Yann LE TROQUER, Un spécialiste du monde arabe dans les arcanes de l’administration centrale

Adjoint au chef du Département des Rapatriés, ex-membre des forces supplétives jusqu’à leur suppression au 1er janvier 2019, et Chef du Bureau Central des Rapatriés (BCR-Agen) de l’ONACVG (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) au Ministère des Armées, Yann LE TROQUER est intervenu, le 12 mars 2021, en tant qu’ancien étudiant du Master 2 Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés de l’IEP d’Aix-en-Provence (ex-DEA Monde arabe). Il a présenté son parcours professionnel avec pragmatisme et humour, en évoquant notamment l’usage concret qu’il fait des sciences sociales dans l’exercice de son travail depuis « 30 ans déjà ! ».

« Spécialiste du Monde Arabe, ce n’était pas ma première vocation ! »

Image par Markus Winkler de Pixabay

Au début de ses études universitaires, Yann LE TROQUER suit une formation de juriste tout en ayant pour ambition et envie de devenir grand reporter. L’issue des concours de journalisme en décide autrement : « C’était l’année de l’Afrique et du football, figurez-vous que je n’aime pas le football ! ». Il choisit alors de suivre un DEA Monde Arabe à l’IEP d’Aix-en-Provence souhaitant pousser au maximum ses études avant de présenter à nouveau les concours des écoles de journalisme. Le  mektoub (« C’était écrit » en arabe) l’incite à poursuivre en thèse, choix qui manifeste la persistance de son goût pour la découverte et les voyages. En effet, cette formation de DEA exige un départ des étudiants sur leurs terrains de recherche. Le reporter en herbe qu’était Yann LE TROQUER se transforme alors en chercheur. S’intéressant au conflit israélo-palestinien, il opte pour un terrain d’enquête en Jordanie. Sa focalisation sur ce pays du Moyen-Orient part du constat que la production académique française sur la Jordanie est peu importante, comparativement à celle produite sur d’autres États de la région dans lesquels la France a laissé des empreintes coloniales : « Les recherches françaises sur le Liban et la Syrie étaient nombreuses, mais quasi inexistantes sur la Jordanie à ce moment-là ». Yann LE TROQUER souhaitait donc combler un vide par son choix d’objet de recherche.

La Jordanie, un terrain sous surveillance

Dans son travail de master, qu’il poursuit en thèse, Yann Le Troquer explore la dimension jordanienne du conflit israélo-palestinien. Il défend l’idée que les relations israélo-jordaniennes sont mues par la volonté d’empêcher la formation d’un État palestinien indépendant : « Il y a une dimension jordanienne au conflit, qui est un conflit tridimensionnel israélo-palestino-jordanien. Mais, émettre de telles positions ‘ne plait pas trop’ », considère l’intéressé. Ce dernier a donc joué la prudence durant ses années d’enquête en gardant les sujets les plus sensibles (notamment, ses entretiens avec les principaux dirigeants islamistes palestiniens présents à Amman) pour la période précédant tout juste son retour en France. Il est vrai que dès ses premiers mois d’installation en Jordanie, il comprend qu’il est placé sous surveillance en tant que chercheur étranger. Il raconte ainsi l’anecdote suivante : un jour, alors qu’il était dans un taxi le conduisant à l’Université d’Amman où il prenait des cours d’arabe, le chauffeur lui demande : « Vous êtes bien Breton c’est ça, de Brest ? ». Pour les services de sécurité du pays, il était un agent des renseignements français, qui utilisait son statut de chercheur comme couverture : « Comme tout étudiant qui prend alors des cours d’arabe en Jordanie, cela m’a valu un interrogatoire de deux heures à ‘l’Hôtel Palestine’, ex-siège des mukhabarats » (renseignement intérieur).

Ville d’Amman par Dimitris Vetsikas de Pixabay

La recherche à l’étranger : une opportunité pour se constituer un carnet d’adresses

Yann LE TROQUER revient sur le poste qu’il occupait au Centre d’Études et de Recherche sur le Moyen-Orient Contemporain (CERMOC, ex-IFPO) d’Amman, qui lui a permis de se constituer un carnet d’adresses. Il dit, en effet, que le chercheur en poste à l’étranger est constamment en contact avec son ambassade et qu’il est donc amené à rencontrer de nombreux diplomates. Il raconte également que ce cadre professionnel aide à l’apprentissage de l’exercice de la représentation diplomatique. Il donne ainsi l’exemple d’une fois où il a été envoyé représenter l’ambassade de France au sommet régional asiatique de la Conférence mondiale sur les femmes (organisé par l’ONU) qui se tenait à Amman ; il remarque d’ailleurs avec humour qu’il y était l’un des rares garçons présents ! Pour Yann LE TROQUER, ces réseaux relationnels sont « un plus pour lancer des études » au sein des ministères, car ils facilitent la coopération entre la haute administration et les organismes et laboratoires de recherche. Il prend ainsi l’exemple des collaborations qu’il a portées pour la Délégation Générale des Relations Internationales et Stratégiques (DGRIS) du ministère de la Défense avec plusieurs instituts de recherche.

