Faire de la recherche pendant la Covid-19 : Comment trouver la (bonne) distance avec les fidèles des mosquées ?

Maria Alessandra Bianchi et Anna Grasso, chercheures associées et post-doctorantes au laboratoire CHERPA de Sciences Po Aix, bénéficient, depuis juillet 2020, d’un financement du Bureau Central des Cultes (BCC)  pour mener une recherche sur la place des femmes dans les mosquées en France. Elles expliquent ici comment elles s’adaptent et innovent pour faire avancer leur recherche coûte que coûte – dans le contexte d’état d’urgence sanitaire et de confinement imposé depuis l’automne.

 

Pouvez-vous décrire le projet que vous avez débuté en juillet 2020 ? Quelle est la problématique que vous étudiez ?

A. Grasso : Notre projet s’intitule : « Quand les femmes investissent la mosquée ». Son objectif est d’étudier la place des femmes au sein des lieux de culte musulmans en France, en tenant compte des questions d’égalité des genres et d’inclusivité. Pour cela, nous avons trois axes principaux de recherche. 

M. A. Bianchi : Le premier axe porte sur le rapport à l’espace et le rôle des femmes dans les mosquées dites woman-friendly, c’est-à-dire des mosquées dans lesquelles il y a une salle de prière pour les femmes, où l’imam est accessible aux femmes et où les femmes détiennent des rôles de responsabilité : elles peuvent être dans le conseil d’administration ou donner des cours de religion, par exemple. Le deuxième axe vise à étudier les mosquées qui proposent des salles de prières dites « inclusives », c’est-à-dire des espaces dans lesquels les hommes et les femmes prient ensemble, dans la même salle. Nous avons pu observer des nuances entre plusieurs mosquées de ce type : dans certaines, les femmes prient à gauche et les hommes à droite, dans d’autres les femmes et les hommes prient ensemble côte-à-côte. Mais l’idée principale est que les fidèles prient dans la même pièce. Les mosquées inclusives acceptent des personnes de toutes les religions, de tous les courants de l’islam et l’imam peut être aussi bien un homme qu’une femme. Le troisième axe de notre recherche s’intéresse au rôle des convertis et des minorités sexuelles dans les mosquées woman-friendly et inclusives.

A. Grasso : Pour réaliser notre terrain, nous avons choisi des mosquées woman-friendly se trouvant à Marseille et Strasbourg. Pour les mosquées « inclusives », nous en avons sélectionné une à Marseille, mais nous étudions surtout les deux principales existantes, qui se situent à Paris. Ainsi, nous couvrons principalement trois villes : Marseille, Strasbourg et Paris et, au total, nous travaillons à partir de neuf mosquées.

M. A. Bianchi : Cependant, nous ne nous interdisons pas d’aller dans d’autres mosquées, en fonction des évolutions ou contraintes du terrain et du bouche-à-oreille. Quand nous commençons un projet de recherche, il est toujours très circonscrit mais, à mesure des rencontres, il évolue et se diversifie.

Avez-vous pu commencer à acquérir des données et à faire du terrain ? Si oui, quelles ont été les difficultés que vous avez rencontrées par rapport à la situation sanitaire ?

A. Grasso : Nous avons fait du terrain « à distance », avec les outils du numérique, mais aussi sur site : nous avons ainsi réalisé 14 entretiens (7 en présentiel et 7 en distanciel) et 9 observations participantes, dont 5 de cours d’arabe et de religion, dispensées dans une même mosquée, et 4 prières du vendredi (khutba). Nous sommes parties du site internet d’une association qui régit une mosquée inclusive et nous avons demandé à ses organisateurs la permission de suivre le rite. Les khutba virtuelles nous ont permis de cerner les avantages et inconvénients de l’observation à distance. Personnellement, je suis toujours un peu stressée à l’idée que mon micro ne soit pas sur silence (mute) ; j’ai  peur qu’une personne de mon environnement immédiat n’interrompe la prière en cours. En revanche, il est intéressant d’avoir accès aux questions posées sur le chat par les fidèles durant la prière. Par ailleurs, quelques fidèles allument leur caméra : il est donc possible de voir à quoi ils ressemblent. Toutefois, le fait de ne pas avoir accès physiquement au lieu de prière ne nous permet pas de connaître le nombre réel de fidèles ni de déterminer s’il est différent du nombre virtuel. Nous avons, en effet, conscience que les fidèles que nous voyons sur Zoom ne représentent pas la totalité des fidèles de la mosquée.

M. A. Bianchi : Concernant les avantages, il y a le fait que nous n’avons pas besoin d’avoir une tenue vestimentaire particulière. Quand j’allais sur le terrain avant la pandémie, je me posais toujours la question de savoir s’il fallait que je porte le voile, que je m’habille d’une certaine façon ou que j’adopte une certaine posture corporelle quand je prie. En distanciel, nous n’allumons ni la caméra, ni le micro, donc nous n’avons pas ce genre d’interrogations – sans compter que nous pouvons prendre des notes pendant la prière. Cependant, il y a une perte d’informations par rapport à une observation « en présentiel » : nous ne savons pas comment la plupart des followers de la prière en ligne sont habillés,  ou encore, s’ils maitrisent les gestes rituels de la prière… De même, nous ne pouvons pas bénéficier de l’effet « boule-de-neige » liée à la rencontre physique avec les fidèles. La mise en relation est plus simple en présentiel. De plus, la prise de contact avec les acteurs sociaux a changé. Par exemple, au mois de novembre, nous avons demandé à un acteur si nous pouvions nous entretenir par téléphone avec lui alors que nous étions en plein confinement[1] et dans l’impossibilité de nous rendre sur site. Il n’a pas accepté et a cessé de nous répondre dans un premier temps. Il a fallu insister, en le relançant plusieurs fois, pour qu’il accepte la perspective d’une rencontre en présentiel. Le téléphone peut générer une forme de peur chez certains interlocuteurs, car ils ne nous voient pas, ce qui empêche d’établir un rapport de confiance suffisant, leur permettant de se livrer ouvertement. La rencontre physique reste donc précieuse – voire indispensable – dans de nombreux cas. Cependant, certains acteurs imposent l’entretien téléphonique à cause de la circulation encore très active du virus et des imprévus peuvent survenir, même pendant un entretien virtuel, comme le mauvais fonctionnement des applications ou encore, l’imposition de la vidéo par un acteur, à laquelle nous ne nous étions pas préparées…

