Grand angle sur le Sida. Quand un réalisateur filme l’ordinaire d’un quotidien

Le film 120 Battements par Minute a été réalisé par Robin Campillo en 2017. Il relate la lutte d’Act Up-Paris dans les années 1990 – années où l’épidémie du sida connaît une forte inflation en France. L’histoire se concentre sur quatre personnages : Nathan (nouveau militant au sein de l’association), Sean (ancien militant), Thibaut (président d’Act Up) et Sophie (ancienne militante). Les actions menées par Act Up sont montrées parallèlement aux amitiés militantes et surtout, à la romance entre Nathan et Sean, couple d’homosexuels touché par la maladie. Ancien militant d’Act Up-Paris, le réalisateur Robin Campillo a cherché, par cette œuvre cinématographique, à rendre hommage à une génération de morts oubliés et à son combat pour la dignité. Il a également vocation à saluer les survivants et à montrer l’importance de leur action citoyenne collective. En d’autres termes, il souhaite témoigner sur un sujet cinématographique tabou. Pour Un Œil sur la Cité, Camille Baizet se livre à une analyse sociopolitique de cet ambitieux projet, plutôt bien servi par la critique.

Dévoiler le quotidien des malades du Sida

Le film commence par mettre en scène une réunion de l’Agence Française de Lutte contre le Sida (AFLS), durant laquelle un groupe de militants d’Act Up s’introduit pour alerter sur la situation des malades du VIH. L’intrusion dérape lorsqu’un des militants jette une poche de faux-sang sur le visage du porte-parole de l’agence gouvernementale, qui se retrouve ensuite menotté. La réunion d’Act Up qui s’ensuit revient sur la « violence » non programmée de l’évènement et débat de sa légitimité. Au-delà, toute la première partie du film met l’accent sur les actions des militants de l’association et leurs réunions hebdomadaires (RH), tandis que dans un second temps, le scénario se concentre davantage sur l’histoire d’amour de Nathan et Sean, deux militants dont le quotidien est rongé par la séropositivité de Sean. La focalisation sur un couple et son histoire personnelle est une technique narrative qui permet aux spectateurs de s’inviter dans le quotidien d’une personne atteinte du VIH. Ce dernier expérimente ainsi, au plus près, le réveil qui sonne en pleine nuit pour ne pas oublier de prendre le traitement toutes les quatre heures, les effets secondaires des médicaments, la responsabilité qu’implique la prise d’un traitement thérapeutique à domicile (qui nécessite d’avoir le bon nombre de seringues tout le temps, par exemple), ou encore la dégradation – parfois soudaine – de l’état de santé du patient. Ce procédé narratif favorise également l’empathie et permet, du même coup, de voir « à quoi ressemble des malades du Sida, si vous n’en aviez jamais vu », comme le dit Sean dans une scène du film. Il ne réduit pas, pour autant, ces derniers à leur seule dimension d’individus souffrants, dès lors qu’il donne aussi à voir leur engagement au sein d’Act-Up-Paris. Cette association, créée en 1989 sur le modèle d’Act Up-New York aux États-Unis et donc, issue de la communauté homosexuelle, a pour but de défendre les droits de toutes les personnes touchées par le sida. Elle procède via, non seulement, la médiatisation et la politisation de la cause, mais également, la mise en valeur du savoir accumulé par les militant.e.s. Au-delà, le film dénonce le manque d’action des pouvoirs publics, les prix élevés des médicaments (et donc, les bénéfices des laboratoires pharmaceutiques) et l’indifférence de la société face à l’épidémie – voire, la stigmatisation sociale des malades. Il jongle ainsi constamment entre le collectif et l’individuel, l’action et l’émotion, l’intime et le politique.

