Petit précis de méthodologie pour contrer la langue de bois diplomatique

Dans le cadre d’un doctorat de science politique qui a porté sur le rôle du Haut représentant de l’Union européenne dans les négociations sur le nucléaire iranien, Stefan Waizer a réalisé plus de 80 entretiens semi-directifs avec des hauts fonctionnaires des institutions bruxelloises. Cet article propose 4 postures à adopter, en tant qu’enquêteur, pour faire parler les diplomates de carrière, adeptes de la langue de bois.

Stefan Waizer, photo personnelle

« Nous avons vérifié, votre ‘ami’ est effectivement membre du service des renseignements russes (…). N’acceptez en aucun cas de l’argent venant de sa part (…). À votre place, j’éviterais de partir en Russie dans les années à venir ».

Lorsqu’un agent autrichien de protection m’a confirmé les doutes que j’avais au sujet d’un de mes interlocuteurs de terrain, ce fut un véritable choc. Durant plusieurs mois, un espion russe m’avait invité à dîner dans des restaurants chics de Bruxelles afin de me tester et de construire des liens « amicaux » avec moi dans l’espoir que je lui rende de futurs services. En effet, en contrepartie de ses invitations et petits cadeaux, et donc de la patiente élaboration d’une amitié tactique, il attendait que je lui fournisse des informations sur les membres de l’équipe nucléaire de la Haute représentante de l’Union européenne et les positions de mes interlocuteurs à l’égard de la Russie. Lorsqu’il a compris que je tenais à protéger mes sources, il s’est montré plus direct, voire plus agressif ; j’ai alors décidé de couper tout contact avec lui. Cette anecdote pourrait prêter à sourire. Pourtant, elle illustre le climat de tensions, voire d’oppression, dans lequel j’ai réalisé mon enquête de terrain en tant que doctorant à Bruxelles, entre 2012 et 2015, auprès de diplomates européens.

Établir une relation de confiance… en 45mn

Le renseignement militaire et son corollaire – la confidentialité des sources – sont au cœur des processus de décision politique qui ont trait aux questions de sécurité nucléaire. C’est particulièrement le cas des négociations avec l’Iran qui, de 2006 à 2015, ont lié cet État aux E3+3 – à savoir, trois puissances européennes que sont la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni et trois autres grandes puissances : les États-Unis, la Russie et la Chine. En effet, les enjeux politiques de ces négociations sont perçus comme particulièrement élevés par ces puissances – dès lors que la nucléarisation de l’Iran ou qu’une invasion militaire extérieure en Iran aurait des conséquences imprévisibles, non seulement pour les États de la région du Moyen-Orient, mais aussi pour la stabilité du système international dans sa globalité. Par ailleurs, seul un petit groupe d’individus peut se prévaloir d’être au cœur du secret des négociations politiques sur le nucléaire iranien – en raison, précisément, de la forte sensibilité du dossier.

Cette situation conduit, du même coup, tous ceux qui sont objectivement exclus du petit cercle fermé des négociations à chercher – par tous les moyens – à obtenir des informations fiables à leur sujet, afin de pouvoir avoir prise, malgré tout, sur les contours des résolutions qui en sortiront. Qui plus est, les diplomates de métier ont tendance, eux-mêmes, à construire les informations qu’ils ont en main et dont ils se gratifient en enjeux de connaissance, mais aussi de pouvoir. Leurs discours, tout en nuances et autocontrôle, renvoient le doctorant devant une « façade institutionnelle » difficile à percer. Dès lors, pour aller au-delà de la langue de bois diplomatique et réussir à comprendre les rapports de force entre puissances impliquées dans les négociations, il m’a fallu tenter d’établir des relations de confiance avec mes interlocuteurs. Or, la tâche n’était pas simple, à partir du moment où la durée moyenne d’un entretien avec les diplomates impliqués sur le dossier du nucléaire iranien à Bruxelles ne dépassait guère les quarante-cinq minutes. Je compris vite qu’il me faudrait déployer des stratégies d’enquête adaptées à la position de pouvoir de chacun de mes interviewés dans les arcanes du dossier, ainsi qu’à leur personnalité – ce qui impliquait de faire preuve d’empathie comme de spontanéité.

Faire plaisir pour faire parler

Comment trouver le juste milieu entre distance et proximité, observateur externe et expert initié ? Mes questionnements quant à la « bonne » approche à adopter commençaient généralement en amont de l’entretien, lors de ma prise de contact. Il était important que je clarifie ma fonction et ma position vis-à-vis de mes interlocuteurs afin d’établir clairement avec eux un accord de principe sur les règles du jeu de l’entretien à venir.