A. Grasso : Nous avons également rencontré des difficultés d’ordre méthodologique. Je n’étais pas vraiment formée à faire du terrain sur/par internet. La formation que j’ai reçue durant mon parcours doctoral portait sur la réalisation d’entretiens sociologiques en présentiel, de face-à-face. Il y a un réel changement dans notre interaction avec les acteurs quand nous les interrogeons « au loin » : nous sommes privées des informations de la communication non-verbale et ne pouvons pas collecter des données liées à l’aménagement de l’espace où se déroule l’entretien (comme la présence de symboles religieux, le statut social de l’acteur etc.). Mais, nous avons été obligées de nous y habituer.

Comment avez-vous fait pour pallier ces difficultés ?

A. Grasso et M. A. Bianchi : Nous nous sommes clairement auto-formées !

M. A. Bianchi : Par la force des choses, nous nous sommes adaptées à la situation… et aux acteurs. Parfois, nos interlocuteurs nous imposent des choix éloignés des méthodes sociologiques que nous utilisons d’ordinaire. Cela a été le cas avec un imam d’une mosquée qui a souhaité que nous lui fassions parvenir nos questions sur Whatsapp et qu’il y réponde par un enregistrement audio, question par question. Pour nous, c’était déboussolant, cela sortait de tous les conseils de méthodologie que nous avions reçus. Mais, finalement, cela nous a permis de collecter des informations et de créer du lien avec lui.

A. Grasso : Un sujet intéressant à explorer est l’évolution des pratiques religieuses dans le contexte de la Covid-19.

M. A. Bianchi : Oui, voir comment chaque association qui régit la mosquée a dû s’adapter au contexte selon les moyens à disposition, les compétences techniques et le profil des fidèles. Certaines ont fait des e-mosquées, d’autres ont choisi d’ouvrir, d’autres encore ont préféré fermer jusqu’au 3 décembre à cause de la limitation de la jauge à 30 personnes pour assister au culte – ce qui impliquait, pour elles, de sélectionner les participants à la prière en présentiel. Aussi, l’espacement des fidèles pose question. En effet, habituellement, les fidèles en prière sont proches les uns des autres afin de ne pas laisser « la place au diable » (selon les dires de certains acteurs interviewés). Dans certaines mosquées, la question de la santé et de la distanciation sociale à respecter a primé sur cet aspect-là. Pour séparer les fidèles, quelques-unes ont fait le choix de mettre du scotch, d’autres ont mis des tapis dans la salle de prière pour indiquer la place attribuée.

A. Grasso : Une autre difficulté que nous rencontrons dans la réalisation de notre enquête de terrain est le manque de vision sur le long-terme, notamment par rapport aux déplacements que nous avions prévus de réaliser à Strasbourg et Paris. L’incertitude pèse.

Même si votre étude est en cours, retirez-vous déjà certains enseignements des difficultés que vous avez rencontrées pendant cette période ?

M. A. Bianchi : Nous envisageons de poursuivre dans des projets qui lient religion et Covid-19, étant donné que, sans le vouloir, nous obtenons une grande quantité d’informations et de matériaux d’observation précieux sur le sujet. Il y a matière à travailler pour les prochaines années. L’enseignement que je retire est que, de façon générale, les temps ont changé et qu’il faut s’y adapter. Il n’y a plus de manuels de Méthodes en sciences sociales qui puissent être suivis à 200%.

A. Grasso : Oui, c’est tout à fait cela. Au début, j’étais très frustrée et après je me suis dit qu’il fallait faire avec. Je pense qu’actuellement, nous sommes en plein dans notre terrain, donc nous ne parvenons pas à voir les choses clairement. Mais, une fois que nous aurons bouclé notre recherche, nous pourrons prendre du recul et nourrir une réflexion théorique et méthodologique sur la situation.

Par Alexia Fasola, étudiante en Master 2 Métiers de l’Information, Sciences Po Aix

Pour citer cet article : alexiafasola, Faire de la recherche pendant la Covid-19 : Comment trouver la (bonne) distance avec les fidèles des mosquées ?, Un Œil sur la Cité, 01/03/2021, https://spx.hypotheses.org/4071

[1] Le deuxième confinement a débuté le 30 octobre 2020 et a pris fin le 15 décembre 2020. Pendant sa phase la plus « stricte » jusqu’à la fin du mois de novembre 2020, les déplacements étaient fortement limités. Ainsi, une attestation de déplacement était obligatoire pour sortir de chez soi. Les sorties étaient autorisées seulement pour aller travailler, se rendre à un rendez-vous médical, porter assistance à un proche, faire ses courses, accompagner son enfant à l’école, se promener à proximité de son domicile pendant une heure, se rendre à une convocation judiciaire ou administrative, se rendre à un lieu d’examen ou de concours. Les déplacements entre régions étaient interdits. Les lieux de culte étaient ouverts, mais les rassemblements étaient proscrits (https://www.vie-publique.fr/en-bref/276947-covid-19-un-2e-confinement-national-compter-du-29-octobre-minuit, consulté le 15 février 2021).


 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search