Soazig DOLLET : une défenseure des droits au service des sans-voix

Diplômée du Master 2 « monde arabe » de Sciences Po Aix en 2003, Soazig Dollet multiplie les expériences professionnelles qui lui permettent de mettre à profit sa connaissance du Moyen-Orient et ses compétences rédactionnelles et analytiques. Tour à tour Officier de protection à l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), déléguée au sein du Comité International de la Croix Rouge (CICR), responsable du bureau Afrique du Nord/Moyen-Orient de Reporters sans frontières (RSF), puis experte-média en indépendant, elle fait le choix – à près de 40 ans – de réaliser une thèse en science politique. Retour sur un parcours riche et courageux à la fois.

Photo : profil LinkedIn de Soazig Dollet

Soazig Dollet a obtenu son DEA en Science Politique Comparative, option « monde arabe et musulman », à l’IEP d’Aix-en-Provence en 2003. Elle avait auparavant suivi une formation en relations internationales à l’IEP de Strasbourg, intégré après son baccalauréat, où elle avait reçu des enseignements centrés sur l’Europe et l’Union européenne. C’est lors d’une mobilité ERASMUS réalisée à la Queen’s University de Belfast qu’elle suit des cours sur le monde arabe et s’enthousiasme pour celui-ci. Elle commence alors l’apprentissage de l’arabe. A son retour à Strasbourg, elle le poursuit, en parallèle de sa dernière année à l’IEP. Diplômée, elle complète sa formation linguistique par des cours intensifs en Syrie (durant six mois), puis en Égypte (pendant un an). Son but est de parvenir à mener des entretiens en arabe, car elle souhaite pouvoir travailler dans cette langue – sans trop savoir encore vers quelles activités professionnelles se diriger.

 

L’entrée dans le monde professionnel : du droit des étrangers au droit des prisonniers

N’ayant pas réussi à obtenir une bourse de thèse, Soazig Dollet devient Officier de Protection auprès de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) trois mois après sa sortie du Master 2. Son travail consiste à mener des entretiens avec les demandeurs d’asile pour déterminer si ces derniers peuvent (ou non) bénéficier d’une protection au titre de la Convention de Genève de 1951 relative au statut de réfugié ou la protection subsidiaire introduite en France en 20041. Elle met alors en pratique les techniques d’entretien qu’elle a apprises dans le cadre de son DEA, telles qu’écouter la parole de l’autre avec empathie et regard distancié. Retenue à ce poste pour sa connaissance du monde arabe, elle intègre la division Amériques-Maghreb et travaille alors principalement sur des dossiers de ressortissants originaires d’Haïti, Mauritanie, Tchétchénie, Turquie ou Somalie. Après un an et demi, elle quitte ce poste : il lui était très dur, aussi jeune, d’avoir la responsabilité de décider – en partie – de la destinée d’individus ayant quitté leur pays.

En septembre 2005, elle devient Déléguée au Comité International de la Croix-Rouge (CICR). Sa première mission la conduit en Israël comme Déléguée détention. Son travail consiste à documenter les conditions matérielles de traitement des détenus palestiniens dans les différents lieux de privation de liberté où ils sont enfermés (centres de détention provisoire, d’interrogation, prisons ou camps militaires), afin de déterminer si les institutions israéliennes respectent les conventions internationales relatives aux droits des prisonniers. A l’issue de chaque visite, un entretien est organisé avec les autorités en charge du lieu de détention, au cours duquel le CICR recommande souvent l’amélioration des conditions de détention. Par la suite, un rapport confidentiel est rédigé et adressé aux autorités israéliennes. Le travail à ce poste a permis à Soazig Dollet d’avoir un regard fait de complexité et de nuances sur le conflit israélo-palestinien. Dix-huit mois plus tard, elle est envoyée par le CICR au Liberia en tant que Déléguée protection, dans le contexte de fin de la guerre civile pour œuvrer au regroupement familial des déplacés et réfugiés de guerre ainsi qu’à la réinsertion civile des enfants-soldats.

La défense de la liberté de la presse dans le monde arabe

En 2009, elle fait le choix de rentrer à Paris et obtient le poste de responsable du bureau Moyen-Orient et Afrique du Nord à Reporters sans frontières – une ONG qui a vocation à défendre la liberté de la presse et de l’information partout dans le monde. Pour mener à bien sa mission, Soazig Dollet travaille avec des personnes-contact et des organisations partenaires, qui l’informent des entorses à la liberté d’informer éventuellement perpétrées. Elle les relaie, en décidant du type de format : communiqué de presse, lettres officielles aux autorités concernées, etc. Elle envoie également régulièrement des notes au Quai d’Orsay pour briefer les hauts fonctionnaires sur la situation dans les différents pays de la sous-région. Puis, au moment où elle songe à raccrocher, frustrée de son impuissance face à des violations de la liberté de la presse à répétition dans des contextes autoritaires imperturbables, elle est prise dans le tourbillon des Printemps Arabes. En 2011, elle s’attelle alors à documenter les exactions perpétrées contre les mouvements « révolutionnaires », à renseigner les journalistes se rendant sur place à la recherche de sources d’informations fiables et organise des formations à destination des acteurs locaux de l’information et des nouveaux médias. RSF soutient ainsi, en 2013, la création de Radio Rozana, une radio syrienne en exil basée à Paris. Enfin, elle se rend sur le terrain à plusieurs reprises, que ce soit en Israël/Palestine, en Tunisie (où RSF ouvre un bureau en octobre 2011), en Libye ou en Turquie. Dans ce dernier pays, à partir de Gaziantep (ville frontalière du Sud-Est abritant de nombreux réfugiés et instances humanitaires internationales et nationales), elle organise des rencontres avec des journalistes syriens exilés afin de mieux comprendre la situation à l’intérieur du pays en guerre. Fin 2014 toutefois, épuisée par des années de suivi d’actualité aussi exaltantes que déprimantes, elle choisit d’arrêter.

