Brignoles, une « Middletown » en Provence

« Inconnue(s) dans la 6ème » (Pixel Plume Production, 1h26, 2018) est un film documentaire co-réalisé par deux sociologues du politique, Philippe Aldrin et Marie-Ange Grégory, chercheurs au CHERPA, qui retrace la séquence électorale de 2017 à Brignoles, petite ville au nord de la sixième circonscription du Var. Ce projet de sociologie visuelle s’inscrit dans le programme ALCoV (Analyses Localisées Comparatives du Vote) financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et consacré à l’étude en contextes des transformations des rapports au politique.

 

 

Achevé à l’automne 2018, le documentaire a été diffusé dans plusieurs centres de recherche (dont les universités de Paris 1, Paris 2, Montpellier 1, Lyon, Saint-Étienne, et l’Institut d’Études Politiques de Lille et la Maison de l’Image de Strasbourg), ainsi que dans le cadre de formations universitaires en sociologie et en science politique. Le jeudi 12 décembre 2019, à la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), une conférence-débat était organisée dans le cadre du programme d’étude sur les élections municipales de 2020 qui réunit des chercheurs des laboratoires CHERPA, LAMES1 et LBNC (Avignon)2. Pierre Fournier, directeur du LAMES, et son collègue Cesare Mattina, ont expliqué le choix de la circonscription de Brignoles comme cas d’étude par des raisons historiques. En effet,  cette ville a été longtemps présentée comme un « bastion du Var rouge » passé à l’UMP/LR, dans lequel le FN fait des scores records depuis la fin des années 2000.

De son côté Philippe Aldrin, qui a déjà réalisé une enquête en immersion dans un petit village du Var3, a reproduit une enquête ethnographique du même type avec la volonté d’en garder une trace visuelle. L’idée initiale de ce projet d’ethnographie filmée consistait à faire de Brignoles, ville moyenne de 17 000 habitants, une sorte de «Middletown» – en référence à l’étude conduite par Robert et Helen Lynd dans les années 1920 au sein des Community Studies –, c’est-à-dire un cas emblématique de ces petites villes moyennes françaises marquées par la périurbanisation, le dépérissement de leur centre-ville, un rapide déclin de l’emploi industriel après la fermeture des mines de bauxite (fin des années 1980) et une forte tertiarisation par le bas de l’emploi, la rétraction des partis et des réseaux militants, l’apathie politique.

Crédit photo : Philippe Aldrin

Par ailleurs, les deux réalisateurs souhaitaient recueillir des témoignages d’électeurs brignolais dont la ville est décrite par la presse et les commentateurs comme un « laboratoire du FN » depuis la victoire d’un candidat FN à l’élection cantonale de 2013. Ce qu’une partie de la population vit comme un stigmate et qui pèse fortement sur les stratégies et positionnements des acteurs politiques locaux. Le projet de documentaire visait à filmer la ville et la scène politique locale pendant plusieurs mois (de novembre 2016 à août 2017) pour observer les modalités de (dé)mobilisation et de (dés)intéressement des Brignolais à la séquence électorale. Pour réaliser ce projet, Philippe Aldrin et Marie-Ange Grégory ont travaillé avec une équipe technique (cadreurs et preneurs de son) de « Résine Média », une association installée à Draguignan qui conduit des chantiers d’insertion dans les médias numériques4. Plus précisément, le documentaire se veut une chronique de campagne sur les élections présidentielles, puis législatives, de 2017, aussi bien avant qu’après l’élection de l’universitaire Valérie Gomez-Bassac au poste de députée de la circonscription, sous la bannière de La République en Marche (LREM). Cette chronique propose une analyse non pas scientifique au sens le plus strict du terme, mais dans l’objectif de saisir un moment social et politique spécifique, à la façon de Michel Samson et Jean-Louis Comolli dans leur série documentaire sur la politique marseillaise (( https://www.persee.fr/doc/homig_1142-852x_2004_num_1247_1_5388 )). « Inconnu(e)s dans la 6ème  » suit ainsi les rebondissements de l’« affaire Fillon » comme la montée de la candidature Macron dans les médias et sondages au plus près des principaux candidats à la députation, depuis le terrain du « local ».