Face à la certitude de la mort, l’urgence de la fête

Le montage du film, qui a un rythme rapide, représente l’urgence – l’urgence dans laquelle les militants se trouvent. Le titre fait référence à cette urgence, cette rapidité : 120 battements par minute, c’est non seulement un rythme cardiaque accéléré, mais également le nombre de « bpm » (battement par minute) utilisé dans la musique électronique pour

Image par ktphotography de Pixabay

indiquer le tempo d’un morceau et qui renvoie aux tubes que les militants du film passent en boucle lors des soirées. Le montage vient ici rappeler que la vie pour ces jeunes individus est une course contre la montre, comme ils le rappellent souvent aux laboratoires pharmaceutiques et aux dirigeants politiques : « on n’a pas le temps, nous ». Robin Campillo fait ici le choix de montrer la mort sous un aspect banal et ordinaire qui, lorsqu’elle ferme les horizons de façon quasi assurée, se vit régulièrement conjuguée à des atmosphères de fêtes, de danses, de moments joyeux partagés entre activistes. Ces moments de joie, de vie intense, s’opposent aux moments purement militants, comme les zaps1, die-in ou rencontres avec les laboratoires, qui rappellent la fatalité du sort qui les attend.

Le film retient l’attention par l’aspect humain qui s’en dégage, la soif de vivre qu’il met en avant. Robin Campillo arrive à mêler ce qui est vu comme futile, irréfléchi, voire violent – autrement dit la jeunesse -, à l’éminemment politique. Il combine l’intime, la sphère domestique, considérée comme ne devant pas être mis sur la place publique, à la sphère publique et médiatique précisément, et au politique dans toute sa complexité, en jonglant constamment entre les actions « coups de poing » menées par Act-Up, les réunions hebdomadaires, l’amour entre Sean et Nathan, et les fêtes. La scène de la Gaypride est, en ce sens, particulièrement symbolique. La jeunesse y est montrée dans toute sa splendeur (fête, musique électro, déguisement, pom pom girls, insouciance) : elle savoure, là, un moment arrêté dans le temps (c’est d’ailleurs l’une des seules scènes filmées au ralenti), tout en scandant des revendications éminemment politiques – comme ce camion qui diffuse à plein tube le slogan « Knowledge is power ».

Le recours récurrent au gros plan pour filmer la transformation des particules de poussière, symboles de l’instantanéité de ces scènes festives, en cellules qui se démultiplient progressivement, à l’image du virus, rappelle néanmoins que cette soif de vivre avoisine la mort. De nombreux autres plans rappellent cette impérieuse nécessité de vivre l’instant présent pour les malades du Sida, comme les confettis qui volent et accompagnent les participants de la Gaypride, l’eau quand Nathan et Sean partent à la mer avec un plan qui les montrent en train de nager vu du dessous – ce plan est précédé par une vision détaillée d’une cellule, ou encore les cendres de Sean, jetées avec rage sur le banquet des assureurs qui festoient. Par ailleurs, l’image de la Seine entièrement rouge, rouge-sang, est une image forte, marquante. Les plans rapprochés sur l’eau rouge avec les passants sur le pont, que la respiration difficile de Sean accompagne en fond sonore, puis le plan en hauteur sur la Seine, donnent une symbolique importante à la scène.

