu’ils sont abordés au prisme de l’Europe ou de la Méditerranée. Par exemple,  le moment de la Détente en Europe où l’on négocie avec les soviétiques, est un moment de tension en Méditerranée dans le cadre de l’opposition catégorique de la France à laisser les russes entrer au Liban.  

 

Vous parlez aussi du rôle de la Méditerranée dans la définition du jeu stratégique international, et notamment dans la stratégie de Poutine. Qu’en est-il depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine ?

 

NB : La Méditerranée est un peu le deuxième front de la guerre en Ukraine, beaucoup plus discret mais dont les répercussions sont énormes. Le conflit en Ukraine oppose une puissance nucléaire à une puissance non nucléaire mais soutenue par l’OTAN,  les Etats-Unis, la France…qui sont des puissances atomiques. Or, l’essentiel de la panoplie de dissuasion de l’OTAN se situe sur des sous-marins et des portes avions qui sont déployés en méditerranée. Cet espace subit, par voie de conséquence,  un essor de la militarisation et reste l’un des centres de la défense occidentale dans le cadre de la guerre en Ukraine.  Par ailleurs, l’un des objectifs de Poutine, comme de tous les dirigeants russes depuis des siècles, est de pouvoir accéder aux mers chaudes. A ce titre, et sur le plan naval, la mer Noire est un très haut lieu de l’opposition entre la Russie et l’OTAN et cela appelle, encore,  à une surveillance et à une militarisation accrue de l’est de la Méditerranée. L’objectif est également de veiller à ce que des États comme la Syrie ou l’Algérie, considérés comme proches de la Russie, ne servent pas de lieux de projection des forces russes. Enfin, la Méditerranée est le principal point de passage des hydrocarbures vers l’Europe et du blé ukrainien vers le Moyen-Orient. Elle est donc une zone à sécuriser de manière impérative afin d’éviter que la guerre en Ukraine n’ait des répercussions sur la circulation de ces produits nécessaires aux économies de l’Europe et du Moyen-Orient.

Entretien et article réalisés par Camille Hamentienne


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Camille Hamentienne (3 novembre 2023). La France, la Guerre Froide et la Méditerranée. Un Œil sur la Cité. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ujnm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search