Convertir ses compétences de chercheur dans le champ de l’expertise. Le passage par la Direction des Affaires Stratégiques (DAS) du Ministère de la Défense.

Yann LE TROQUER décrit son expérience en Jordanie comme une histoire « à part » ; une « parenthèse » ; « une belle aventure ».  Mais le côté enrichissant de son séjour sur place bute sur l’impression que la recherche constitue une « tour d’ivoire du savoir ».  Il regrette notamment que les travaux scientifiques soient peu diffusés en dehors des espaces académiques. L’heure est venue, pour lui, de rendre son habit de doctorant et de rentrer en France.

Toutefois, note l’intéressé, « lorsqu’on quitte la recherche, la reconversion est difficile ». Trop qualifié pour susciter l’attention des agences d’emploi en France, c’est une rencontre fortuite qui lance sa carrière dans la fonction publique. Il se retrouve projeté au Ministère de l’Intérieur en tant qu’analyste-traducteur spécialiste du Monde Arabe. À l’époque, raconte-t-il : « Nous étions seulement quatre civils sur ces postes d’analystes ; [le reste du personnel étant constitué de policiers] ».

Mais ce n’est pas totalement un hasard si Yann LE TROQUER se retrouve à occuper ce poste. En effet, sa formation de chercheur et ses cinq années de doctorat en Jordanie lui ont permis d’acquérir des compétences rares sur le marché du travail.  La détention de savoirs théoriques sur le Monde Arabe, couplée à une expérience de terrain de longue durée, constituent un atout pour les employeurs. C’est même, selon lui, « ce qui fait la différence ».

Ainsi, entre 2003 et 2008, Yann Le TROQUER produit des notes d’analyse pour le compte de la Délégation aux Affaires Stratégiques (DAS) (devenue en 2015 la Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie ou DGRIS) sur des sujets liés au Moyen-Orient et, notamment, sur le Qatar et l’Irak. Il conduit l’analyse et le suivi stratégiques des dossiers « pays » au regard de réflexions transversales sur les logiques de démocratisation et des enjeux liés au  terrorisme. Yann LE TROQUER poursuit également des enquêtes de terrain (Jordanie, Qatar) dans le cadre de ses fonctions et des échanges bilatéraux.

À partir de 2008, dans le prolongement de son passage à la DAS, il travaille pour l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale (IHEDN) – rattaché au bureau du Premier Ministre – et prépare l’organisation des sessions internationales réunissant autour d’un thème de recherche  présentations d’universitaires, de responsables administratifs et politiques à destination de hauts gradés militaires et politiques des différentes régions du monde.

De ces expériences professionnelles, il retient le plaisir du travail d’analyse, mais regrette l’évolution du monde de « l’expertise-pays », le temps de plus en plus réduit conduisant les responsables politiques a singulièrement diminuer le nombre de pages lues, passant de notes de fond à des fiches de moins en moins approfondies. Pour Yann LE TROQUER, le bilan est que les décideurs politiques lisent de moins en moins et veulent de plus en plus des réponses rapides et « toutes faites » aux grandes problématiques du monde contemporain, surtout lorsqu’elles confortent leurs analyses. Par conséquent, le chercheur-expert doit, en permanence, s’adapter à la demande et pratiquer quotidiennement l’art de la synthèse, qui, à force d’être réduite, peut conduire à l’absence de nuances et de complexité.

Devenir Attaché, le pari de l’évolution de carrière

En 2009, Yann LE TROQUER devient Attaché de l’administration centrale. Jusque-là, deux perspectives d’évolution s’offraient à lui. Soit, rester chargé de mission « spécialiste de zone » avec un statut de contractuel – et donc, une « progression de carrière quasi nulle », soit envisager de gravir les échelons de la fonction publique en passant des concours administratifs et examens professionnels. Mais comme il « ne voulait pas tourner en rond », il a opté pour la seconde option. Le contexte lui est alors favorable, car l’heure est à la lutte contre la précarité dans l’emploi public. Il considère toutefois que les statuts de contractuel et de fonctionnaire présentent, tous deux, des avantages et des inconvénients – l’essentiel étant de « savoir ce que l’on veut ». Le statut de contractuel est ainsi plus souple, car il permet de quitter un poste quand on le souhaite et de rejoindre des équipes et des expériences tentantes. Mais le statut de fonctionnaire est plus confortable et n’empêche pas d’envisager des mobilités internes ; même si, en dépit de la loi du 3 août 2009 sur la mobilité des fonctionnaires, « passer d’une fonction publique à une autre devient de plus en plus compliqué ».

Fort de son expérience dans les ressources humaines du Ministère de la Défense, Yann LE TROQUER encourage ainsi les personnes se sentant dévouées à servir dans la fonction publique à passer « le plus vite possible les concours [administratifs] pour gagner du temps » en termes de carrière. Il conviendra ensuite de jouer des opportunités ou des relations car les places sont chères   –   pour les « spécialistes-zones ». Il cite en exemple les concours du Quai d’Orsay, de l’École Nationale d’Administration, des Instituts Régionaux d’Administration, mais aussi ceux de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure, sans oublier également l’engagement militaire qui offre de nombreuses perspectives à des spécialistes « zones » – peut-être même davantage que dans le civil.

