Représenter les artisans : apprentissage d’un rôle politique

Yolaine Gassier, doctorante au CHERPA (Croyance, Histoire, Espace de Régulation Politique et Administrative) et au Lest (Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail)1 depuis 2015,  va soutenir une thèse sur “Les arènes discrètes du paritarisme régional. Dispositifs, acteurs et pratiques du Dialogue social territorial”. Avec Baptiste Giraud, elle  anime au sein du laboratoire LEST le séminaire de “Travail, relations professionnelles et mobilisations”2. Ensemble ils viennent de publier Le travail syndical en actes. Faire adhérer, mobiliser, représenter (Presses du Septentrion,2020). Yolaine Gassier est également l’auteure de l’article “Apprendre à jouer (de) son rôle. L’acculturation des représentants artisans au jeu syndical institutionnel” dans le quatrième volume de la revue Politix sorti en (2019)3.

 

Pourriez-vous revenir sur l’histoire de cette publication ?  Qu’est-ce qui vous a mené à écrire dans cette revue ?

 

Crédit illustration : Pixabay

Je souhaitais au départ écrire un article sur les artisans engagés dans le syndicalisme patronal artisanal à une échelle locale et comprendre les conditions de leur enrôlement dans le paritarisme. L’idée était d’exploiter les matériaux que j’avais pu récolter au cours d’un stage réalisé lors de mon Master 2 à Sciences Po Aix au sein de l’Union patronale artisanale (UPA)4, l’une des trois organisations patronales françaises, qui représente l’ensemble des secteurs de l’artisanat : des métiers de bouche à ceux du bâtiment, en passant par les services (taxi, coiffure, etc.). Ce terrain a constitué une porte d’entrée sur ce qu’est devenue ma recherche doctorale qui portait initialement sur la représentation syndicale dans les Très Petites Entreprises (TPE), avant de s’étendre plus largement au paritarisme régional. J’entends par-là la manière dont les organisations syndicales et patronales sont amenées à faire participer leurs militants à un ensemble de lieux institutionnels (espaces de concertation, de consultation, organismes paritaires) censés discuter et amender l’action publique régionale sur différents secteurs (formation professionnelle, protection sociale, santé au travail, etc.). C’est ce qui m’a mené à écrire cet article sur le syndicalisme artisanal.

 

Vous faites partie d’une équipe de recherche collective. Qu’est-ce qui en est à l’origine ?

 

J’ai pensé à Politix parce que c’est une revue qui traite du politique sous l’angle des sciences sociales, de la sociologie notamment. Et c’est vraiment ce que je voulais pour cet écrit : traiter du syndicalisme artisanal, c’est-à-dire des pratiques qui sont ancrées dans le politique, mais sous l’angle des trajectoires biographiques des individus qui composent ces organisations. Philippe Aldrin, qui est mon directeur de thèse, avait à cette période pour projet de codiriger un numéro de la revue Politix avec Eric Agrikoliansky de Université Paris-Dauphine, sur le thème des compétences politiques pratiques mises en œuvre par des individus politiquement novices. Cet angle original sur les métiers du politique a été retenu par la revue et mon projet d’article a pu s’y inscrire. Partant de là, l’équipe éditoriale de la revue s’est montrée intéressée par les données de terrain que j’avais produites. En décembre 2018, une réunion de travail s’est tenue à Paris avec l’ensemble des contributeurs pressentis pour faire le point sur nos données de terrain et envisager des pistes d’analyse. Cela nous a permis d’approfondir des dimensions originales et complémentaires de nos travaux.

 

Pourriez-vous souligner les principaux apports de votre article ?

 

Le parti pris du dossier était de montrer que la politique n’est pas, dans les faits, réservée aux seuls professionnels de la politique (qui vivent par et pour la politique). Elle concerne aussi d’autres catégories d’individus, donc des amateurs – que certains appellent des « profanes » – ou en tout cas, des non-professionnels de la politique qui ont un rapport plus intermittent à celle-ci  ou l’approchent à sa lisière ; mais, qui, pour autant, ont un pied dans cette activité sociale. Dans cette optique, mon article étudie le processus d’adaptation au rôle institutionnel d’individus issus d’un groupe social majoritairement peu doté en ressources scolaires et sociales : les artisans. La majorité de ceux que j’ai rencontrés sur mon terrain d’enquête partagent un certain nombre de caractéristiques sociales communes : faible niveau de diplômes, pratiques professionnelles manuelles à priori éloignées de celles requises dans un univers politique, qui auraient pu à première vue les détourner de cet engagement, les désavantager. L’étude sur le terrain des modalités de leur investissement révèle une situation toute autre qui se traduit par une capacité à transformer en compétences politiques (pratiques) des ressources héritées d’autres sphères d’activités sociales, telles que leurs pratiques professionnelles.