S’ensuit plusieurs mois de randonnée en solitaire au Népal. Après quoi, elle s’établit comme consultante indépendante en tant qu’experte-média sur le monde arabe. Dans ce cadre, elle réalise des études pour des ONG ou des opérateurs du ministère des Affaires étrangères ou de la Commission européenne sur des sujets relatifs aux écosystèmes de l’information. Elle se penche notamment sur les modalités d’accès à l’information des réfugiés syriens en Turquie et au Liban. Cette activité dure 4 ans, jusqu’en 2019 – année de son inscription en thèse.

La thèse, un choix réfléchi. Ou comment poursuivre une vie d’engagement

À dire vrai, l’envie de réaliser une thèse en sciences sociales ne l’a jamais quittée depuis son Master 2 et revient comme un boomerang à chacun de ses changements de poste. En DEA, elle avait étudié la communauté des chiffonniers (ou zabbâlin) mobilisée contre une réforme du ramassage des ordures ménagères. À son terme, elle avait valorisé son mémoire de recherche par la publication d’un article scientifique, sans parvenir à obtenir un financement pour un travail de recherche. Quinze ans après cette première enquête, elle revient sur les bancs de l’université en s’inscrivant en thèse auprès du Centre d’Études Européennes et de Politique Comparée de Sciences Po Paris sous la direction de Virginie Guiraudon2. Elle parvient à obtenir un financement CIFRE (pour Convention Industrielle de Formation par la Recherche), qui est un dispositif du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche permettant à toute entreprise de droit français (ou association) d’embaucher un doctorant pour le placer au cœur d’une collaboration de recherche avec un laboratoire public3. C’est la Fondation COS Alexandre Glasberg4 qui la porte – partenaire pour lequel elle s’engage à réaliser une analyse des dispositifs d’insertion existant à destination des réfugiés en France. Plus précisément, dans sa thèse, Soazig Dollet entend saisir « les manières de faire et pratiques des bénéficiaires de la protection internationale dans leur accession à un logement et à un revenu, au regard de l’accompagnement social dont ces personnes bénéficient dans le cadre du dispositif national d’accueil ». Après une première année consacrée à des entretiens réalisés auprès des professionnels des centres d’accueil et d’accompagnement de la Fondation COS5, elle se penche aujourd’hui sur le vécu des réfugiés, afin de déterminer comment ces derniers vivent, au quotidien, les dispositifs d’accueil et d’intégration qui les ciblent. Gageons que sa persévérance et son entrain lui permettront de finaliser, au mieux, son ambitieux projet de production des savoirs.

Par Andrea Gallinal, Élie Kallab, Anna Repina, étudiants en Master 2 de science politique – Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés, année universitaire 2020-2021.

Pour citer cet article : COLLECTIF, Soazig DOLLET : une défenseure des droits au service des sans-voix, Un Œil sur la Cité, 27/05/2021, https://spx.hypotheses.org/4373

Pour aller plus loin :

Dollet, S. (2004). Une communauté traditionnelle face à la modernité – l’exemple des zabbâlîn au Caire, CEDEJ, Le Caire

Dollet, S. (Ed.). (2009). Gaza, Le Livre Noir, La Découverte

Dollet, S. (2015). Rapports sur la situation des nouvelles radios, publications et télévisions syriennes (bilan, enjeux et perspectives), pour Canal France International.

France Culture – 2011 : Les Matins – Omar Ouahmane, Soazig Dollet et Raphaël Krafft sur Orange Vidéos

  1. « Le bénéfice de la protection subsidiaire est accordé à toute personne dont la situation ne répond pas à la définition du statut de réfugié mais pour laquelle il existe des motifs sérieux et avérés de croire qu’elle courrait dans son pays un risque réel de subir l’une des atteintes graves suivantes définies par l’article L. 512-1 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda) : la peine de mort ou une exécution ; la torture ou des peines ou traitements inhumains ou dégradants ; pour des civils, une menace grave et individuelle contre sa vie ou sa personne en raison d’une violence aveugle résultant d’une situation de conflit armé interne ou international. ». Source : OPFRA https://ofpra.gouv.fr/fr/asile/les-differents-types-de-protection/la-protection-subsidiaire []
  2. Sa thèse est intitulée : « Les bénéficiaires de la protection internationale dans les dispositifs nationaux d’accueil et d’insertion – Parcours d’ancrage local à partir de l’expérience de personnes accompagnées par la Fondation COS à Montreuil, Bordeaux et Pau. » []
  3. Le dispositif CIFRE permet à l’entreprise de bénéficier d’une aide financière pour recruter un jeune doctorant dont les travaux de recherche, encadrés par un laboratoire public de recherche, conduiront à la soutenance d’une thèse []
  4. La Fondation COS Alexandre Galsberg est l’un des acteurs majeurs dans le champ de l’action sociale, médico-sociale et sanitaire en France. Ses missions principales consistent à prendre soin des personnes âgées, favoriser l’autonomie des personnes en situation de handicap, accueillir les réfugiés et demandeurs d’asile et les accompagner dans leur intégration en les hébergeant notamment. A titre d’exemple, le projet « Accompagner les parents d’ici et d’ailleurs » tente de répondre à la problématique du maintien de la fonction parentale dans le contexte migratoire dans lequel celle-ci se trouve souvent dégradée []
  5. Ces centres se trouvent à Montreuil, Bordeaux et Pau []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search