Une jeunesse mobilisée contre le réchauffement climatique

Dans la semaine du 21 au 28 décembre 2019, plus de 7 millions de jeunes ont manifesté contre l’inaction des leaders internationaux face au réchauffement climatique. Ces marches – ou « grèves pour le climat » – ont pris simultanément place dans plus de 150 pays. Leur message était clair : face à la plus grande menace rencontrée par nos sociétés contemporaines, la passivité n’est plus une option. Le réchauffement climatique, un phénomène global naturel accéléré par l’activité humaine, fait consensus au sein de la communauté scientifique et les rapports alarmants se multiplient depuis le début des années 2010 — émanant notamment du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Alors que la « maison brûle », la jeunesse, active sur les réseaux et ultra-présente dans les médias, s’indigne. Elle est représentée par la figure atypique de Greta Thunberg qui a lancé le mouvement depuis la Suède en août 2018. La fondatrice de Fridays for Future, au cœur de multiples controverses, est invitée à des sommets internationaux pour porter une voix jusque-là ignorée.

Dès lors, comment les mots d’ordre lancés par Greta Thunberg ont-ils été diffusés à l’échelle internationale ? Comment le mouvement Fridays for Future qu’elle a lancé a-t-il pris sens et réalité en différents endroits du globe ? C’est ce qu’Antoine Ichas propose d’analyser ici, en mettant l’accent sur deux échelles d’observation et d’analyse – qui impliquent des données et des méthodologies de recueil différentes.


Je me suis d’abord appliqué à rendre compte de la manière dont un mode d’action – la grève scolaire, initialement lancée par la figure singulière de Greta Thunberg -, a pu apparaître comme un modèle à suivre aux yeux d’un nombre croissant de jeunes vivant dans de multiples pays. Dans cette optique, je me suis intéressé aux discours portés par la porte-parole du mouvement Fridays for Future. Pour cela, j’ai lu des publications sur les réseaux sociaux dans le but de réaliser une lexicométrie qui s’attache à présenter les termes dans lesquels la mobilisation est pensée et portée au débat public. J’ai notamment rassemblé une sélection de discours prononcés par Greta Thunberg – à la fois lors de manifestations, mais aussi lors de grands évènements comme la COP 24 ou le sommet des Nations Unies pour le climat de décembre 2019 ; en tout, 9 discours. Par la suite, j’ai analysé ces données en recourant à la méthode d’analyse « des cadres » cognitifs. Cette méthode, initialement forgée par Benford et Snow, est un moyen d’étudier la manière dont les membres d’un mouvement « cadrent ou assignent une signification et interprètent des évènements et des situations, de manière à mobiliser des adhérents potentiels, obtenir le soutien du public et démobiliser les adversaires »[1].  Il apparaît alors que le mouvement Fridays for Future résulte de la large médiatisation de la mobilisation d’une jeune fille à la trajectoire singulière et internationalisée. Greta Thunberg a su mobiliser les ressources dont elle disposait pour exporter sa lutte. Dans le contexte international qui a accordé une place toujours plus importante à la bataille climatique peu après la signature de l’Accord de Paris de 2015, les multiples soutiens et répliques locales du mouvement Fridays for Future ont puisé dans des moyens d’action complémentaires[2]  : la grève scolaire, certes, mais également la diffusion d’une expertise scientifique (notamment les rapports du GIEC), ainsi que l’usage de l’émotion pour alerter sur l’ampleur de la crise, et la valorisation du nombre pour renforcer leur voix et inciter les décideurs à revoir leur copie sur la crise climatique.

La croissance d’une cause transnationale

Dans le but d’explorer la dynamique de la diffusion transnationale du mouvement Fridays for Future, je me suis appuyé sur des chiffres livrés par le mouvement pour montrer de quelle(s) manière(s) la mobilisation a circulé d’un lieu à un autre, sur quelle durée (en combien de temps ?) et dans quels pays. À l’aide de chiffres et de données récoltés sur le site internet du mouvement ainsi que sur les publications de leurs comptes sur les réseaux sociaux, j’ai pu modéliser des graphiques qui m’ont permis de mieux appréhender la construction et la transnationalisation de la mobilisation.

