Le Parlement européen comme arène de la critique sociale ?

Source : Mini-plénière à Bruxelles le 28 février et le 1er mars. https://www.europarl.europa.eu/belgium/fr/mini-plénière-bruxelles-le-28-février-et-le-1er-mars Consulté le 18 février 2021.


Miguel Urban et Tania Gonzalez sont deux eurodéputés de Podemos pour la législature 2014-2019. L’entretien ici exposé se déroule avec Diego Diaz, assistant local (dans la circonscription des Asturies en Espagne) de l’eurodéputée Tania Gonzalez.


Jessy Bailly : […] Les contacts entre les eurodéputés et le Réseau Municipaliste m’intéressent beaucoup. Pouvez-vous m’en parler ?

Diego Diaz : « Il n’y en a pas eu beaucoup […]. Ceux qui ont été pris l’ont surtout été grâce à Miguel Urban, qui a connu Éric Toussaint à la Quatrième Internationale [La Quatrième Internationale est une organisation transnationale, visant à multiplier les débats et à coordonner les actions des militants politiques se définissant dans la tendance communiste « trotskyste »]. Miguel Urban appartient au courant Anticapitalistas (de Podemos). Il est aussi référent au Secrétariat Unifié de la IVè internationale […]. Miguel Urban fait partie d’un courant de la Quatrième Internationale, qui défend les idées de l’économiste marxiste belge Ernest Mandel. Tous ces individus sont liés. Miguel Urban défend ces thèmes auprès du Parlement européen, les thèmes communs entre les Anticapitalistas [courant anticapitaliste de Podemos ] et la Quatrième Internationale ».

J.B : Je sais que Miguel Urban a joué un rôle important dans la venue du Réseau Municipaliste au Parlement européen, le 21 mars 2017. Quel fut le rôle de Tania Gonzalez, de son côté ?

D.D. : « Tania n’a pas trop travaillé ce thème-là. Miguel, c’est vraiment la personne qui a amené ce thème au Parlement européen, mais son travail n’a que peu pesé à ce niveau. Ce qui est intéressant alors, selon moi, pour le Réseau Municipaliste, a plutôt lieu au niveau local ».

J.B : Ce que je voudrais savoir, c’est comment le Réseau Municipaliste utilise le Parlement européen pour se faire entendre.

D.D. : « On a organisé une rencontre du Réseau à Bruxelles. Cela nous a aidé à nous faire connaître médiatiquement, ainsi qu’à établir une critique visible de la Loi Montoro » [La loi Montoro, du nom du Ministre des Finances et de la Fonction Publique entre 2011 et 2018 du gouvernement de Mariano Rajoy (ou Ley 27/2013, de 27 de diciembre, de racionalización y sostenibilidad de la Administración Local), renvoie à une loi proposée par Cristóbal Montoro, votée par la suite aux Cortes Generales, imposant aux collectivités territoriales, lorsque celles-ci dégagent des excédents budgétaires, d’allouer le surplus à un remboursement anticipé de la dette (empêchant alors les collectivités d’investir massivement).]

J.B : Comment s’est organisée la venue du Réseau Municipaliste à Bruxelles devant le Parlement européen ? Qui en a eu l’idée ?

D.D : « Je me suis chargé d’en organiser la venue avec Tania Gonzalez et Miguel Urban ».

J.B. : Le Réseau Municipaliste y a présenté le Manifeste d’Oviedo, son texte fondateur[1], devant les eurodéputés. Mais cela n’avait qu’une vocation publicitaire, si j’ai bien compris ?

D.D : « Oui, les médias en ont parlé […] La présentation fut plus un acte de communication qu’autre chose, l’enjeu était qu’elle soit reprise par les médias ».

J.B. : Vous pensez que l’on peut utiliser l’Union européenne pour provoquer un changement politique ou social ?

D.D. : « Non ».

J.B. : Mais pourtant, les eurodéputés Podemos tentent de provoquer un changement en interne, non ?

