Observer les émotions. Et après ?

« Dossier : Ethnographie politique et comparative des émotions », Revue internationale de politique comparée, 2018/3 (Vol. 25).

Dossier de revue : “Ethnographie politique et comparative des émotions », Revue internationale de politique comparée, 2018/3 (Vol. 25), par Avanza Martina, Déchezelles Stéphanie, Traïni Christophe.

Entretien à deux voix : Stéphanie Déchezelles et Christophe Traïni

Avant tout chose, pourriez-vous revenir sur l’histoire de cette publication ? 

Cette publication s’inscrit clairement dans les travaux conduits au sein de l’axe de recherche « Mobilisations, expertises et processus politiques » de notre laboratoire (le CHERPA) et, plus particulièrement, dans le prolongement de la manière dont il vise à interroger l’importance toujours relative des émotions dans la coordination de l’action collective. Nous avions déjà constaté l’intérêt heuristique qu’il y avait à inviter des collègues de nos réseaux de recherche à prendre part aux réflexions résultant de cette perspective initialement forgée dans un séminaire qui s’était tenu de 2010 à 2013. Ainsi, le colloque organisé en collaboration avec le GIS Démocratie et Participation et le Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP) de l’Université Paris 1 avait pu donner lieu à la publication, en 2018, d’un ouvrage La démocratie des émotions. Dispositifs participatifs et gouvernabilité des affects, paru aux Presses de Sciences Po. Ce dernier, par-delà le seul intérêt d’une perspective commune à la sociologie des mobilisations et à l’étude des politiques participatives, avait mis en exergue la nécessité d’interrogations plus spécifiquement centrées sur la manière dont les données affectives peuvent être intégrées aux protocoles d’enquêtes empiriques des chercheurs. Nous nous étions donc promis, à l’avenir, d’approfondir plus encore ces questions d’ordre méthodologique en organisant une journée d’étude complémentaire.

Comment l’équipe que vous coordonnez a-t-elle vu le jour ? Qu’est-ce qui en est à l’origine ?

Nous suivions avec intérêt le développement du groupe de projet de l’Association Française de Science Politique « EthnoPol – Ethnographie politique ». Ce groupe avait pour objectif de structurer un réseau de chercheur.e.s en sciences sociales s’intéressant au politique qui pratiquent l’enquête ethnographique. Bien plus encore, il s’agissait d’expliciter les gains de connaissance des techniques d’enquête au plus près des acteurs et au « ras des pratiques ». Très vite, il nous est apparu pertinent d’intégrer à ce programme un questionnement qui résulte de l’un des apports les plus anciens et solides de l’anthropologie comparative des émotions. À savoir que les modalités de l’expression des émotions — plus particulièrement au sein des espaces publics — sont subordonnées à des conventions sociales qui varient en fonction des époques et des contextes nationaux ou régionaux, ou bien encore des appartenances à des groupes sociaux, ethniques ou de genre. Nous avons donc contacté nos collègues du groupe EthnoPol, et avec Martina Avanza de l’Université de Lausanne, nous avons rédigé un appel à communication en vue d’une journée d’étude que nous avons organisée, en mai 2017, dans les locaux de Sciences Po Aix. Trois des cinq articles publiés dans le dossier thématique de la Revue Internationale de Politique comparée sont issus des communications orales que nous avions pu collectivement discuter lors de cette journée d’étude.

Pourriez-vous présenter les contributions au dossier et en souligner les principaux apports ?

L’article de Sahar Aurore Saeidnia est tiré de son enquête doctorale auprès de plusieurs conseils de quartier de Téhéran. Il interroge les expressions des émotions qui y sont jugées convenables, et plus encore ce que ces normes affectives révèlent des logiques organisant les relations de pouvoir au sein de ces institutions qui obéissent aussi bien aux injonctions de la République islamique qu’aux règles de la notabilité locale. Le sort réservé aux chercheurs en sciences sociales en Iran, et particulièrement la condamnation et l’emprisonnement de Fariba Adelkhah à qui le numéro est dédié, rend d’autant plus précieuse à nos yeux la contribution de Sahar.

Pauline Delage, pour sa part, propose une comparaison de l’évolution des registres émotionnels au sein des associations de lutte contre les violences conjugales situées dans le comté de Los Angeles aux États-Unis et en Île-de-France. Ici, la démarche ethnographique, ainsi que la comparaison de ce qui est observé des deux côtés de l’Atlantique, permet plus particulièrement d’apprécier dans quelle mesure les modes de production de la compassion, à première vue relativement similaires, peuvent varier en fonction des contextes locaux ainsi que des conceptions différentes du cadre à partir duquel percevoir la violence (emprise en France, traumatisme aux États-Unis).

En s’appuyant sur une enquête portant sur deux mobilisations émotionnelles, les mobilisations de victimes du Distilbène et celles d’agriculteurs victimes des pesticides, Coline Salaris nous donne à lire un article méthodologique qui souligne à quel point le comparatisme offre au chercheur de précieux expédients pour éviter d’être lui-même débordé par les affects dont son terrain d’enquête peut être parfois saturé.