Une fiction ancrée dans le réel

L’autre choix artistique frappant du réalisateur est de prendre appui sur de nombreux évènements réels pour raconter la lutte d’Act Up dans les années 1990 et donner à voir sa réalité – ce qui confère une dimension documentaire au film. Ainsi, Thibaut, personnage qui promeut la négociation et les actions non-violentes, joue-t-il le rôle du premier président d’Act Up, Didier Lestrade (1989-1991). De même, la scène d’ouverture du film est inspirée d’un fait réel : le docteur Bahman Habibi, directeur médical et scientifique du Centre national de la Transfusion Sanguine (CNTS), a bien été couvert de faux-sang et menotté lors d’une session médicale qui réunissait des spécialistes de la transfusion sanguine et de la réanimation médicale, le 13 mars 1992. Le jet de faux-sang sur les autorités publiques (qui est montré plusieurs fois dans le film) a d’ailleurs été une technique qui a contribué à instiller la peur à l’époque parmi le personnel administratif. Des cendres ont également été jetées à la figure d’assureurs lors d’un cocktail professionnel organisé par le monde des assurances en 1994 pour dénoncer la discrimination que subissent les personnes atteintes du VIH. Outre ces faits divers concrets, la société Melton Pharm dans le film imite les comportements des laboratoires existants, tels que Roche qui a refusé en 1992 de publier les résultats de ses essais concernant l’anti-protéase, ou Glaxo et Abbott qui ont limité l’accès à leurs médicaments, par exemple via la mise en place d’un tirage au sort des bénéficiaires. Enfin, le réalisateur fait très explicitement référence à l’affaire du sang contaminé et au président de l’époque, François Mitterrand, ainsi qu’à un livre de Jean Baudrillard, Écran Total, paru en 1997, qui a fait polémique à sa sortie pour ses propos concernant les homosexuels, qu’il décrit comme circulant en « circuit fermé », ce qui expliquerait le fait qu’ils soient davantage touchés par le sida.

Un film aux fortes résonances sociétales

À sa sortie en 2017, 120 Battements par Minute a été bien accueilli par la critique. Il a reçu de nombreux prix comme le Grand Prix du Jury du Festival de Cannes en 2017 ou la Queer Palm – en 2017 également. Il a aussi été nominé plusieurs fois aux Césars 2018 et a été candidat à l’Oscar du meilleur film étranger cette même année. L’association Act Up-Paris s’est félicitée de ce succès et a souligné la justesse du film. Dans une certaine mesure, elle a bénéficié de la popularité accordée à sa cause, puisqu’elle a fait face à une hausse importante des demandes d’adhésion dans les mois qui ont suivi la sortie du film. Mais les nouveaux venus ont modifié ses priorités, ajoutant à son agenda les enjeux migratoires ou la lutte contre le racisme, au nom de l’efficacité des luttes intersectorielles – ce qui, aux yeux des militants plus anciens, l’a détournée de ses buts premiers. Les nouveaux venus ont également plaidé pour un retour à des opérations médiatiques « coups de poing », comme aux premiers temps de l’association, là où l’équipe dirigeante (qui change quasiment chaque année depuis 2009) avait imposé l’expertise et le plaidoyer comme modalités pertinentes d’action et de reconnaissance par les pouvoirs publics. Ces différends ont conduit à la démission de l’équipe dirigeante en 2018 et à la création d’une nouvelle association : les ActupienNEs. Le film 120 Battements par Minute a donc eu une grande portée non seulement dans le monde du cinéma, mais également dans le monde militant.

Au-delà, de nombreux aspects du film résonnent avec l’actualité, bien que sa trame se déroule dans les années 1990. En effet, si les traitements thérapeutiques disponibles en France ont considérablement évolué en trente ans (rendant le quotidien des malades et leur insertion sociale plus aisés), de nombreuses insuffisances demeurent, que l’association Act Up et d’autres collectifs dénoncent (toujours) vigoureusement. Il en est ainsi notamment de l’absence de politiques publiques ciblant les personnes les plus touchées par le virus (homosexuel.l.e.s, prostituté.e.s, drogué.e.s, prisonnie.è.r.e.s), de la faiblesse en nombre (et de l’inadaptation) des politiques de prévention des jeunes et des représentations des malades dans les instituts de recherche scientifique. Le film introduit ainsi un regard critique sur la prise en charge politique de la pandémie par les pouvoirs publics – qui reste très en-deçà des attentes des associations de défense des malades atteints du VIH. Il dénonce également le coût de l’accès aux soins, qui demeure problématique pour les personnes pauvres, ainsi que les représentations des malades – encore chargées de stigmates. En d’autres termes, Robin Campillo ne réduit pas la pandémie du Sida à un seul problème physiologique sur le plan individuel et sanitaire sur le plan collectif ; il montre les dimensions politiques, économiques et sociales, de celle-ci – ce que nous renvoie largement aujourd’hui la pandémie de la Covid-19.

