Le savoir s’arrête-t-il aux frontières ? Plaidoyer pour une coopération scientifique franco-allemande

Les organisateurs du colloque « Faire de la politique extérieure sans en avoir l’air », qui s’est tenu à Sciences Po Aix du 21 au 23 mars 2018, avaient pour ambition de faire travailler ensemble des chercheurs franco-allemands sur le concept de société civile. Cette initiative était plutôt innovante, même si de nos jours, les espaces universitaires ont tendance à s’ouvrir à l’international. En effet, la coopération en matière de recherche scientifique reste limitée entre la France et l’Allemagne, alors qu’un grand nombre de programmes d’enseignement binationaux existe entre ces deux pays. En l’espèce, Sciences Po Aix ne déroge pas à la règle, puisqu’il y existe un programme franco-allemand de formation depuis 2006, conçu en partenariat avec la Albert-Ludwigs-Universität de Freiburg im Breisgau. Depuis 2016 toutefois, son laboratoire de recherche (le CHERPA) a entrepris de rassembler des chercheur-e-s de ces deux établissements et au-delà, de manière régulière, pour voir comment une même question est abordée de part et d’autre du Rhin et ainsi, établir un lieu de débats et d’échanges inter-académiques. En 2016, la première rencontre de ce type a porté sur la « Gouvernementalisation de la société civile. Acteurs, dispositifs et normes de l’action publique transnationale ». Deux ans plus tard, la politique étrangère et ses acteurs non-étatiques étaient à l’honneur.

Retour sur une expérience de coopération scientifique franco-allemande en sciences sociales qui contribue à décloisonner les regards et à écrire, à plusieurs mains/plusieurs langues, les savoirs.

L’anglais au cœur du dialogue académique « franco-allemand » ?

La question de la langue de communication entre les participant-e-s de différentes nationalités est, d’emblée, posée, dans les rencontres universitaires franco-allemandes.  Lors du colloque de 2018 à Aix-en-Provence1 , le recours à la langue anglaise a été rapidement évacué – et le français et l’allemand, au contraire, privilégiés. De fait, le choix de la langue de travail en sciences sociales n’est pas que symbolique. Il revêt un caractère substantiel, dès lors que les termes choisis façonnent l’image de la réalité. Toutefois, la possibilité laissée aux interlocuteurs de s’exprimer dans leur(s) langue(s) maternelle(s) nécessite le recours à des services de traduction simultanée – ce qui implique un surcoût dans l’organisation des rencontres scientifiques2 .Par ailleurs, la compréhension mutuelle entre intervenants est facilitée, en l’espèce, par le partage d’un même univers de référencements et de valeurs. En effet, les participants à ce type de rencontres sont très souvent le produit de formations académiques bilingues, ainsi que d’espaces de socialisation professionnelle « franco-allemands » y afférant.

 

crédit image Geralt : Pixabay

Peut-on parler d’européanisation des cultures disciplinaires ?

Une fois l’accord trouvé sur les langues de communication utilisées, l’autre sujet de discussion dans ce type de rencontres renvoie aux supposées traditions académiques nationales. Selon une idée reçue tenace, il existerait une division assez nette entre les recherches en sciences sociales française et allemande portant sur l’étude des politiques étrangères. Les premières se focaliseraient plutôt sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, tandis que les secondes mettraient davantage l’accent sur l’Europe de l’Est. Or, le colloque de 2018 a remis en cause ces préjugés ou, du moins, a permis de démontrer que ces tropismes géographiques (qui ont une certaine réalité historique) connaissent des évolutions majeures – sans doute, en raison de l’européanisation des politiques publiques de la recherche. Les différences d’approche méthodologique sont, en revanche, plus tenaces. L’idée reçue la plus partagée oppose une approche « allemande » qui serait focalisée sur la théorisation formelle et la conceptualisation, à une approche « française » qui serait basée sur l’empirie et la collecte de données ethnographiques. Les différentes interventions ont, en partie, contribué à la remise en cause de ces représentations – les contributeurs au colloque s’appuyant sur des méthodes variées, quelle que soit leur nationalité. Cette observation atteste d’un processus de convergence des méthodes scientifiques vues comme légitimes à l’international. Pourtant, les cadres de réflexion scientifique proposés lors de ce colloque ont également démontré la permanence de traditions méthodologiques nationales.

Le lieu de production scientifique conditionne donc, en partie, les questions de recherche et les outils utilisés pour y répondre. Le bien-fondé de telles rencontres académiques « transfrontières » est ainsi de permettre à chacun de repenser ses routines de recherche et d’aller à la découverte d’autres méthodes et outils d’analyse.

Philipp Wagner est étudiant en quatrième année du cursus franco-allemand en « sciences politiques appliquées »


Pour aller plus loin :

Pour citer cet article : Philipp Wagner, Le savoir s’arrête-t-il aux frontières ? Plaidoyer pour une coopération scientifique franco-allemande, Un Œil sur la Cité, 15/03/2021, https://spx.hypotheses.org/4295
  1. Voir le programme : https://www.sciencespo-aix.fr/actualites/colloque-international-sur-le-theme-faire-de-la-politique-exterieure-sans-en-avoir-lair/ []
  2. En 2018, la traduction simultanée a été assurée par Gabrièle Boulanger et Uta Semper, qui ont été chaleureusement remerciées par les participants au colloque []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search