 

Dans quels débats publics et scientifiques votre travail s’inscrit-il ?

 

Derrière cette publication, il y a la volonté de dépasser certains points aveugles et de tenter de contribuer à nourrir certains débats. Pour commencer il faut dire qu’il y a peu de travaux qui se centrent sur le groupe social des artisans5, et encore moins sur l’univers du syndicalisme artisanal – hormis les travaux de Marc Milet6. Si l’organisation patronale artisanale (UPA-U2P) est dominée par le Medef ou la CPME, parce qu’elle n’a pas les mêmes ressources organisationnelles et économiques que ses concurrentes ni la même visibilité médiatique, elle est tout de même une figure dominante dans le champ patronal du point de vue numérique (les entreprises artisanales occupant une place importante dans l’économie française). Cet élément justifie mon intérêt pour le syndicalisme artisanal qui constitue un point aveugle des études sur le syndicalisme, notamment patronal. Ensuite, je voulais nuancer certains discours qui réduisent la figure patronale à une figure dominante richement dotée en capitaux sociaux, scolaires etc. L’étude de la trajectoire biographique des patrons de TPE/PME a révélé que les représentants de l’artisanat sont majoritairement d’origine populaire et sont faiblement dotés en capitaux scolaires. Or, les recherches sur les représentants d’origine populaire qui posent la question du travail militant et de la construction de ressources politiques ont beaucoup investi le terrain des syndicats de salariés (citons, par exemple, le travail de Yasmine Siblot7, Paul Boulland8, Julian Mischi9 ou encore la thèse de Charles Berthonneau). Ces questionnements, connus dans d’autres sous-champs disciplinaires, j’ai voulu les appliquer au syndicalisme patronal. En dernier lieu et dans la lignée du numéro de revue, l’idée était aussi de repenser la question des compétences en politique,10 c’est-à-dire de se distancer d’un rapport au politique appréhendé sous un angle savant, cultivé, intellectuel, en montrant comment des individus, qui se situent à première vue en décalage avec l’univers politique, parviennent à évoluer dans ces sphères, voire à s’y épanouir, en transformant ce qui aurait pu apparaître comme des « stigmates » sociaux en ressources politiques.

 

Et, pour finir, en quoi votre article peut-il changer le regard des lecteurs sur votre sujet d’étude ?

 

Je ne sais pas dans quelle mesure l’article peut contribuer à changer le regard des lecteurs, mais il incite à se départir d’une approche intuitive qui pourrait amener à appréhender ces lieux institutionnels, difficiles d’accès, comme des espaces peuplés d’individus dotés de dispositions homogènes et ajustées aux exigences de l’institution. L’intérêt d’étudier l’institution « par le bas », au plus près du terrain et au prisme des individus qui la composent, permet en outre de restituer plus finement des mécanismes sociaux qui se nichent au cœur du politique. 

 Lire le dossier de la revue Politix : « Faire avec la politique. Novices, amateurs et intermittents en politique »

Rémi Carcélès, doctorant en science politique, Sciences Po Aix – CHERPA



Citer ce billet
Rémi Carcélès (2020, 16 septembre). Représenter les artisans : apprentissage d’un rôle politique. Un Œil sur la Cité. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ujm9

  1. https://lest.fr/ []
  2. https://trpm.hypotheses.org []
  3. https://spx.hypotheses.org/3221 []
  4. devenue aujourd’hui U2P pour Union des entreprises de proximité []
  5. https://www.cairn.info/l-artisanat-francais–9782717811162.html []
  6. https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2008-1-page-68.html / https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2008-3-page-483.html []
  7. https://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2018-1-page-65.htm []
  8. https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-1-page-54.htm []
  9. https://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2011-4-page-53.htm?contenu=resume []
  10. sur cette question, voir https://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1991_num_4_13_1433 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search