Dans un esprit analogue, Cécile Jouhanneau revient sur l’enquête qu’elle a conduite auprès d’anciens détenus de camps en Bosnie-Herzégovine. Les émotions observées en situation, et plus encore les règles de leur modulation, lui permettent non seulement de mieux restituer la complexité des rapports ordinaires à la politique au sein d’une société fortement marquée par le souvenir des conflits du passé, mais aussi de montrer dans une logique diachronique les transformations des modalités selon lesquelles les émotions peuvent être suscitées ou non au sein d’un même collectif protestataire, mettant ainsi à mal toute vision statique des registres affectifs dans l’action collective.

Enfin, Thomas Bonnet mobilise les ressources analytiques qu’il a pu tirer dans le cadre d’une enquête menée auprès de professionnels travaillant dans différents secteurs d’activité : les pompes funèbres, l’hôpital et la police. Ici, l’ethnographie comparée ne permet pas seulement d’analyser comment chacune des professions exige une bonne maîtrise des émotions qui résultent de la manipulation de corps de défunts. Plus fondamentalement, elle met en exergue les conditions qui président à la relative invisibilité desdites émotions plutôt qu’à leur politisation sous la forme de revendications syndicales.

Bien évidemment, ces articles gagnent à être lus, non pas séparément, mais en étant attentif à la manière dont ils se recoupent et se complètent dans le cadre de la problématique du dossier tel que nous nous sommes efforcés de la présenter dans l’introduction générale du numéro.

Dans quels débats votre publication s’inscrit-elle ?

Ce dossier constitue une contribution essentielle aux réflexions nécessaires pour bien saisir l’intérêt que les émotions suscitent, depuis quelques années maintenant, dans plusieurs domaines des sciences sociales. Si certains n’hésitent pas à parler d’un véritable « emotional turn », la perspective de ce dossier se veut plus mesurée. Loin de prétendre à une révolution épistémologique, l’attention accordée aux dimensions affectives doit plutôt tendre à renouveler la manière d’appréhender des objets d’étude déjà bien établis et des questions de méthodes relativement classiques. Parmi celles-ci, on pourrait penser, par exemple, à l’hétérogénéité des données empiriques ; à l’importance des interactions, et plus encore des gaffes et des ajustements, qui caractérisent une enquête ; à la réflexivité nécessaire pour conscientiser au mieux son rapport (affectif) à l’objet ; sans oublier les dangers symétriques de l’ethnocentrisme ou de l’indigénisme…

Le dossier prolonge également les discussions sur les apports de la méthode comparative et donc, sur les différentes manières dont elle peut se décliner. À ce propos, la lecture des articles apporte des éclairages nombreux et complémentaires. D’abord, sur tout ce que l’analyse du chercheur doit à sa capacité à faire varier les focales, à comparer différents types de cas et de situations. Ensuite, sur la nécessité de prendre en compte ce que les conduites des acteurs observés doivent à leur socialisation au sein de contextes qui peuvent se distinguer, plus ou moins nettement, de ceux au sein desquels le regard du chercheur a été façonné. À chaque fois, loin de s’en tenir à des considérations abstraites sur les articulations entre les niveaux « micro » et « macro », l’accent mis sur les émotions permet d’envisager l’utilité de la méthode comparative en se tenant au plus près des expériences affectives qui ponctuent chaque enquête de terrain.

Et, pour finir, en quoi votre dossier de revue peut-il changer le regard des lecteurs sur votre sujet d’étude ?

Ce dossier sera utile à ceux qui pourraient encore croire que la prise en compte des émotions équivaudrait à renoncer à des enquêtes solides ou à des interprétations étayées sur des données empiriques tangibles. De ce point de vue, la richesse des articles mentionnés ci-dessus est grandement complétée par l’entretien qu’Arlie Russel Hochschild a bien voulu nous accorder. Cette professeure émérite de sociologie de l’Université de Berkeley (Californie) est mondialement connue pour ses nombreux ouvrages portant sur la « mécanique » des émotions dans le cadre professionnel ou domestique, parmi lesquels The Managed Heart: Commercialization of Human Feelings (1983) ; The Second Shift: Working Families and the Revolution at Home (1989). Nous tenions à compléter le dossier en l’interviewant pour attirer surtout l’attention de nos lecteurs politistes sur l’apport fondamental de la sociologie des professions d’Arlie Hochschild. Elève d’Erving Goffman, elle est en effet à l’origine des concepts majeurs d’emotional labor et de feeling rules qui traduisent à quel point les conduites affectives des professionnels obéissent à des prescriptions sociales bien précises. Dans l’entretien qui clôt notre dossier, Arlie Hochschild revient sur la genèse intellectuelle de ces concepts que nous avions placés au cœur de l’appel à communication et dont est en grande partie issu ce numéro de la RIPC.

Rémi Carcélès, doctorant en science politique, Sciences Po Aix – CHERPA

Pour citer cet article : Rémi Carcélès, Observer les émotions. Et après ?, Un Œil sur la Cité, 21/09/2020, https://spx.hypotheses.org/3908

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search