Crédit photo : Philippe Aldrin

Interrogé sur les enseignements de cette expérience, Philippe Aldrin est d’abord revenu sur la très faible mobilisation électorale observée pendant les mois de tournage, mais aussi sur l’incertitude des processus politiques et électoraux à laquelle n’échappent pas les candidats et leurs équipes. Ces processus sont notamment analysés dans les travaux de Michel Dobry (Sociologie des crises politiques, 1986), qui invitent à reconsidérer la capacité des professionnels de la politique à anticiper ou ajuster adroitement leurs stratégies dans des situations de conjonctures indécises. C’est là l’une des deux « inconnues » du titre, sur lesquelles se penche le documentaire. Philippe Aldrin a ensuite présenté les différentes façons d’analyser la « vague Macron » dans les bastions LR qui pourrait être appréhendée comme une remise en cause des théories sur la rentabilité des ancrages politiques. La victoire dans la 6ème circonscription du Var de la candidate investie tardivement par En Marche – une inconnue en politique (la seconde « inconnue » du titre) sans passé militant ni expertise électorale, investie par un nouveau parti sans implantation locale –, interpelle quant à l’effet très fort des sondages et des médias sur l’orientation du vote chez des électeurs peu intéressés par la campagne… et peu sollicités par les candidats locaux. Et, a contrario, elle souligne la faible capacité des acteurs politiques locaux à faire campagne et surtout, à peser réellement sur les choix politiques des électeurs brignolais. Le documentaire révèle, en effet, – et c’est là l’un de ses enseignements les plus notables – l’existence d’un contraste saisissant entre la campagne pour les législatives qui, au niveau national, est hyper-médiatisée et celle qui, au niveau local, ne démarre (poussivement) qu’après la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle. On est frappé par l’absence des instruments « classiques » de la mobilisation électorale – tels que le porte-à-porte – à Brignoles et la présence en pointillé des candidats sur le terrain. Dans la ville qui était donnée comme acquise au FN par les sondeurs au début de l’année 2017, le documentaire donne ainsi à voir une campagne en faux plat, qui fait écho à l’apathie politique des citoyens brignolais, là où le spectateur attendait une mobilisation électorale intense et disputée.

Crédit photo : Philippe Aldrin

Philippe Aldrin a enfin évoqué la place des chercheurs dans un projet d’ethnographie filmée. Tout témoignage peut, en effet, s’annoncer complexe en présence de caméras pour beaucoup d’hommes et de femmes politiques. La question a notamment concerné longtemps les militants et sympathisants du FN, « diabolisés » dans le paysage politique français. Mais les auteurs de ce documentaire ont également essuyé de nombreux refus de terrain, dès lors qu’ils proposaient aux citoyens de la ville d’être filmés. Les élus politiques ont, par contre, été davantage disposés à la présence de caméra quand il s’agissait de se faire suivre dans leurs déplacements, rencontres et meetings. Par ailleurs, ce documentaire a été vu par une partie des candidats comme une opportunité de conserver la trace de leur (probable, possible, éventuelle) conquête électorale. Les dernières questions de la salle ont porté sur les prolongements de cette expérience de sociologie politique visuelle deux ans après la fin du tournage, dans un contexte politique marqué, au niveau national, par le mouvement de contestation des Gilets jaunes et des mobilisations nombreuses contre les réformes du président Macron. De fait, le documentaire souligne, de manière anticipée, la rapide transformation (dégradation ?) du climat politique, ainsi que le profond désenchantement des classes populaires et des « petits-moyens » à l’égard de la (classe) politique. Les réalisateurs d’ « Inconnu(e)s dans la 6ème  » envisagent une projection du documentaire à Brignoles per se dans le courant de l’année 2020. On aimerait savoir comment le public et les acteurs de la scène politique locale recevront ce regard inédit sur leur petit « Middletown ».

 

Rémi Carcélès, doctorant en science politique, Sciences Po Aix – CHERPA



Citer ce billet
Rémi Carcélès (2020, 15 septembre). Brignoles, une « Middletown » en Provence. Un Œil sur la Cité. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ujm2

  1. https://www.lames.cnrs.fr/ []
  2. https://lbnc.univ-avignon.fr/ []
  3. Philippe Aldrin, « S’accommoder du politique. Économie et pratiques de l’information politique », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 64, 2003, p. 177- 203 []
  4. https://resinemedia.net/ []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search