Ausculter au scalpel les violences de guerre : Quand des historiens collaborent avec des spécialistes de médecine


Paru en novembre 2020 aux Presses Universitaires de Provence, le livre « Des chairs et des larmes » propose un cadre de réflexion sur la violence de guerre et met à l’honneur la richesse de la pluridisciplinarité autour d’objets de recherche communs. Entretien avec Benoit Pouget (Maître de conférences en histoire contemporaine au sein du laboratoire Mesopolhis) qui a dirigé la rédaction de cet ouvrage aux côtés de Walter Bruyère-Ostells et Michel Signoli.


https://presses-universitaires.univ-amu.fr/chairs-larmes

L’ouvrage a été réalisé à la suite d’un colloque qui a eu lieu à Marseille, en 2017. Pouvez-vous revenir sur l’origine de ce travail ?

Pendant ma thèse, j’ai développé avec Walter Bruyère-Ostells, mon directeur de thèse, des collaborations avec le laboratoire d’anthropologie biologique d’Aix-Marseille Université et une équipe d’anthropologie médico-légale, notamment le Pr Pascal Adalian. Ces collaborations ont débouché sur l’idée d’organiser un colloque en partenariat avec une anthropologue sociale, Elizabeth Anstett, spécialiste des contextes de mort de masse, et le Service Historique de la Défense (SHD). Le livre est le produit de ce colloque qui s’est tenu en avril 2017 à la Faculté de médecine de l’Université d’Aix-Marseille et s’est intitulé : « Combattre, souffrir, mourir dans les guerres de la Révolution et de l’Empire ». Il est donc le fruit d’une dynamique riche et collective.

Le travail réalisé s’inscrit dans une réflexion portant sur l’existence (ou non) de seuils de violence dans les conflits. L’historiographie en la matière a longtemps été focalisée sur le Premier conflit mondial et la Révolution française. Nous nous sommes alors demandé si le Premier conflit mondial constituait un seuil unique et irréversible de violence ou si nous pouvions envisager qu’il y ait d’autres seuils de violence dans des guerres antérieures. La réponse penchait, pour nous intuitivement, favorablement en ce sens. Mais notre travail de recherche a surtout consisté à objectiver et réinterroger cette alternative. Comme notre équipe était constituée d’historiens de la période contemporaine, nous avons commencé par nous intéresser aux guerres de la Révolution et de l’Empire.

Source : Image by Michal Jarmoluk from Pixabay

Comment a été produit cet ouvrage, concrètement ?

L’aboutissement de cet ouvrage repose sur une dimension collective forte. Sa réalisation n’aurait pas été possible sans la participation des universitaires au colloque. Sa conception a été pensée au moment de la construction du programme et du lancement des appels à communication. Ainsi, la publication restitue les contributions de l’essentiel des participants du colloque. Les communicants qui n’apparaissent pas dans l’ouvrage sont ceux qui n’ont pas fourni de papier, soit parce qu’ils ont publié par ailleurs, soit parce que leurs données n’étaient pas encore consolidées.

Pouvez-vous développer l’éclairage que l’approche interdisciplinaire, adoptée dans ce livre, peut apporter sur les zones d’ombre laissées par les approches d’anthropologie historique antérieures ?

L’idée part du constat que des disciplines différentes, qui communiquent de manière marginale, partagent des objets de recherche. En l’occurrence les interrogations relatives à ce qu’est le combat, ce qu’est la violence de guerre, ce qu’est l’impact sur les corps, les âmes et les esprits des combattants, sont partagées par plusieurs domaines de recherche, qui communiquent peu. Notre collaboration avec les anthropologues biologistes de la Faculté de médecine nous a conduit à créer une unité de lieu et de temps nous permettant d’échanger autour d’objets de recherche qui portent sur les mêmes périodes historiques. Cette proposition n’est pas nouvelle chez les historiens : elle remonte à John Keegan (1934-2012) qui, dans son travail, raconte une histoire au ras des Hommes, et reposant sur la matérialité. Les données bio-archéologiques, nécessitant le regard et l’analyse de spécialistes, permettent à nous – historiens – de matérialiser et enrichir notre corpus et notre capacité à objectiver la violence de guerre. En articulant ces regards issus de domaines différents, nous réfléchissons à comment produire un renouvellement historiographique qui ouvre des perspectives nouvelles sur ces objets de recherche communs. Pour nous, historiens, c’est une façon d’aller jusqu’au bout de l’histoire matérielle. Le livre restitue donc les apports de ce dialogue des disciplines et souligne la richesse de la rencontre entre des experts de l’archéologie de la guerre et des spécialistes d’histoire culturelle de la guerre, qui ont une approche quasiment philosophique de la violence.

La pluridisciplinarité donne de l’épaisseur aux objets de recherche et elle permet de faire dialoguer des chercheurs rarement en contact. Mais les experts de domaines variés travaillent avec des paradigmes et des méthodologies qui diffèrent. Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans la mise en œuvre de cet ouvrage ?

Nous n’avons pas vraiment écrit ensemble car les disciplines ont leurs codes et leur épistémologie très ancrés. Nous avons plutôt juxtaposé des recherches issues de disciplines variées, sans partager les paradigmes qui sont propres à chacune. Je retire de cette expérience que les disciplines ne sont pas solubles, principalement parce qu’elles gardent chacune leur épistémè. Même si nous partageons des objets de recherche, nous ne partageons pas forcément les manières de les traiter et de créer, organiser et mettre en récit, le savoir scientifique. Plus on va du côté des sciences du vivant, plus on est dans une analyse hypothético-déductive qui se ressent dans le format des articles. Plus on est dans les sciences humaines, plus le cadre hypothético-déductif est souple. Cela dit, l’apport du livre est de montrer que le dialogue entre ces disciplines non solubles est extrêmement fructueux et utile pour tous.

Quelles sont les suites que vous envisagez ?

Le colloque a permis aux meilleurs experts de la période de la Révolution et de l’Empire, notamment le Pr Boudon, Directeur scientifique de l’Institut Napoléon et Professeur à la Sorbonne, d’échanger avec de jeunes chercheurs et doctorants prometteurs, issus des sciences du vivant. L’idée est de poursuivre l’exploration de ces thématiques de recherche en co-portant des projets de thèse pluridisciplinaires. Cet ouvrage encourage les chercheurs qui travaillent sur ces mêmes questions à alimenter leurs recherches de références, documentations et sources, qui vont au-delà de leur champ disciplinaire.

Entretien réalisé par Alexia Fasola, étudiante en Master 2 Journalisme et enjeux internationaux à Sciences Po Aix/EJCAM, le 6 janvier 2021

Pour citer cet article : alexiafasola, Ausculter au scalpel les violences de guerre : Quand des historiens collaborent avec des spécialistes de médecine, Un Œil sur la Cité, 28/02/2021, https://spx.hypotheses.org/4087

En savoir plus sur le chercheur interviewé : Anciennement Professeur d’histoire-géographie dans le secondaire, Benoit Pouget a soutenu une thèse d’histoire portant sur l’articulation des enjeux épidémiques et des questions de projection de puissances militaires à Sciences Po Aix en 2017. Il est aujourd’hui Maître de conférences en histoire contemporaine et a intégré l’équipe de recherche d’histoire militaire qui travaille sur l’histoire des crises aux XIXème et XXème siècles au sein du laboratoire Mesopolhis (UMR 7064) à Aix-en-Provence.

Pour aller plus loin :


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search