La « société civile », comment la saisir ? Focus sur l’approche de Benjamin Schütze, de l’Université de Freiburg.

Entretien avec le Dr. Benjamin Schütze, chercheur et enseignant en politiques de développement à l’Université de Freiburg im Breisgau. L’entretien a été mené en allemand et traduit en français par Philipp Wagner, étudiant en quatrième année du cursus franco-allemand en « sciences politiques appliquées ». Dans cet interview, le Dr. Benjamin Schütze présente ses travaux de recherche sur le concept de « société civile », tel qu’il les a présentés lors du colloque intitulé « Faire de la politique extérieure sans en avoir l’air », qui s’est tenu à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence du 21 au 23 mars 2018. Le Dr. Benjamin Schütze est diplômé de l’École d’études orientales et africaines de Londres. Dans sa thèse de doctorat, il s’est intéressé aux programmes américains et européens de soutien à la démocratie en Jordanie. Il y démontre que l’appui financier et politique apporté aux ONG de la dite « société civile » peut conduire à la consolidation de structures autoritaires du pouvoir, dès lors que les intervenants extérieurs prennent peu en compte les contextes locaux et la diversité – et fragmentation – de la « société civile » locale. En 2019, il publie un ouvrage tiré de sa thèse de doctorat : Promoting Democracy, Reinforcing Authoritarianism: US and European Policy in Jordan (Cambridge University Press).

 

Quelle méthodologie avez-vous utilisée pour rendre compte, au plus près, de la « société civile » en Jordanie que vous avez choisie d’étudier ?

 

Tout d’abord, afin d’obtenir l’accès aux structures de la « société civile » dans un pays tel que la Jordanie, il est important d’élaborer à l’avance un fil rouge, un certain cadre théorique. J’ai alterné entre le travail sur le terrain et les lectures et réflexions analytiques. Pendant ce processus, j’ai modifié progressivement mes hypothèses de travail ainsi que mes questions de recherche. Au total, mes recherches ont duré dix mois, avec un séjour sur le terrain jordanien de huit mois en 2012 et en 2013, puis quelques mois d’approfondissement en Allemagne et encore deux de plus sur le terrain en 2015. En me focalisant sur mes données, j’ai ajusté ma question centrale de départ et orienté celle-ci vers la promotion de la démocratie en Jordanie et le rôle de la « société civile » en tant qu’acteur abstrait. Ce faisant, j’ai pu observer en quoi la « société civile », ou du moins une certaine conception de celle-ci, avait tendance à être intégrée dans les politiques étrangères en tant qu’outil diplomatique. Comme chercheur doctorant, il faut avoir un regard réflexif de son propre rôle : il ne faut pas forcément expliquer sa propre approche aux enquêtés, mais il est important de poser des questions précises et courtes et d’être à l’écoute. En situation d’entretien, il faut rester ouvert à tout ce qui est dit et essayer d’éviter d’encadrer celui-ci de manière trop excessive. La plupart des entretiens étaient très faciles et agréables à réaliser. Tout le monde apprécie d’avoir le sentiment d’être important et de raconter ses problèmes, sa vision. 

 

Qu’est-ce qui vous a conduit à choisir cet objet d’étude ?

 

La construction de mon objet d’enquête est liée à un intérêt de recherche plus général qui porte sur la fabrique des politiques étrangères et leurs effets. Les décalages entre les intentions officielles d’une politique étrangère et les réalités observées sur le terrain sont des éléments qui structurent mes travaux. Dans l’étude de cas, la Jordanie est souvent présentée comme une histoire à succès, un État-modèle doté d’un système plus ou moins démocratique, d’une forme de stabilité politique et de choix de politique extérieure pro-occidentale. C’est la raison pour laquelle elle figure parmi les premiers pays bénéficiaires d’aide à la démocratisation aujourd’hui. Or, dans ces politiques d’aide à la démocratisation, la « société civile » – concept extrêmement controversé et discuté par ailleurs – occupe une place de choix. Mais, au-delà d’un même ensemble de valeurs qu’elles diffusent, ces politiques de promotion de la démocratie participent à la construction d’un véritable marché et constituent, pour les régimes en place, un moyen de consolider leurs structures de pouvoir et de contrôle politique. Je me suis donc intéressé aux effets secondaires indésirables qu’impliquent les projets de promotion de la démocratie. 

 

Quels défis avez-vous rencontré dans la conduite de votre recherche ?

 

Je suis ouvert aux approches ethnographiques, mais je voulais me démarquer de celles qui visent à cacher chaque forme de présupposés du chercheur. Ceci est déjà lié à la création indispensable d’un réseau d’interlocuteurs et de contacts personnels sur place. Il faut donc se poser des questions sur son propre rôle et son positionnement en tant que chercheur dans la configuration d’acteurs composant la « société civile » locale. La « société civile » implique des rapports de force et des jeux de pouvoir entre acteurs, dans lesquels j’étais moi-même pris en tant qu’enquêteur. Aussi, il faut constamment remettre en question les motivations et les buts des interventions extérieures. La promotion extérieure de la démocratie par le biais de la « société civile » peut être un moyen de consolider des structures au sein de l’appareil d’état jordanien, étant donné que les États-Unis préfèrent un système politique jordanien stable à un système en transition. Les acteurs eux-mêmes, c’est-à-dire les promoteurs de la démocratisation sur place, sont souvent idéalistes : ils perçoivent leur engagement comme un moyen qui fait évoluer les choses, comme quelque chose de pertinent. Pourtant, un processus de démocratisation ne produit pas seulement des vainqueurs, mais aussi des perdants. Le discours très largement positif porté sur la « société civile » et ses bienfaits doit donc être remis en cause. Je voulais également ouvrir la boîte noire des politiques étrangères, montrer les ambivalences et les réorientations qu’il peut y avoir entre la formulation d’une politique à Washington et les réalités politiques en Jordanie : les promoteurs des projets de soutien à la « société civile » qualifient les écarts qu’ils constatent entre leurs politiques et les réalités sur le terrain de problèmes de « mise en œuvre ». Pourtant, il n’y a pas de relation causale entre l’intégration de la « société civile » et une démocratisation au concret. Grâce à une approche ethnographique des interactions entre opérateurs de programme et intervenants extérieurs, j’ai démontré que sur le terrain, certains cadrages de la « société civile » peuvent être instrumentalisés pour légitimer les structures autoritaires de pouvoir. D‘une certaine manière, les projets impulsés fonctionnent, mais quels en sont les effets induits ? En fin de compte, on peut vraiment s’interroger sur le but véritable de ces politiques de promotion de la démocratie. 

Philippe Wagner est étudiant en quatrième année du cursus franco-allemand de « sciences politiques appliquées » à Sciences Po Aix et la Albert-Ludwigs-Universität Freiburg


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philipp Wagner (6 mai 2020). La « société civile », comment la saisir ? Focus sur l’approche de Benjamin Schütze, de l’Université de Freiburg. Un Œil sur la Cité. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ujm1


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search