L’islam sur les ondes

Rencontre avec Virginie Riva, reporter à Europe 1 et ancienne correspondante au Vatican.

« Les sciences sociales au travail » donne la parole à des professionnels ayant suivi une formation longue en sciences sociales. Elle se propose d’analyser les rapports d’ambivalence, de proximité et de distanciation critique que cette formation à la recherche introduit dans leurs pratiques quotidiennes et la perception de leur propre champ professionnel (journalisme, humanitaire, politique, expertise, etc.). Rencontre avec Virginie Riva, reporter à Europe 1 et ancienne correspondante au Vatican.

Crédit photo : Virginie Riva

Virginie Riva est passée sur les bancs de Sciences Po Aix, où elle a réalisé un mémoire de recherche sur les relations entre « Classe politique locale et Franc-maçonnerie » sous la direction de Bruno Étienne et Vincent Geisser. Puis elle a soutenu une thèse en sciences politiques sur les identités politiques et religieuses en Europe à l’université de Paris 1 en 2011. Elle y a étudié le débat sur les racines chrétiennes de l’Europe et a comparé les terrains français, belge et italien.

Si son travail de thèse l’a passionné et lui a donné le goût de l’enquête, Virginie Riva le décrit aussi comme un exercice aride, parfois solitaire. Un premier livre de vulgarisation1 lui a offert une respiration et permis d’affirmer sa préférence pour un rapport au savoir plus proche de la transmission. Peu enthousiaste après une première expérience d’enseignement universitaire, elle renonce à un poste d’Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) à Sciences Po Strasbourg et entame une formation en journalisme.

Dans le champ journalistique, ses savoirs académiques et savoir-faire méthodologiques acquis lors de sa thèse sont appréciés, notamment lorsqu’elle entreprend des enquêtes approfondies. Mais il lui est souvent reproché son extériorité dans les premiers temps de sa carrière de journaliste, ce qui révèle le rétrécissement de la profession, dont la quasi-totalité des membres passe par des écoles de journalisme.

En tant que journaliste à Europe 1, spécialisée sur les questions religieuses, Virginie Riva s’interroge sur les effets sociaux de la sur-visibilité – médiatique autant qu’universitaire – du fait religieux, notamment musulman. Entre autres anecdotes révélant le traitement problématique réservé à l’islam dans les médias, une chronique radio ordinaire la confronte à la méfiance des enquêtés, justifiée selon elle, du fait de la stigmatisation régulière dont ils sont l’objet.

Convaincue par la nécessité d’une approche journalistique vigilante sur ces questions, elle se lance dans l’écriture d’un livre issu d’une enquête approfondie, qui retrace les parcours de douze femmes converties à l’islam, paru en 20152 .

Virginie Riva souligne la nécessité d’être vigilant sur la présentation de soi, pour approcher et gagner la confiance d’acteurs du champ religieux dans un milieu parfois fermé et conservateur. Cela est vrai de son expérience de trois ans de correspondante au Vatican, qu’elle a vécu par ailleurs avec bonheur, goûtant à une large autonomie dans le choix de ses sujets.

Depuis deux ans, elle évolue vers le journalisme politique, où la crédibilité et la légitimité académique valent souvent moins que la répartie et la capacité à naviguer dans un « jeu de dupe » permanent. Elle se méfie des professionnels de la politique qui n’hésitent pas à mettre en œuvre des stratégies de publicisation via les journalistes.

Attachée au journalisme de radio, Virginie Riva met en évidence ce qu’impose ce média d’alerte, à savoir une information sans cesse à refaire et en mouvement, comme dans le contexte de la mobilisation du mouvement des Gilets Jaunes. La temporalité rapide du travail journalistique distingue celui-ci du temps long de la recherche et de la publication en sciences sociales. Elle rend délicate l’intervention du chercheur dans les médias qui doit délivrer en peu de temps un condensé de « prêt-à-penser » et risque de délaisser la spécificité de son terrain. Virginie Riva souligne néanmoins que  les contacts avec les universitaires qui endossent une posture d’informateurs sans médiatisation excessive constituent souvent une précieuse ressource pour elle.

Alice Baudy, doctorante en science politique, Sciences Po Aix – CHERPA

Pour citer cet article : Alice Baudy, L’islam sur les ondes, Un Œil sur la Cité, 17/09/2020, https://spx.hypotheses.org/59

  1. L’Europe avec ou sans Dieu. Héritage et nouveaux défis, avec Bérengère Massignon, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2011 []
  2. Virginie Riva, Converties, Paris, Seuil, 2015 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search