Figure : Évolution du nombre de participants aux grèves pour le climat (du 30 novembre 2018 au 13 mars 2020)

Source : Antoine Ichas

Sur ce graphique, j’observe plusieurs pics qui correspondent aux grandes journées de mobilisation transnationale comme celles du 15 mars, du 24 mai et la semaine du 21 au 28 septembre 2019. J’en déduis que la montée en puissance de la mobilisation a été très rapide (plus de 2 millions de manifestants quelques mois seulement après la création du mouvement) et continue sur toute l’année 2019. Je postule également qu’elle se serait poursuivie dans les mêmes proportions jusqu’à aujourd’hui, sans les impossibilités de rassemblement physique consécutives à l’apparition de la pandémie de Covid-19 à l’échelle planétaire à compter de février 2020. Je remarque également que le mouvement recourt à deux modes de mobilisation spécifiques : d’une part, des manifestations hebdomadaires dans plusieurs pays simultanément, qui se tiennent tous les vendredis (ou jeudis/samedis en fonction des pays) et d’autre part, des journées emblématiques de protestation, qui servent à externaliser la lutte et démontrer sa force – le poids du nombre. C’est par exemple le cas pour la semaine du 21 septembre qui s’inscrivait dans la Semaine pour le climat avec des sommets exceptionnels organisés par l’ONU.

L’analyse fine des mots d’ordre de Fridays for future et surtout, de la manière dont ils ont été relayés au tout début des mobilisations, notamment en Allemagne, en Belgique ou en France, m’a ensuite permis de relever l’importance du rôle des réseaux sociaux dans la mobilisation. Par exemple, lors de mon étude de terrain sur le mouvement Youth for Climate Marseille, l’un des militants avec lequel je me suis entretenu m’a expliqué le rôle de Discord, une plateforme de discussion instantanée créée en 2015. Celle-ci a servi de support pour déposer des documents, mobiliser des militants, organiser et coordonner des manifestations de manière simultanée. En France, il existe un serveur DiscordYouth for Climate France, qui diffuse des informations et mène plusieurs actions en communiquant avec d’autres serveurs comme celui de Youth for Climate Marseille. Dans mes recherches, j’ai également remarqué que les groupes et évènements sur le sujet qui circulaient sur le réseau Facebook permettaient largement de partager et diffuser des revendications communes, d’un espace à un autre, et d’organiser des journées de mobilisations simultanées.

Le mouvement comme révélateur d’une fracture intergénérationnelle  

J’ai, par la suite, réalisé une analyse approfondie des controverses que le mouvement a suscitées en France. Pour cela, j’ai sélectionné des articles de presse pour voir comment les médias — associés à différents bords politiques — ont appréhendé et jugé la lutte. Il en ressort que la mobilisation de Fridays for Future a été hautement clivante et  renvoie à une série de problématiques plus larges que celle des grèves scolaires – qui révèle la profondeur du choc apporté par le surgissement de la voix de la jeunesse sur la scène internationale, que cristallise la figure devenue iconique de Greta Thunberg. Cette revue de presse m’a ainsi permis de mettre en évidence les fractures qui divisent l’espace public français au regard de la mobilisation de la jeunesse pour le climat. Au-delà du mouvement lui-même, la figure de Greta Thunberg a alimenté les débats – accusée de servir tour à tour les intérêts de ses parents, ceux du complexe climato-industriel ou encore, ceux de la finance verte. Il en ressort une lutte intergénérationnelle,  qui a pour ligne de divisions d’un côté, la jeunesse, qui remet en cause les actions des leaders politiques et est soutenue par des médias de gauche et, de l’autre, un groupe qui questionne les motivations du mouvement sans sombrer dans le climatoscepticisme fièrement affiché par une partie de la classe politique. Plus largement, les controverses autour du mouvement Fridays for Future et ses répliques locales servent surtout de prétexte à la remise en question de la place de la jeunesse dans le débat public. La comparaison des propos tenus par les soutiens du mouvement et ses détracteurs permet ainsi d’aborder la question de la fracture générationnelle sur le réchauffement climatique et celle de la place de la jeunesse dans l’espace public. Par un travail de cadrage — plus ou moins assumé — opposant, dans les discours publics, « jeunes » et « vieux », « décideurs » et « militants », les individus engagés dans le mouvement Fridays for Future (souvent réduits à leur seul jeune âge dans les médias) s’approprient ces aspects de la lutte et les imaginaires qu’ils impliquent pour l’allier avec la thématique du temps – centrale dans la problématique du changement climatique. Parce qu’ils sont ceux qui vont le plus pâtir de ses effets, à terme, ils considèrent que leur parole compte et ne peut (plus) être ignorée par les leaders du monde entier.