D.D. : « Oui, mais on ne représente qu’une toute petite une minorité à l’intérieur de l’Union européenne (UE). Quant au Parlement européen, il a peu de compétences à l’intérieur de l’UE. Sans compter qu’il se trouve sous l’emprise hégémonique d’une coalition constituée des Sociaux-Démocrates (S&D), des Partis Populaires (PPE) et des Libéraux (ADLE/Renew) ».

« Les partis Verts et les partis de gauche ont très peu de pouvoir au sein du Parlement européen et de plus, ils pèsent peu à l’intérieur de l’UE. Je pense que l’audit est une bataille qui doit davantage être menée dans le cadre des États-nations ».

J.B. : Du coup, le rôle du parti d’extrême-gauche (Gauche Unitaire Européenne) au Parlement européen est une manière de publiciser un discours contre-hégémonique ?

D.D. : « Oui, car la capacité législative du Parlement est très faible. Du coup, le Parlement sert de vitrine [escaparate], de publicité, aux luttes que l’on mène ».

« Il ne faut pas oublier que le Parlement paie très bien les eurodéputés. Les eurodéputés de Podemos donnent la plus grande partie de leurs émoluments à leur parti. Ainsi, le Parlement européen est une vitrine pour Podemos, mais également un lieu où l’on peut obtenir des ressources pour le parti[2] ».

J.B. : Certes, il y a cette publicité permise par le Parlement européen et, en particulier, par le groupe parlementaire GUE/NGL qui a invité le Réseau Municipaliste. Mais ne pensez-vous pas, par exemple, que le Comité européen des Régions pourrait être une bonne scène pour défendre l’audit citoyen de la dette ?

D.D. : « Je ne crois pas, car la Commission européenne et les autres institutions européennes ont été les institutions-clés dans la création de la dette illégitime. Ils ont encouragé les États européens à s’endetter en sauvant les banques et ensuite, en imposant des coupes budgétaires très dures aux pays ».

« Avant la crise financière [de 2008-2010], les économies européennes n’avaient pas beaucoup de dettes. Maastricht et les critères de convergence pour installer l’euro imposaient aux pays de la future euro-zone qu’ils réduisent beaucoup leurs dettes. Dans la première partie du 21e siècle, la Commission a imposé une discipline fiscale aux États. Mais cela a changé avec les sauvetages bancaires par l’État espagnol de 2011/2012 ; à partir de là, la Commission a encouragé les pays à s’endetter, en sauvant les banques et en arrêtant la discipline fiscale ».

« Les institutions européennes sont ainsi les institutions qui ont encouragé la dette illégitime ».

J.B. : Pouvez-vous me parler de votre rôle d’assistant local de l’eurodéputée Tania Gonzalez ? Concrètement, que faites-vous ?

D.D. : « Par exemple, il y a une entreprise en Asturies [au Nord-Ouest de l’Espagne, où Tania Gonzalez est eurodéputée] menacée de fermeture. Je fais en sorte que Tania soit au courant de cela et en parle au niveau européen, ou qu’on organise un voyage des travailleurs concernés au Parlement européen. Je regarde également dans son agenda pour voir s’il y a une manifestation importante en Asturies ou ailleurs en Espagne, pour qu’elle vienne et qu’elle fasse un discours, une conférence ».

« Je fais l’intermédiaire aussi avec les médias d’Asturies ».

« En général, les eurodéputés sont peu connus en Espagne, car les médias nationaux informent peu sur le Parlement européen. Ce que j’essaie de faire, c’est que Tania soit une personne davantage connue, qui compte en Asturies comme en Espagne, qu’elle débatte et soit visible sur les sujets importants ».

J.B. : Merci. Et à quoi sert-il de faire venir au Parlement européen des travailleurs, des syndicats ou des mouvements sociaux ? Juste à faire parler de soi ?

D.D. : « Oui, surtout à communiquer. On peut solliciter des rendez-vous avec des responsables des commissions parlementaires. On l’a fait une fois, pour le mouvement des retraités (pensionistas). »

« Mais, pour nous, le Parlement européen est surtout une vitrine. Tu ne peux pas y obtenir de gains législatifs importants ».

