Stefan Waizer : Un diplomate aguerri aux sciences sociales

Stéfan Waizer est fonctionnaire du Ministère des Affaires étrangères d’Autriche depuis 2019. Ancien Docteur de Sciences Po Aix-en-Provence et diplômé du Master dynamiques politiques et mutations sociales (M2 DPMS), il revient pour nous sur son parcours universitaire et professionnel en insistant sur ce que son regard de diplomate en devenir doit à ses années de recherche académique.

Photo : Stéfan Waizer

Un Autrichien en Provence

Stefan Waizer est diplômé d’une maîtrise en science politique, puis d’une maîtrise en droit, obtenues, respectivement, en 2010 et 2011, en Autriche. Durant son parcours universitaire, il a réalisé une mobilité ERASMUS à Sciences Po Paris. Son choix de poursuivre ses études de Master 2 en France est sentimental, puisque tôt dans sa jeunesse, il a appris le français à l’école en plus de l’anglais – choix atypique dans un pays où le public de scolaires opte davantage pour l’italien ou l’espagnol en seconde langue. À Paris, Stefan Waizer a commencé à s’intéresser à l’Iran, parce que ce pays se retrouvait alors plongé au cœur de l’actualité médiatique avec l’arrivée de Mahmoud Ahmadinejad à la Présidence en 2005. Pour assouvir sa curiosité, il réalise un travail de recherche sur le rôle des Gardiens de la révolution depuis la chute du Shah en 1979 et poursuit sa quête de connaissances sur ce pays par une thèse sur le programme nucléaire iranien et l’embargo pétrolier européen. Ses années de doctorat passées, en partie, à Aix-en-Provence, lui permettent de découvrir la vie quotidienne en France et de constater non seulement les différences avec son pays natal, mais aussi le peu de connaissance des Français sur l’Autriche.

 

La découverte de la sociologie de l’Union européenne et du petit-monde des fonctionnaires bruxellois

Ce fut pour lui un mini choc culturel. Au-delà, la formation universitaire reçue en France, à Sciences Po Aix, lui fait découvrir l’existence des cultures académiques nationales dans l’appréhension d’une discipline, à l’origine de la grande différence d’approche des relations internationales entre la France et l’Autriche (https://spx.hypotheses.org/4295). En Autriche, il avait été formé aux théories des relations internationales d’influence anglo-saxonne, alors qu’en France, son directeur de thèse, Philippe Aldrin, lui recommande de lire des fondamentaux de la sociologie politique, comme Pierre Bourdieu ou Norbert Elias, qu’il juge initialement très éloignés de ses préoccupations de recherche. A posteriori cependant, il estime que toutes les lectures qu’il a faites alors durant sa première année de thèse ont rendu celle-ci « magique », en lui faisant découvrir des savoirs et une appréhension du monde auxquels il n’avait pas eu accès jusque-là.

En 2012, il part s’installer à Bruxelles pour débuter ses premières enquêtes de terrain. Il décide alors de s’inscrire en codirection à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) afin de s’assurer un encadrement académique dans la capitale des institutions européennes. Il reste sur place près de trois ans, avec quelques allers-retours à Aix-en-Provence. Il apprécie la ville de Bruxelles, mais surtout, l’univers professionnel dans lequel il évolue grâce à son travail de doctorat : le monde des costumes et polyglottes. Devenu un habitué des lounges et espaces-cafés de la Commission européenne, sa vie intellectuelle et sociale est alors particulièrement riche. Il y apprit notamment à décoder la langue de bois diplomatique des fonctionnaires européens (https://spx.hypotheses.org/4285).

 

Seul face à l’écriture : le challenge de la fin de thèse

Stefan Waizer a commencé à ressentir certaines des tensions liées à l’âge et au statut de doctorant durant sa troisième année de thèse, alors qu’il atteignait la trentaine et démarrait l’écriture de son manuscrit. La question du « Que faire ensuite ? » est venue ternir ses pensées de manière récurrente, sans qu’il puisse y apporter une réponse immédiate. Parler sa langue maternelle lui manquait également, de même que celle qui allait devenir sa femme, qui résidait à Vienne. En 2016, il la rejoignit en Autriche pour briser son sentiment d’isolement, mais aussi son blocage dans l’écriture. Mais l’exercice de rédaction ne fut pas plus facile pour autant. Il faut dire qu’il nécessite beaucoup de rigueur personnelle si l’on veut tenir le rythme et terminer dans les temps impartis. Stefan Waizer dit alors avoir trouvé dans l’occupation d’un emploi à temps partiel au sein du service juridique d’une association humanitaire (catholique, puis protestante) une voie salvatrice – à savoir, des horaires de travail réguliers, des relations sociales au travail et un sens immédiat à sa détention de savoirs.

 

Un diplomate doté d’un sens critique

A l’issue de sa thèse, il prépare le concours d’entrée du ministère autrichien des Affaires étrangères, qu’il réussit en 2019. Entré en 2019, il estime garder une distance critique dans l’exercice actuel de ses fonctions grâce à sa formation doctorale. Il dit notamment pouvoir comprendre (mieux) l’ethos et les codes des agents des institutions dans lesquelles il travaille et avec qui il échange au quotidien. Stefan Waizer est conscient également d’apporter un regard détonnant à ses supérieurs hiérarchiques, car il a suivi un parcours relativement atypique. Sa connaissance des institutions européennes, du milieu diplomatique européen et des logiques juridiques ou institutionnelles à l’œuvre au sein de l’Union Européenne, lui est très utile. Son expérience de chercheur l’amène, par ailleurs, à faire preuve de créativité dans les analyses qu’il propose. Nous lui souhaitons bonne continuation dans son parcours !

 

Ecrit par Guillemette Lano, Fabien Pédegert-Saliou et Abigail Realsen, étudiants du Master 2 DPMS, Sciences Po Aix.


Stefan Waizer, « Institutionnalisation d’un rôle politique au sein de la diplomatie internationale : l’ascension du haut représentant de l’UE dans le dossier nucléaire iranien, 2003-2015 », thèse de doctorat en science politique sous la direction de Philippe Aldrin et François Foret, en cotutelle avec l’Université Libre de Bruxelles et l’Université Aix-Marseille.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search