Se doter de nouvelles compétences. Les ressources humaines, un choix raisonné

En 2009, au moment où il devient Attaché, Yann LE TROQUER se tourne vers les ressources humaines. Il s’agit là d’un choix raisonné, partant du principe qu’il existe trois profils-types d’attachés : financiers, juridiques et gestionnaires : « Pour ce qui était du juridique, cela aurait pu être une solution ; j’étais tout de même juriste de formation. Mais les contentieux du Ministère de la Défense, cela ne m’apparaissait pas très réjouissant […] Le financier, pour moi qui était littéraire, ne m’attirait pas non plus. Je n’étais pas trop ‘matheux’ […] Restaient les ressources humaines et là, on gère de l’humain, ça reste du social, des sciences sociales, c’est pas mal quand même ! ».

D’abord en charge d’un service de gestion de proximité au sein du Ministère de la Défense, il intègre ensuite le service du pilotage du personnel civil et de la masse salariale de ce même ministère. Il prend le poste à contrecœur, car il pense alors s’éloigner des relations humaines : « Le poste que j’ai occupé le plus longtemps dans ma carrière est celui que je m’étais juré de ne jamais faire ! Je ne suis pas un financier, ni un gestionnaire ! Je déteste transformer l’humain en nombre. ». Yann LE TROQUER surenchérit : « Le pilotage du personnel, pour moi, c’était prendre des gens, les transformer en chiffres et puis, les mettre dans un tableau Excel. ». Mais il découvre à ce poste « une équipe formidable » qui (r)éveille sa curiosité de chercheur. Ce dernier voit, en effet, désormais, dans la gestion du personnel, l’opportunité d’analyser les dynamiques des politiques managériales et salariales du Ministère de la Défense. Il prend alors conscience de l’importance du travail de son service, mais aussi de sa capacité à lire sociologiquement les actions de celle-ci au quotidien, qui lui font voir de l’humain derrière les chiffres. Analyser et gérer la politique de gestion du personnel du Ministère de la Défense, c’est analyser et gérer le politique. Yann LE TROQUER retrouve donc ses réflexes et intérêts de chercheur dans ce qu’il appelle une « géopolitique des ressources humaines ».

Le Bureau central des Rapatriés d’Agen : une replongée dans l’histoire du monde arabe et au-delà …

Le parcours de Yann le TROQUER montre que les compétences du chercheur sont transposables et peuvent être réinvesties dans des contextes différents. À partir de 2013, Yann LE TROQUER occupe la fonction de responsable de la section « Emplois réservés » au sein de l’Agence de reconversion du Ministère de la Défense. Son rôle est alors de vérifier les inscriptions aux passeports professionnels des « Emplois réservés » – notamment, pour les enfants de harkis. D’après Yann LE TROQUER, il s’agissait « de faire des ressources humaines avec une population qui a une histoire commune avec le Monde Arabe ». Les expériences sont donc cumulables d’autant plus que l’expertise du chercheur est – comme le défend Yann LE TROQUER – « un plus » facilitant la prise de contact. Même constat, lorsqu’il rejoint le Bureau Central des Rapatriés (BCR-Agen), « découvert par hasard » à la faveur d’une affectation en 2017. De nouveau, le savoir acquis sur le terrain jordanien et, plus largement, le Monde Arabe, permet une prise en charge intelligente des rapatriés. En effet, pour Yann LE TROQUER : « Quand on passe la plupart de son temps face à des harkis et des pieds-noirs, au-delà de l’approche administrative, c’est une approche historique et sociologique qu’il convient d’avoir. ». Si la relation franco-algérienne occupe désormais la plupart de son temps, les poussières de l’Empire le transportent aussi vers d’autres rapatriés et leurs histoires, de l’Empire d’Indochine aux comptoirs de Pondichéry en passant par les ex AOF (Afrique Occidentale Française) et AEF (Afrique Equatoriale Française).

Image par Pexels de Pixabay

« Il y a une vie après la recherche ! »

Ainsi, la voie de la recherche n’est pas sans issue à condition de garder « l’esprit ouvert ». L’expérience d’une thèse est une expérience unique qui n’est « jamais perdue ». Yann Le Troquer termine son intervention par ces mots encourageants : « il y a une vie après la recherche, une partie c’est le mektoub, l’autre c’est ce que l’on écrit » – autrement dit, il y a le mektoub du hasard des rencontres qui vous ouvrent de nouvelles voies et le déterminisme de ce que l’on forge peu à peu au cours de sa carrière.

 

 

Hélène TAZÉ, Téoman BILGEN  et Marc PASSAMARD, auteurs de cet article, sont étudiants en Master 2 Dynamiques Politiques et Mutations des Sociétés, Option Expertise Politique Comparée à Sciences Po Aix.

Pour citer cet article : COLLECTIF, Yann LE TROQUER, Un spécialiste du monde arabe dans les arcanes de l’administration centrale, Un Œil sur la Cité, 08/04/2021, https://spx.hypotheses.org/4315

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search