Chloé LECOMTE-PLANCHE : Une chargée de coopération scolaire et universitaire aux Émirats Arabes Unis

Chloé Lecomte-Planche est diplômée 2017 du Master 2 Expertise politique comparée, ancêtre du Master Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés, de Sciences Po Aix-en-Provence. Son parcours permet de comprendre en quoi ce master est apprécié des employeurs, jusque dans des les métiers de la diplomatie.

Photo : profil LinkedIn de Chloé Lecomte-Planche
Une spécialiste du monde arabe

Chloé Lecomte-Planche a intégré l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence à la rentrée 2012 à la suite de son baccalauréat. En deuxième année, elle a choisi des cours optionnels de spécialisation sur les relations internationales et le monde arabe, comme celui intitulé « Résolution du conflit israélo-palestinien ». En troisième année, elle est partie en mobilité Erasmus à Boston au Wellesley College, où elle a continué à se spécialiser sur le monde arabe, en prenant des cours thématiques sur la sexualité ou la justice transitionnelle dans le monde arabe. C’est dans le cadre de cette mobilité qu’elle a débuté l’apprentissage de la langue arabe. À son retour à Aix-en-Provence, elle a intégré un Master 1 en Relations internationales, puis le Master 2 Expertise politique comparée. Elle y a réalisé un mémoire de fin d’études intitulé : « Derrière la polémique française sur l’enseignement de l’arabe à l’école : l’intégration en question », qui a reçu le prix du meilleur mémoire de recherche. Après l’obtention de son master, elle hésite à entamer une thèse, mais choisit finalement de se perfectionner en langue arabe. Elle s’inscrit alors en licence à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris. Selon elle, cette formation est complémentaire de celle acquise à Sciences Po. L’apprentissage approfondi d’une langue étrangère renforce son ouverture d’esprit et son rapport d’empathie à autrui, car l’enjeu – lorsqu’on apprend une langue – est de prêter attention au locuteur : « Comme dans un entretien, [c’]est d’accepter la rencontre, l’écoute de l’autre, même quand on est totalement en désaccord avec ce qu’il peut nous dire ».

 
 
L’attrait du monde de la recherche et de la coopération universitaire

Chloé Lecomte-Planche a découvert la coopération universitaire et son attrait pour la promotion et la valorisation de la culture française auprès des étudiants étrangers, lors d’une expérience en tant que trésorière bénévole de l’association internationale de Sciences Po. Cette association a vocation à accueillir les étudiants étrangers et encourage leur intégration à Aix-en-Provence ainsi qu’au sein du campus. Par la suite, Chloé a réalisé un stage auprès d’une entreprise internationale, Lyreco Group, en charge de la distribution de biens et équipements aux entreprises. Sa capacité à négocier des entretiens avec tout type de personnes, ainsi que sa grande adaptabilité, y ont été fortement appréciées. Puis, elle a été en poste au service des relations internationales de l’École du Louvre, où elle s’est occupée des mobilités étudiantes entrantes comme sortantes. Enfin, en 2019, elle a mis sa formation académique au service de la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC), lieu qui lui a permis d’échanger avec de nombreux chercheurs en sciences sociales. Depuis septembre 2020, Chloé occupe un Volontariat International en Administration (VIA) sur un poste de chargée de mission scolaire et universitaire au sein du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France aux Émirats arabes unis (ÉAU). Elle s’estime chanceuse d’avoir obtenu ce poste et explique avoir répondu à peu d’offres de ce type parce qu’elle privilégiait la cohérence à la fois thématique (la coopération universitaire) et géo-linguistique (le monde arabe). Elle dit néanmoins avoir réalisé une veille quotidienne des postes ouverts sur le site du ministère des Affaires étrangères plusieurs mois durant. Pour elle, si elle l’a emporté sur les candidatures concurrentes, c’est en partie en vertu de sa formation universitaire et des connaissances qu’elle a acquises durant la réalisation de son mémoire de master 2 sur les acteurs français investis dans l’enseignement scolaire de la langue arabe, qu’elle peut réinjecter dans son travail diplomatique au quotidien.