Se mobiliser localement. L’exemple de Youth for Climate Marseille

Source : Cliché personnel pris lors du Festiv’action de Youth for Climate Marseille le 13 mars 2020. Il s’agissait d’une journée de mobilisation citoyenne à visée éducative sur des thématiques liées au climat et à la justice sociale, tenue dans le contexte de la grève des retraites et des élections municipales.

Enfin, j’ai réalisé une enquête ethnographique, à Marseille, pour étudier au plus près les mobilisations du mouvement Youth for Climate Marseille. Dans cette optique, j’ai conduit trois entretiens semi-directifs et ai réalisé une observation participante lors d’une journée de mobilisation, le 13 mars 2020. Cela m’a permis d’observer l’appropriation des mots d’ordre du mouvement par un groupe d’activistes locaux, d’analyser la portée de leur discours, ainsi que la façon dont ces « jeunes » s’insèrent dans les espaces contestataires dans la région Sud. J’ai remarqué l’importance des groupes préconstitués — réseaux d’amis, club de sports, groupes formés sur les réseaux sociaux — dans les dynamiques qui conduisent les uns et les autres à participer à la manifestation. Cette observation confirme la thèse du « block recruitment » que l’on doit à Anthony Oberschall, selon laquelle les ralliements aux mobilisations sont rarement le fait d’individus isolés, mais découlent plutôt de collectifs préconstitués. Durant mon observation du 13 mars, j’ai ainsi rencontré des groupes de jeunes issus d’autres associations, qui fréquentaient les mêmes établissements scolaires, pratiquaient les mêmes sports, etc.

Mon enquête de terrain localisée m’a également permis de comprendre que le groupe Youth for Climate Marseille, qui a été constitué en réponse à un appel à la mobilisation internationale, est surtout modelé par un contexte social proprement français. Le mouvement a ainsi émergé dans un contexte de crise sociale révélée par la mobilisation desdits Gilets Jaunes et a pris ancrage dans ce que les enquêtés qualifient de « culture française de la protestation et de la mobilisation ». Plus précisément, j’ai observé que les participants aux manifestations mêlaient le changement climatique aux questions de justice sociale et inscrivaient leur lutte dans la continuité des mobilisations pour l’obtention de droits civiques et sociaux. Cet aspect était particulièrement prégnant lors de la Journée de mobilisation du 13 mars 2020, où des associations telles que Attac ou des collectifs de Gilets Jaunes ont été invités à prendre la parole et à débattre de solutions mêlant écologie et justice sociale, pour en faire part aux candidats engagés dans la course aux élections municipales qui se tenaient le lendemain. J’ai ainsi démontré que les mots d’ordre lancés par Greta Thunberg prennent de multiples formes et sens localement et dépendent aussi bien des contextes militants nationaux et régionaux que des dispositions biographiques des jeunes acteurs engagés.


Antoine ICHAS, étudiant en Master 2 Politiques européennes et action transnationale

Pour citer cet article : Antoine Ichas, Une jeunesse mobilisée contre le réchauffement climatique, Un Œil sur la Cité, 28/02/2021, https://spx.hypotheses.org/4078

Pour aller plus loin :

Antoine ICHAS, « Fridays for future : une mobilisation transnationale de la jeunesse contre le réchauffement climatique ».


[1] Jean-Gabriel CONTAMIN, « Analyse des cadres » dans Olivier FILLIEULE & al. (dir.) Dictionnaire des mouvements sociaux. 2ème édition mise à jour et augmentée. Presses de Sciences Po, 2020, p. 44-51.

[2] Selon Charles Tilly, le répertoire d’action collective désigne le stock limité de moyens d’action à la disposition des groupes contestataires, à chaque époque et dans chaque lieu. A ce propos, voir Erik NEVEU, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2015, pp. 19-22.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search