Enquêter au sein des militants sans frontières

Johanna Siméant-Germanos, professeure à l’ENS, (Centre Maurice Halbwachs), a renouvelé le regard porté sur l’engagement militant et les répertoires d’action collective. L’originalité de son approche conceptuelle et méthodologique inspire aujourd’hui bon nombre de recherches, bien au-delà des terrains qu’elle a exploré.

 

La foi comme vecteur d’engagement ?

 

Johanna Siméant-Germanos a fondé un courant de recherche, dont l’une des originalités est de croiser la sociologie des mobilisations et la sociologie de l’engagement militant1. Ses terrains de recherche portent sur l’engagement humanitaire, en particulier sur la génération fondatrice du mouvement “sans-frontiériste” français. En partant du « Pourquoi ? » des mobilisations, elle appréhende les « carrières militantes » de manière processuelle2. Elle  questionne ainsi ce que l’engagement des individus doit aux dispositions qu’ils forgent et dont ils héritent au cours des différentes étapes de leur socialisation. Elle souligne également l’importance de la temporalité dans l’engagement. La prise en compte du temps long l’amène à questionner pourquoi les individus tiennent à la cause qu’elles.ils défendent, leur rapport à l’« institution »3 et  le « façonnage organisationnel des militants »4. Enfin, Johanna Siméant-Germanos accorde une importance centrale à la part affective de l’engagement. Elle questionne la prégnance du religieux dans l’engagement. La lecture croisée de deux articles parus à huit années d’intervalle permet de s’en rendre compte5. En effet, ces deux textes (qui reposent sur des entretiens et des terrains menés entre 1998 et 2002, complétés par des questionnaires sur le rapport et la pratique de la religion en 2002 et 2003) soulignent l’importance de la socialisation catholique dans la vocation humanitaire. La prise en compte de la variable religieuse est d’autant plus significative, que les ONG étudiées (Médecins Sans Frontières, Action Contre la Faim, Médecins du Monde et Handicap International) se revendiquent comme « laïques » et que les convictions religieuses en leur sein sont a minima neutralisées, au pire moquées et invisibilisées. Ainsi, l’approche du fait religieux par Johanna Siméant-Germanos sépare distinctement socialisation religieuse et foi. Pour cette chercheure, la définition de la religion n’est pas réductible à des croyances ni même à une foi mais elle renvoie à des dispositions et des pratiques valorisées et valorisables dans un univers donné, ainsi qu’à un « horizon d’attentes » à actualiser6. Au-delà, Johanna Siméant-Germanos appelle à prendre au sérieux les pratiques du croire et le redéploiement des croyances. 

 

Comment défendre une cause ?

 

Appréhender le militantisme par la socialisation des individus amène à questionner les manières dont ces derniers, aux trajectoires et compétences différenciées, agissent pour une même cause ou une même organisation. La deuxième focale essentielle des recherches de Johanna Siméant-Germanos est donc la réflexion qu’elle mène sur les « répertoires d’action collective »7. Il s’agit, pour elle, de dépasser certaines apories de l’approche en termes de mobilisation des ressources, pas assez attentive aux stratégies concrètes des acteur.e.s au sein d’un mouvement. La pratique de violence sur soi qu’est la grève de la faim, par exemple, (principal mode d’action du groupe très protéiforme qu’est celui des « sans-papiers ») procède d’appropriations plurielles. Elle peut être problématisée par leurs comités de soutien à partir de sémantiques gandhiennes ou compassionnelles, afin d’interpeller – et d’obtenir – une gestion apolitique, cas par cas, des situations des sans-papiers. Mais elle peut aussi être considérée à partir de sémantiques plus violentes ou protestataires, renvoyant alors à d’autres imaginaires – retournant, comme un ultime recours, la violence des États contre soi.