Par ailleurs, le film souligne l’existence de différends au sein d’une même association sur les stratégies de lutte à adopter, en mettant en scène l’opposition entre Thibaut (qui privilégie le dialogue avec les dirigeants politiques et laboratoires pharmaceutiques) et Sean (qui privilégie les actions coups de poing). Il met ainsi en exergue l’un des dilemmes récurrents des associations de plaidoyer – qu’elles que soient les causes qu’elles défendent -, qui oscillent entre l’adoption d’une stratégie basée sur les pourparlers avec les pouvoirs publics et donc, l’utilisation de moyens démocratiques conventionnels, et le recours à des modes d’action plus violents, souvent considérés comme des réponses nécessaires à l’inertie des pouvoirs publics, voire aux violences policières dont les militants sont l’objet. De fait, le film interroge les interventions (et interpellations) musclées de la police sur les militants d’Act Up lors des manifestations des années 1990. Ceci n’est pas sans faire écho aux formes de violences policières qui sont dénoncées dans les médias par les milieux militants depuis les mobilisations des Gilets jaunes, qui débouchent aujourd’hui sur des interrogations néanmoins nouvelles relatives au dévoiement possible de la démocratie.

Par Camille Baizet, étudiante en Master 1 en science politique – Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés (DPMS)

Pour citer cet article : Camille Baizet, Grand angle sur le Sida. Quand un réalisateur filme l’ordinaire d’un quotidien, Un Œil sur la Cité, 20/04/2021, https://spx.hypotheses.org/4356

Pour aller plus loin :

Christophe BroquaOlivier Fillieule, « Act Up ou les raisons de la colère », p. 141 à 167, in Christophe Traïni, Émotions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, https://www.cairn.info/emotions-mobilisation–9782724610994-page-141.htm?contenu=resume

Valentin ChémeryJuliette FarjatStéphane GérardAude LalandeLaure VermeerschSophie Wahnich, « Mémoire vive. Politique et sida dans ‘120 Battements par minute’. Entretien avec Philippe Mangeot, Vacarme2018/1 (N° 82), p. 104 à 115.

  1. Immelen, « L’interview de Robin Campillo pour 120 Battements par Minute ». RTBF [en ligne], 2017, https://www.rtbf.be/culture/cinema/detail_l-interview-de-robin-campillo-pour-120-battements-par-minutes?id=9689718

Victoire Patouillard, « Une colère politique. L’usage du corps dans une situation exceptionnelle : le ZAP d’Act-up Paris », Sociétés contemporaines1998/3, p. 15-36.  

I. Regnier, « Cannes 2017 : avec « 120 Battements par Minute », les corps en lutte d’Act Up conquièrent les cœurs ». Le Monde [en ligne], 2017,https://www.lemonde.fr/festival-de-cannes/article/2017/05/20/120-battements-par-minute-bouleverse-le-festival-de-cannes_5131163_766360.html

T. Sotinel, « 120 Battements par minute » : une contagion de la colère, de l’amour et du partage ». Le Monde [en ligne]. 2017, https://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/08/22/120-battements-par-minute-la-maladie-la-colere-et-l-energie-en-partage_5174940_3476.html

[1] Un « zap » est une action-éclair d’Act Up contre une personnalité, un groupe ou une institution. Il s’agit d’une intervention très ciblée qui conteste le discours ambiant en matière de lutte contre le sida.

  1. Un « zap » est une action-éclair d’Act Up contre une personnalité, un groupe ou une institution. Il s’agit d’une intervention très ciblée qui conteste le discours ambiant en matière de lutte contre le sida. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search