Karam Karam et l’ouverture internationale des sciences politiques

Karam Karam est libanais et a étudié à Sciences Po Aix entre 1994 et 2004. Les années qu’il y a passées lui ont apporté une forte émulation intellectuelle, en plus d’une méthodologie et d’un savoir solides sur l’actualité politique au Moyen-Orient. Aujourd’hui, il est fonctionnaire international à l’UN-ESCWA, une organisation des Nations Unies spécialisée dans les domaines économiques et sociaux de la région du Moyen-Orient. Il invite à multiplier les expériences de terrain et les spécialisations thématiques dans les choix d’orientation universitaire et professionnelle. C’est de cette manière, en effet, qu’il s’est créé un parcours sur mesure, ouvert sur la diversité des modalités d’application des sciences sociales dans le monde du travail.

Photo : Karam Karam

Des études de sciences politiques à Aix-en-Provence, Florence et Beyrouth

Karam Karam a réalisé ses études secondaires au Liban. A la fin des années 1980, après son Baccalauréat, il choisit d’étudier les sciences politiques à  l’Université Libanaise à Beyrouth (UL). Le Liban est alors plongé en pleine guerre civile (1975-1990) ; ce contexte ne facilite pas la poursuite d’études au Liban, surtout en sciences politiques. Karam Karam planifie alors un parcours universitaire de master à l’international. Il postule à plusieurs DEA en France et est admis à Sciences Po Aix sur dossier dans une formation prévue pour durer deux ans. Ne connaissant pas cette ville et n’ayant pas (à l’époque) accès à internet, il localise Aix-en-Provence grâce à un guide touristique. Il arrive en France en 1994. Durant ces années de DEA, il apprend à travailler avec des étudiants d’horizons différents et de cultures variées et surtout, à nourrir un regard critique sur toute situation. Il se considère chanceux d’avoir reçu un encadrement scientifique bienveillant, voire amical, de qualité, alors qu’il n’avait que peu entendu parler de l’histoire politique du monde arabe sur les bancs de l’université au Liban. Au cours de ses deux années de Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA, équivalent du Master 2), il travaille sur un sujet qu’il juge de plus en plus intéressant : la question de l’Etat et, plus spécifiquement, les modèles importés de l’Etat moderne dans la région du Moyen Orient. Après l’obtention de son diplôme, ses enseignants l’encouragent à poursuivre la recherche sur un autre sujet que le nationalisme arabe et la construction des Etats. Il  recherche alors un sujet pouvant être valorisé par la suite dans le monde extra-universitaire. Avec Elisabeth Picard, qui deviendra sa Directrice de thèse, il choisit d’étudier les mobilisations des associations civiles dans la période de l’après-guerre au Liban, qui commencent à être médiatisées dans l’espace public. Il développe ses premières idées au sein du Centre de Recherche et d’Etudes sur le Moyen-Orient Contemporain (CERMOC) – l’actuel Institut Français du Proche-Orient (IFPO) – à Beyrouth, puis part en 1999 à l’Institut Universitaire Européen de Florence (IUE), doté d’une bourse d’études, où il reste jusqu’en 2001. A Florence, il découvre des approches de science politique anglo-saxonnes qui l’aident à construire le cadre conceptuel de sa thèse. Il soutient son travail en 2004 en France à l’Université d’Aix-Marseille III Paul-Cézanne, puis quitte Aix-en-Provence pour retourner au Liban en 2004.

 

De l’université à la fonction publique internationale : l’âme d’un politologue

Karam Karam s’est beaucoup impliqué dans des collectifs de recherche durant ses années de thèse, ainsi que dans la réalisation d’enquêtes ethnographiques. Grâce à sa connaissance du terrain et à son expertise sur un objet d’étude d’actualité et peu exploré à son époque, il a rapidement pu répondre à des appels d’offre en tant que consultant, puis en tant que directeur de recherche au sein du Lebanese Center for Policy Studies (LCPS) à Beyrouth. Il est également rapidement intervenu en tant que professeur associé dans des programmes de formation à l’Université Libanaise. En 2008, il démissionne de son poste pour s’investir dans un nouveau projet : la gestion d’une association à but non lucratif. Puis, en 2016, il devient conseiller régional de l’ESCWA (United Nations Economic and Social Commission for Western Asia) – une organisation régionale des Nations Unies qui comprend la Mauritanie et les pays de la Ligue Arabe. Il y réalise des études, des policies advice ou encore des formations de fonctionnaires sur les questions de gouvernance des institutions publiques et de développement socio-économique à destination des gouvernements de la région. Il a, par exemple, mis en place un groupe de réflexion sur les compétences professionnelles nécessaires à la prise en compte des objectifs du développement durable au sein des administrations publiques des Etats-membres.

Avec le recul, Karam Karam se considère chanceux d’avoir obtenu ce poste qui lui permet de bénéficier du statut de fonctionnaire international dans son propre pays – qui plus est, dans le contexte libanais actuel de crise économique et institutionnelle sans précédent. Il constate une évolution dans les attendus qui lui sont demandés en tant qu’expert au sein de son organisation : les notes qu’il produit servent de plus en plus d’outils de communication aux commanditaires ; elles se limitent donc à de l’analyse synthétique rédigée « à chaud » et à des notes d’information brèves, là où les analyses autrefois produites étaient bien plus denses et empiriquement fondées. L’impératif à agir vite devient le critère premier d’évaluation, ce qui laisse de moins en moins de place à la recherche approfondie produite avec les outils des sciences sociales. Karam Karam juge cette évolution regrettable, tant la production de données et d’analyses approfondies sur la région permettent aux décideurs politiques une bonne compréhension et donc, l’adoption de plans d’intervention stratégiques attentifs aux dynamiques sociopolitiques propres à chaque Etat de la région.

Écrit par Philippine Dufour, Marion Frelat et Elizabeth Venisse, étudiantes du Master 2 Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search