Cette pragmatique des modalités de mobilisation implique, en contrepartie, des choix et des tensions quant aux orientations prises par l’action collective, et quant aux buts de celle-ci, pouvant conduire parfois à des ruptures. Un exemple patent est celui des tensions au sein des ONG humanitaires françaises. Les acteur.e.s impliqués dans ce secteur doivent tenir compte des contraintes du « terrain », des mots d’ordre du siège, et du poids relatif du personnel (bénévoles, salarié.e.s) dans l’organisation. Une même organisation, Médecins Sans Frontières, a ainsi des sections nationales qui développent des modalités d’action très différentes, voire antagoniques, entre urgence et développement, selon leurs terrains d’intervention et leurs sources de financement. Johanna Siméant-Germanos parle de « professionnalisation » des ONG du secteur humanitaire pour traduire l’émergence de nouvelles figures salariées (spécialistes en management ou en droit international) et des évolutions d’orientation déontologique8

C’est à partir de terrains africains que l’auteure renouvelle ses propres questionnements et la sociologie des mobilisations9. Elle démontre qu’on peut « mobiliser sans protester »10 pour obtenir un soutien des autorités étatiques. La protestation peut aussi prendre les traits paradoxaux de l’extraversion, ou bien ceux de la violence émeutière contre l’État et les élites. Il convient ainsi de réinsérer l’action protestataire en faveur d’une cause dans le contexte social qui le façonne, et en pratiques.

De ce point de vue, l’œuvre de Johanna Siméant-Germanos nous rappelle qu’une cause interagit nécessairement avec son environnement : prise dans l’événement, et faisant l’événement, ses acteur.e.s peuvent évoluer, notamment quand leur cause vise à déranger les équilibres en place. C’est là l’apport essentiel de la notion de répertoire d’action collective, quand celle-ci est articulée à l’étude des contextes et « échanges de coups »11: le recours à une statistique, à un discours « expert » ou à la violence, s’inscrit toujours dans un contexte dans lequel des répertoires sont mobilisés, suscitent des alliances, quitte à redéfinir les termes du débat. Les enjeux matériels et symboliques d’une lutte sont indissociables et peuvent contribuer à (re-)définir les contours du juste, du dicible ou du tolérable dans un système politique donné.

 

Comment localiser le terrain de l’international ?12

 

Enfin, l’une des originalités majeures du travail de Johanna Siméant-Germanos réside dans son analyse croisée de l’action collective13 et des phénomènes de transnationalisation14. Elle se positionne notamment face aux tenants de l’approche transnationale des Relations Internationales qui se penche sur le rôle des acteurs non-étatiques. Elle s’attache à déconstruire les modélisations parfois trop simplistes que cette approche développe, en particulier la distinction opérée entre l’international, qui se rapporterait aux relations entre États, et le transnational, qui permettrait de rendre compte des relations que les acteurs non-étatiques tissent entre eux en contournant les États. Au fil de ses travaux sur l’humanitaire, les forums sociaux,  les formes de mobilisation au Mali et, très clairement dans son Guide de l’enquête globale en sciences sociales15, Johanna Siméant-Germanos met en exergue les manques-à-penser des analyses des transnationalistes : une trop grande attention donnée à l’idéologie formulée des acteurs au détriment de l’analyse fine des répertoires d’actions internationaux et l’essentialisation de l’action collective internationale sous la forme d’une « société civile globale », avec les ONG comme têtes de pont, dont l’aspect novateur, une fois historicisé, apparaît finalement plus comme une question de degré que de nature. De plus, elle reproche à ce courant de pensée de ne pas porter suffisamment d’attention aux tensions qui traversent ce champ d’acteurs. En donnant une primauté aux acteurs les moins conflictuels et les plus visibles, leurs analyses tendent à rendre invisibles les acteur.e.s les plus « radicaux.les » – c’est à dire, le plus souvent, ceux qui ne structurent pas leur mouvement autour de références et de modes d’actions considérés comme légitimes dans les arènes internationales, tel que le droit international. Par ailleurs, en postulant une séparation substantielle entre l’international et le transnational, les auteur.e.s mettent de côté les interactions structurantes entre ONG et organisations étatiques, particulièrement visibles pourtant à travers les formes de participation des ONG à la division internationale de la production de l’action publique.