En l’espèce, j’ai toujours fait le choix d’assumer totalement mon rôle de chercheur. Par conséquent, au lieu de m’habiller en costume-cravate et de reprendre à mon compte l’uniforme des diplomates, je mettais une chemise avec un pull et un jean correspondant davantage à mon statut de doctorant. Pour parfaire cette mise en scène de la position du chercheur, j’eus également recours au dictaphone et ce, de manière très explicite. Cet outil me permettait, en effet, de convenir avec mes interlocuteurs du caractère délicat (ou pas) des propos qu’ils tenaient : en effet, quand des « révélations » m’étaient faites, soit l’interviewé·e me demandait d’éteindre l’enregistreur, soit je le proposais moi-même. Enfin, il était important que mes interlocuteurs me considèrent comme un chercheur crédible et fiable ; ceci nécessitait, de ma part, une parfaite maîtrise des dossiers que j’avançais à la table des discussions. Mon apprentissage des logiques des négociations ainsi que des règles de fonctionnement du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) était, de ce fait, essentiel, d’autant plus que je n’étais pas en mesure de maîtriser totalement la manière dont mes enquêtés allaient mobiliser celles-ci. Au cours de mon terrain, j’ai ainsi développé 4 postures distinctes qui m’ont permis d’établir un rapport personnel de confiance avec mes interlocuteurs. Ces postures renvoient à des idéaux-types qui correspondent à différents rôles professionnels : l’étudiant, le psychothérapeute, l’expert et le journaliste.

L’étudiant : neutraliser la méfiance des marginaux-sécants

Pour certains de mes interlocuteurs, j’étais, d’emblée, perçu comme une véritable menace en tant qu’étudiant-chercheur. Il s’agissait, le plus souvent, d’acteurs partiellement impliqués dans la mise en œuvre de la politique étrangère commune face à l’Iran, qui cherchaient, du même coup, à se distinguer des collègues qui en étaient complétement exclus et à se rapprocher de ceux qui y étaient entièrement initiés. L’insécurité de leur statut dans la configuration du dossier nucléaire iranien les conduisait à des attitudes de prudence prononcée, voire à de la paranoïa. Ils ont constitué, pour moi, les cas d’interaction les plus difficiles en entretien.

Avec eux, je me suis particulièrement attaché à ne pas remettre en cause le statut officiel qu’ils disaient tenir dans les négociations. Du coup, sur certains points, j’évitais de leur montrer que j’étais plus informé qu’eux ou que leurs dires étaient remis en cause par des informations disponibles sur Wikileaks. J’essayais de leur faire comprendre qu’en tant qu’étudiant-chercheur, les informations qu’ils délivraient m’étaient précieuses et tout aussi intéressantes que celles des véritables négociateurs du dossier du nucléaire iranien. Cette soumission délibérée réduisait, certes, ma maîtrise du déroulement de l’entretien, mais elle avait pour avantage de mettre mes interviewés a priori méfiants dans une position de libération de la parole – ce qui leur permettait d’exprimer leurs (res)sentiments d’acteurs « exclus » des négociations.

Le psychothérapeute : offrir une écoute aux insiders

J’ai, par ailleurs, eu affaire à une autre catégorie d’acteurs, que j’appelais les acteurs « déviants ». Il s’agissait de ceux qui n’acceptaient pas l’état des rapports de force en présence et, notamment, pas leur position de dominés. Ainsi, ces acteurs avouaient souvent qu’ils étaient impliqués dans les négociations sur le nucléaire iranien, mais en exagérant la violence des luttes de position au sein du SEAE. Du fait de leurs critiques ouvertes, ces individus se trouvaient plutôt isolés au sein de leur institution-mère et voyaient en moi un allié extérieur pouvant leur être utile.

À cet égard, il ne m’était pas nécessaire de critiquer les rapports de domination au sein du jeu d’acteurs en présence, puisqu’eux s’y livraient déjà. Je jouais, dès lors, avec eux bien plutôt le rôle de l’interlocuteur à l’écoute, qui défend l’opinion qu’au sein du SEAE, personne n’est vraiment intéressé par le dossier du nucléaire iranien. Par ailleurs, ce qui comptait pour ces acteurs était de savoir ce que les initiés disaient du dossier en question et comment ils se présentaient, afin de pouvoir les critiquer par la suite. Ainsi, je créai une certaine complicité avec eux, qui s’illustrait par des rendez-vous non professionnels, tels que des promenades ou des cafés, au cours desquels lesdits « dominés » me fournissaient de la matière dont je pouvais tirer parti pour interagir avec lesdits « dominants ».

L’expert : provoquer les confidences

Les individus impliqués, de près, dans le dossier du nucléaire iranien avaient un agenda très rempli et étaient rarement présents à Bruxelles – les négociations sur le sujet nécessitant la tenue de consultations dans les capitales des E3+3 ainsi que dans des lieux neutres, tels que Istanbul, Almaty ou Vienne. Il m’était utile, cependant, de les rencontrer même brièvement lorsqu’ils étaient de passage dans la capitale bruxelloise. Mais ces individus, qui étaient fiers de leur position au sein du SEAE, se considéraient « dominés » par les représentants des E3+3. Avec eux, j’adoptais une attitude de confrontation directe en entretien, parce qu’ils n’étaient pas du genre à se sentir menacés par des questions provocantes et que c’était la seule solution pour les faire sortir de leur position institutionnelle :

« J’ai entendu que les représentants des États-membres et vos collègues du SEAE ne sont pas assez informés sur l’état de la négociation » ; ou bien : « Est-ce vrai que la Haute représentante Ashton n’était pas informée sur les rencontres entre des représentants américains et iraniens ? ». En effet, pour ne pas me trouver moi-même en position de dominé dans les échanges, il me fallait prouver que les enjeux du dossier iranien m’étaient familiers. Cela nécessitait que je sois précis sur la présentation des faits, mais aussi que je fasse parfois état des personnes avec qui je m’étais déjà entretenu à ce sujet.