« Je ne pense pas que le niveau européen soit d’un très grand intérêt pour le Réseau. Je pense que l’enjeu est davantage d’être relayé par les médias nationaux espagnols. Cela a été un peu fait avec le Salto Diario [un média activiste espagnol], qui donne de l’intérêt au Réseau ».

J. B. : Donc, pour le Réseau Municipaliste, le fait d’aller à Bruxelles n’est qu’une stratégie parmi d’autres de communiquer sur ses actions, sans chercher à ce que cela se traduise concrètement ?

D. D. : « Oui, quelques articles médiatiques, mais rien de plus. Ce n’est pas un thème qui a marqué l’agenda politique espagnol ».


Par Jessy Bailly, doctorant en science politique , Sciences Po Aix – MESOPOLHIS

Pour citer cet article : jessybailly, Le Parlement européen comme arène de la critique sociale ?, Un Œil sur la Cité, 18/02/2021, https://spx.hypotheses.org/4054

L’audit citoyen est un dispositif d’action militant visant à diligenter des enquêtes sur les finances publiques et leur gestion par une collectivité locale, pour en proposer ensuite une évaluation « citoyenne ». Il s’agit d’étudier le circuit de l’argent public (de l’endettement) au niveau local, en repérant les acteurs (politiques et financiers) qui en sont responsables, les structures de la dette, contrats d’emprunts et conditions, taux d’intérêt attachés à ces prêts consentis à la collectivité. Les auditeurs-citoyens cherchent à rallier des soutiens et à influencer le cours de l’action publique, au nom des valeurs qu’ils défendent : redistribution sociale des richesses, retour de l’État-Providence, démocratie sociale, condamnation de pratiques anti-chrématistes qui impliquent de l’argent public.

Les « forces du changement » relèvent d’une expression indigène pour caractériser l’arrivée au pouvoir de forces politiques de gauche (Podemos, Izquierda Unida, Guanyem) dans des coalitions municipales, depuis les élections de mai 2015. Il s’agit par ce biais de marquer un écart entre la gestion « alternative » des affaires locales par ces nouvelles forces politiques et celle des partis traditionnels (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol et Parti Populaire).

La « dette illégitime » est une expression indigène et militante, utilisée pour désigner une partie de l’endettement public qui aurait été contractée pour des motifs autres que la satisfaction de l’intérêt général/public. De nombreux enquêtés partagent le constat que l’argent public n’est pas dépensé dans le « bon » sens, c’est-à-dire afin de satisfaire l’intérêt de la majorité des citoyens, mais plutôt dans celui d’une minorité (les acteurs économiquement puissants). Que ce soit les eurodéputés Podemos concernés ou les animateurs du Réseau Municipaliste, il y a une économie sociale du moindre marché défendue par les acteurs, prônant le redéploiement de formes providentielles d’intervention des pouvoirs publics, l’accentuation des dépenses publiques et sociales, et la socialisation du système bancaire (on est dans un positionnement économique relativement hétérodoxe).

[1] Le texte, élaboré principalement par des membres du Comité pour l’Abolition des Dettes Illégitimes (CADTM) et de la Plateforme espagnole d’Audit Citoyen de la Dette (PACD) est disponible sur le lien suivant : http://www.cadtm.org/Manifiesto-de-Oviedo (contenu en français : http://www.cadtm.org/Manifeste-d-Oviedo)

[2] Chaque député européen dispose, au titre de sa fonction, d’une enveloppe budgétaire visant à le rémunérer (à hauteur de 7000 euros après impôt européen) et à pouvoir rémunérer plusieurs assistant.es. Dans le cas de Podemos, les députés plafonnent leurs indemnités et redistribuent le montant restant au parti.

[3] Romain Blancaneaux, « Le Parlement européen, une courroie de transmission pour des opposants nationaux à la Commission européenne. L’opposition à la libéralisation des droits de plantation viticoles », Politique européenne 2014/1 (n° 43), pages 192-209.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search