L’impossible retour à Kaboul

crédit photo: Editions Henry Dougier

Giovanni Privitera, enseignant de sociologie et d’italien à Aix-Marseille Université et à Sciences Po Aix, est l’auteur de Siciliens paru en 2018 aux Ateliers Henry Dougier, ainsi que du documentaire “Après le voyage” (2017), qui retrace la rencontre entre des étudiants et des jeunes demandeurs d’asile à Marseille. Il présente sa dernière parution Exil ordinaire d’un jeune afghan, qui témoigne de sa rencontre avec Safi Mohammad avec qui il s’est lié d’amitié alors qu’il était bénévole dans un Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA). Ce jeune Afghan, qui  cosigne l’ouvrage, raconte sa traversée de plus d’un quart du globe sur près de 10 000 km à pied, en bus ou à l’arrière d’un pick-up entre Kaboul et Marseille, en passant par Téhéran, Istanbul, Sofia, Belgrade, Vienne, Milan et Nice. En revenant sur les raisons de son départ, les obstacles rencontrés, les villes et les paysages parcourus, les deux hommes nous immergent dans un univers migratoire caractérisé par un retour impossible.

Pouvez-vous revenir sur l’histoire de l’ouvrage ?

Safi et moi, nous nous sommes connus au CADA de Saint-Charles, à Marseille. Alors que l’on échangeait à propos des rêves et des projets de chacun, Safi m’a parlé de ses rêves « ordinaires » : avoir ses papiers, trouver un travail, fonder une famille… Il m’a également confié qu’il avait un rêve « secret » : écrire un livre parce que, je le cite, « les gens doivent comprendre ce qu’on traverse pour venir en Europe ». J’avais précédemment travaillé avec les Éditions Henry Dougier. Je leur ai donc proposé un projet de coécriture.

Comment cet ouvrage s’inscrit-il dans votre parcours professionnel ?

Je travaille sur la question migratoire, au sens large, depuis une petite dizaine d’années. C’est une forme de militantisme qui m’y a poussé. Et j’ai toujours essayé de joindre la parole aux gestes. Je crois que donner la parole à Safi à travers ce livre a été une façon de joindre les deux.

Quelle méthode de recherche avez-vous adoptée ?

Les entretiens avec Safi représentent l’essentiel du travail mené, puisqu’il s’agit d’un témoignage. Je travaille sur l’immigration depuis plusieurs années. Ainsi, mes recherches précédentes m’ont permis d’avoir quelques notions juridiques, sociologiques et historiques sur le sujet. Je me suis également documenté sur l’histoire récente de l’Afghanistan et j’ai consulté quelques atlas pour situer certaines villes. 

De votre point de vue, quels sont les principaux apports de l’ouvrage ?

Ce livre donne la parole à Safi : il retrace le trajet physique et psychologique de ce jeune réfugié afghan. Une immersion dans les détails et les nuances d’un parcours (extra)ordinaire, aux antipodes des considérations homogènes sur les « migrants », comme s’il s’agissait d’un objet monolithique.

En quoi votre travail peut-il changer le regard des lecteurs ?

Je ne sais pas si ce livre changera le regard de qui que ce soit sur le sujet, mais il a le mérite, je crois, de donner un point de vue interne, d’inviter le lecteur à se mettre « à la place de ».   

Pour terminer, pourquoi ce titre ? Et cette couverture ?

Pendant la rédaction du livre, Safi m’a demandé à plusieurs reprises comment on pouvait qualifier une chose que l’on vit rarement et que peu de gens vivent. Je n’ai rien trouvé de mieux que « hors du commun » et « extraordinaire ». Ce paradoxe nous a frappés tous les deux. Il avait vécu une aventure à la fois extraordinaire et commune à tant de gens. La couverture a été choisie d’un commun accord entre Safi, la maison d’édition et moi. 

Rémi Carcélès, doctorant en science politique, Sciences Po Aix – CHERPA

Pour citer cet article : Rémi Carcélès, L’impossible retour à Kaboul, Un Œil sur la Cité, 15/09/2020, https://spx.hypotheses.org/3429

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search