Ainsi, ma posture stratégique d’expert me permettait de mettre en exergue ma connaissance approfondie des logiques du dossier et conduisait mes interlocuteurs à me donner le change, en me livrant des informations fines sur les négociations en cours – ce qui témoignait, dans le même temps, de leur position clé dans le dossier.

Le journaliste : collecter les anecdotes des anciens

Enfin, le dernier type d’interlocuteurs à qui j’ai eu affaire était constitué d’acteurs qui avaient été impliqués dans les négociations sur le nucléaire iranien et qui les considéraient comme l’une des grandes aventures de leur carrière professionnelle. Ces individus avaient tendance à tenir des discours très généraux, en délivrant des informations non confidentielles – c’est-à-dire, déjà accessibles publiquement. Mais, contrairement aux individus du premier groupe, le caractère flou de leurs propos n’était pas délibéré ; il résultait plutôt de leur distance temporelle aux événements. En effet, ayant eu pour habitus professionnel d’apporter des réponses à toute question qui leur était posée, ces diplomates de métier désormais à la retraite ou en retrait sur ce dossier préféraient se perdre dans le général plutôt que d’avouer que leurs souvenirs sur le sujet étaient relativement vagues et flous.

Par conséquent, avec ce type d’interlocuteurs, il était crucial que je garde le contrôle du déroulement du dialogue. À la manière d’un journaliste, je les interrompais poliment lorsqu’ils commençaient à trop s’éloigner de l’essentiel, tout en les laissant épiloguer pour leur permettre de jouer leur rôle de diplomate. Je faisais alors semblant de reprendre un élément de leur discours pour les ramener, l’air de rien, sur le fond du dossier du nucléaire iranien : « C’est intéressant ce que vous dites, dans ce même contexte j’ai entendu que… ». J’ai, par ailleurs, demandé à ces interviewés de me raconter des anecdotes sur les négociations qu’ils avaient suivies pour les aider à retrouver la mémoire des événements, qu’il s’agisse des pratiques diplomatiques, de leurs sentiments et analyses en situation ou encore, de discours tenus au concret.

Révéler des secrets sans révéler ses sources

La conduite d’entretiens sur un terrain fortement structuré par le secret diplomatique constitue un enjeu considérable dans la réalisation d’une enquête sociologique. Afin de dépasser la langue de bois diplomatique, il m’était crucial de maîtriser les trajectoires biographiques des acteurs, les organigrammes des institutions clés, le cadre juridique des processus décisionnels et le contexte plus large dans lequel s’affrontaient les individus. Ce travail intellectuel préalable aurait néanmoins été vain si je n’avais pas été en mesure d’établir des rapports de confiance avec mes enquêtés.

Pour cela, il était important que j’anticipe l’attitude de mes interlocuteurs à mon égard. Dans ma thèse, j’ai ainsi démontré que celle-ci était très largement déterminée par la position de chacun de mes interlocuteurs dans la configuration des rapports de pouvoir existants sur le nucléaire iranien. En même temps, j’ai réalisé que pour pouvoir profiter au maximum du peu du temps qu’il m’était accordé en entretien, il était indispensable que je constitue des rôles idéal-typiques me permettant de m’adapter rapidement aux attentes de mes interviewés. C’est grâce à la confiance tissée envers chacun que j’ai ainsi pu réaliser une sociologie fine des acteurs et enjeux impliqués dans le dossier sur le nucléaire iranien.

 

Par Stefan Waizer, Docteur en science politique de Sciences Po Aix, aujourd’hui responsable de la PESC au sein du Ministère autrichien des Affaires étrangères


Pour aller plus loin :

  • Institutionnalisation d’un rôle politique au sein de la diplomatie internationale : L’ascension du Haut représentant de l’UE dans le dossier nucléaire iranien  (2003 – 2015), Thèse de doctorat soutenue à Sciences Po Aix et à l’Université libre de Bruxelles (dir. Philippe Aldrin et François Foret), 2018
  • « Quand l’approche globale se rétrécit : Le passage de la ‘carotte’ au ‘bâton’ dans le dossier nucléaire iranien », Politique européenne, n°51, 2016, p. 144 – 171
Pour citer cet article : Stefan Waizer, Petit précis de méthodologie pour contrer la langue de bois diplomatique, Un Œil sur la Cité, 10/03/2021, https://spx.hypotheses.org/4285

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search