Un poste diplomatique foisonnant

Dans le cadre de son poste à l’Ambassade, Chloé Lecomte-Planche doit travailler en plusieurs langues (l’anglais, l’arabe et le français) et côtoie des collègues aux profils fort variés (diplomates de carrière, militaires, économistes, architectes…) –aspects de son travail qu’elle trouve particulièrement enrichissants. Le suivi des affaires scolaires (de la maternelle au baccalauréat) représente une part importante de ses activités, puisque les ÉAU constituent le sixième réseau d’enseignement français dans le monde, avec sept lycées français et dix mille élèves inscrits. Chloé a également la charge du développement de l’enseignement de l’arabe dans ces lycées, au moyen de divers dispositifs tels le déploiement du Certificat international de Maîtrise en Arabe de l’Institut du Monde Arabe ou la création de sections orientales et internationales en arabe En matière de coopération universitaire, Chloé met en place et suit la gestion des accords de partenariats entre universités émiriennes et universités françaises. Concrètement, cela se traduit par la rédaction régulière de recommandations (ou guidelines) à destination des partenaires français pour faciliter leur compréhension des dossiers de candidature qu’ils doivent remplir afin d’être habilités à intervenir sur le sol émirien. Elle produit aussi des fiches synthétiques présentant les universités locales et leurs interlocuteurs pour réagir activement lors de réunions ou encore des fiches biographiques sur des personnalités françaises méconnues aux ÉAU, et inversement. Elle participe également à la rédaction de discours et d’éléments de langage à l’attention de ses supérieurs hiérarchiques lorsqu’ils doivent, par exemple, ouvrir des événements culturels ou scientifiques, ou encore des comptes rendus de réunion. Pour réaliser ces missions, sa formation universitaire lui est d’un grand secours, puisqu’elle y a acquis des capacités rédactionnelles et de synthèse, ainsi qu’un savoir-faire en matière de traitement des données. La mission la plus marquante qu’elle ait eue à porter jusque-là est l’organisation de conférences-débats qui se sont tenues dans le cadre de La Nuit des Idées – événement annuel de l’Institut français (à Paris), qui a pour objectif de favoriser le débat d’idées partout dans le monde. Lors de la dernière édition, Chloé a notamment réalisé la production d’une capsule vidéo avec Laure Assaf, chercheure en anthropologie et spécialiste du Moyen-Orient, afin de diffuser sa recherche sur la manière dont les citadins s’approprient l’espace urbain à partir de l’exemple de la Corniche d’Abou Dabi.

« L’expérience de la recherche est fondatrice, même si on n’en fait pas sa vie »

À son poste, Chloé Lecomte-Planche regrette manquer de temps pour lire et se tenir informée des dernières publications en sciences sociales comme elle le souhaiterait Elle se réjouit cependant de la possibilité de promouvoir la recherche en train de se faire et d’assister à certaines conférences qui lui permettent d’affiner sa compréhension du monde arabe, notamment grâce à la très riche programmation du Centre Français de Recherche de la Péninsule Arabique (CEFREPA). Chloé souligne par ailleurs la différence entre le temps long de la recherche et celui de ses missions actuelles à l’Ambassade qui suppose l’immédiateté et la réactivité. Elle loue ainsi le temps de recul et la distance critique que permet le travail d’analyse scientifique, mais aussi la liberté de pensée du monde académique. Elle parle enfin d’« humilité de la recherche », qui viendrait du fait que le chercheur joue un rôle de maillon dans la grande chaîne de la production scientifique et s’insère ainsi dans la production et l’engagement collectifs. C’est pourquoi Chloé ne se ferme aucune perspective académique pour l’avenir. Nous lui souhaitons bon vent, quelles que soient les choix professionnels qu’elle fera.

Ecrit par Zoltan Boutillier, Emma Eskidjian et Margaux Vittoria, étudiants du Master 2 Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés (DPMS), Sciences Po Aix-en-Provence.


Pour aller plus loin :

Entretien avec Laure Assaf sur la corniche d’Abou Dabi : https://www.youtube.com/watch?v=02geBtZGaGw


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search