Ainsi, on peut lire l’œuvre de Johanna Siméant-Germanos comme une invitation à l’adresse des sociologues et politistes à se saisir de l’international. L’auteure insiste sur l’absence de spécificité ontologique de celui-ci : l’international n’est pas une dimension dans laquelle les phénomènes sociaux sont substantiellement différents de ceux qui se déroulent dans un contexte « national » ; si différence il y a, elle s’observe en termes de degrés et d’amplitudes qu’il convient d’investiguer. Les travaux de Johanna Siméant-Germanos peuvent donc constituer une sorte de « boîte à outils », un ensemble de ficelles, qui permettent de se départir d’une vision réifiante de l’action collective et des ONG. Toute ONG est une organisation qui implique qu’on y observe des formes de division du travail : dans l’humanitaire, cette division « internationale » du travail s’organise en fonction des dotations différenciées en capitaux internationaux. La capacité à s’expatrier (connaissance des langues, disponibilité familiale, …) et la maîtrise de compétences associées aux activités de « plaidoyer », par exemple, sont particulièrement valorisées. Introduire dans l’analyse la dimension compétitive du rapport aux bailleurs de fonds permet aussi de poursuivre la déconstruction du mythe d’une « société civile globale ». 

En d’autres termes, les travaux de Johanna Siméant-Germanos invitent à localiser le terrain de l’international, à privilégier les “petits mondes” qui sont à la fois traversés par des logiques locales et connectés à des dynamiques transnationales, à partir de stratégies d’enquêtes ethnographiques multisituées. Johanna Siméant-Germanos  a utilisé cette stratégie d’enquête lors de trois terrains au sein de missions menées avec MSF au Mali, au Liberia puis en Guinée Conakry. Attentive aux jeux d’échelles, elle permet de rendre visibles des pratiques qui ne ressortent pas forcément en entretien et d’observer le transnational dans une perspective interactionniste16. Enfin, l’autre méthodologie de recherche privilégiée par Johanna Siméant-Germanos pour saisir les « lieux de l’international » et investir les « nœuds » que sont les forums internationaux17, est la recherche en équipe, qui permet de travailler de manière systématique le rapport des individus aux institutions, aux répertoires d’action et aux autres récits de l’activisme international, dans une approche mixte, à la fois quantitative et qualitative, à l’aide de questionnaires et d’observations. Telle que pratiquée par Johanna Siméant-Germanos, cette recherche en équipe s’inscrit en plein dans son plaidoyer appuyé en faveur d’une « forme d’artisanat de luxe dans les sciences sociales », qui viendrait s’opposer à la figure du.de la « chercheur.e entrepreneur.e ». 

Par Riadh Amine Ben Mami, Théotime Chabre et Lucas Faure, doctorants en science politique , Sciences Po Aix – CHERPA

 

  1. Une approche qui se trouve explicitée, voire revendiquée dans l’article coécrit avec Frédéric Sawicki, 2009, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant, Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, Paris. []
  2. Entendues ici comme l’enchaînement des différentes phases qui caractérisent le parcours de vie et les cheminements d’engagements des individus étudiés. Nous renvoyons aux textes d’Olivier Fillieule, « Devenir militant », Revue Française de Science Politique, 51-1, 2001, ainsi qu’à « carrière militante », in Cécile Péchu, Lilian Mathieu et Olivier Fillieule (dir.), 2009, Dictionnaire des mouvements sociaux, Presses de Science Po. []
  3. Jacques Lagroye et Johanna Siméant, 2003, « Gouvernement des humains et légitimation des institutions », dans Pierre Fabre et al., Être gouverné. Études en l’honneur de Jean Leca. Paris. Presses de Sciences Po. []
  4. Frédéric Sawicki et Johanna Siméant, 2009, Décloisonner la sociologie de l’engagement militant, Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français. Op. cit. []
  5. Cf. « Entrer, rester en humanitaire : des fondateurs de MSF aux membres actuels des ONG médicales françaises », Revue française de science politique, 51-1, 2001, ainsi que « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », Le Mouvement Social, 227-2, 2009 []
  6. Siméant Johanna, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », Le Mouvement Social, 227- 2, 2009 []
  7. Pour ce concept, attentif aux bricolages militants d’acteur.e.s pris dans leurs contextes, voir notamment Charles Tilly, « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », XXème siècle, no. 4, 1984 []
  8. