En quête de la “diversité sociale” dans le Parc Longchamp de Marseille

Enzo Vidal-Sohy est étudiant en master 1 Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés, à Sciences Po Aix, dirigé par Dilek Yankaya. 

 

Le Parc Longchamp est-il vraiment un « monument » de ville en déperdition ? C’est ce que l’on pourrait penser à la lecture du plan de gestion du parc, voté début 2022 par le conseil municipal, qui souligne une dégradation générale dans l’entretien de l’endroit et de sa réputation. Pourtant, il reste un lieu prisé par les Marseillais, les touristes; et des usagers de tous âges, genres et catégories sociales s’y côtoient quotidiennement. Ce sont ces usages, dans leur diversité, que nous avons étudiés, moi-même et huit autres étudiants du Master 1 Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés de Sciences Po Aix[1] .

Nous nous sommes rendus sur les lieux de notre nouveau « terrain », entre septembre et décembre 2022, pour réaliser un travail d’observation ethnographique. Cette première enquête nous a permis de nous initier au métier de chercheur et de mener un travail de réflexion sur les catégories sociales. Ce fût dans mon cas un exercice qui a su piquer ma curiosité tout en me permettant de prendre conscience des phénomènes sociaux qui caractérisent le rapport des individus à leur environnement. Nos travaux se sont également inscrits dans la dynamique développée par l’Atelier « Marseille 4-5[2] » et ont donné lieu à la publication d’un recueil [3] sous la direction de Claire Bénit-Gbaffou[4].  En tant qu’étudiant impliqué dans le projet, je me propose de présenter mon récit d’observation afin de mettre en lumière l’expérience et les pistes apportées par notre enquête.

 

Le Palais Longchamp (aile gauche), la Statue de la Durance et l’un des deux bassins du monumental secteur Sud. C’est la première image du Parc que se font les touristes et autres visiteurs occasionnels, loin d’être représentative de la pluralité des paysages et des pratiques du lieu.  © Enzo Vidal-Sohy, 19/09/2022.

Introduction

Le Parc Longchamp, ancien jardin zoologique inauguré au milieu du XIX°, est aujourd’hui un « poumon vert » impressionnant, proche du cœur de ville et rare dans l’agglomération marseillaise. Au sein du 4ème arrondissement, il borde plusieurs quartiers aux caractéristiques socio-économiques très différentes : au sud, on y trouve des zones en cours de gentrification, tandis qu’au nord les ouvriers et employés sont surreprésentés et la diversité sociale très prononcée. Nous sommes partis de l’hypothèse selon laquelle ce contraste social n’est pas sans conséquences sur les profils des usagers du parc et sur leurs pratiques. Pour la vérifier, nous nous sommes appuyés sur une démarche classique en sciences sociales et qui pourtant n’a rien de naturel pour des apprentis politistes : l’observation !

 

Le secteur du Palais-Bassin, usages visibles et invisibles du “monument”

 

Mon récit porte plus spécifiquement sur l’entrée « monumentale » du parc, secteur sud qui comprend le Palais Longchamp et les bassins et pelouses qui le bordent. Je m’y suis rendu un lundi, sous un temps agréable permettant au parc de se remplir au fur et à mesure de mon observation. J’ai remarqué une diversité sociale assez surprenante puisque le lieu, bordant des quartiers en cours de gentrification, n’apparaît pas de prime abord comme investi par des usagers “populaires”. L’aspect carte postale du monument attire avant tout des touristes qui présentent un profil proportionnellement plus aisé que la moyenne du fait de leur capacité à voyager. Cependant, j’ai constaté que ces derniers restent très peu alors que le temps d’occupation des marseillais est beaucoup plus long.

Parmi eux, de nombreux jeunes viennent pique-niquer et s’approprier l’endroit en discutant ou en écoutant de la musique. A midi, en semaine, cet espace est celui des lycéens. Ils s’installent dans des recoins et des renfoncements plus en retraits : au bord des marches qui mènent à la statue, sur le pas des portes au pied des deux tours du palais ou encore derrière les colonnades. Ces espaces sont ceux que Jane Jacobs identifie dans Death and Life of American Cities comme des « bordures vides », à savoir des endroits à première vue inutilisés, à moitié effacés, et que certains individus peuvent réinvestir pour des usages plus familiers, intimes et parfois transgressifs. Ces usages, éloignés du rapport purement patrimonial au monument, sont presque exclusivement le fait des jeunes.

 

A gauche, la statue de la Durance, au sommet du Palais Longchamp. On distingue à l’arrière quelques tags reclus sur un panneau métallique : « DSL le monument », « Haram » ou un lapin aux yeux envoûtés. Ces graffitis désacralisent le monument tout en lui reconnaissant son statut. Cela établit une relation de proximité avec le lieu, mais l’appropriation de celui-ci se fait de manière ambivalente, en partie transgressive, ce qui se reflète également dans l’occupation d’espaces en retrait. © Enzo Vidal-Sohy 19/02/2022.

 

L’occupation spatiale des « bordures vides » ainsi que la pratique du tag, illustrée par la photo ci-dessus,  sont en grande partie le fait d’usagers socialement catégorisés comme populaires, qui se placent dès lors à la marge tout en gardant une place centrale et unique dans le tableau du monument.  Les tags renvoient en effet au street art et à l’histoire de l’expression des personnes socialement dominées. Quant à la présence dans des endroits plus reclus,  elle est le fait d’individus que j’ai associé aux classes sociales défavorisées selon un ensemble de paramètres (tenue, comportement, langage). A la différence des touristes, ces usagers établissent une relation de proximité avec le monument, teintée d’un certain respect mais sans le considérer comme un lieu hors du temps et des réalités locales.

Le secteur du Palais-Bassin est finalement un espace que l’on occupe pour diverses raisons : son cadre agréable, à mi-chemin entre le parc et la ville, et qui offre tout un ensemble de perspectives et d’endroits à la fois discrets et calmes, investis par des individus de toutes les catégories sociales, y compris les plus défavorisées. Même autour de ce lieu qui suscite l’admiration, chacun trouve un moyen de se sentir à l’aise : il ne faut donc pas considérer le Palais-Bassin uniquement comme un secteur touristique.

Cette première enquête  m’a amené à prendre de la distance avec les représentations traditionnelles du parc mises en récit par les pouvoirs publics locaux. Ici, une certaine richesse dans la diversité sociale est restituée par l’expérience sociologique.

 

Article réalisé par Louna Hassaini Moussaoui et Enzo Vidal-Sohy. 

 

[1] Master placé sous la responsabilité de Dilek Yankaya https://www.sciencespo-aix.fr/enseignants/dilek-yankaya/

[2] https://mesopolhis.fr/latelier-marseille-4-5/

[3]Atelier Marseille 4-5, 2022, En quête de la « diversité sociale » dans le parc Longchamp. Neuf étudiants en mission d’observation. Rapport d’étude des étudiants de Master 1, Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés. Institut d’Etudes Politiques, Aix en Provence. A retrouver sur le site de l’Atelier, disponible en mars à cette adresse : http://www.atelier4-5.mmsh.fr/

[4] https://mesopolhis.fr/blog/membres/benit-gbaffou-claire/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Louna Hassaini Moussaoui (2 mars 2023). En quête de la “diversité sociale” dans le Parc Longchamp de Marseille. Un Œil sur la Cité. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ujnf


Louna Hassaini Moussaoui

Etudiante Sciences Po Aix - M2 Dynamiques Politiques et Mutation des Sociétés, Option Religion Politique et Société

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search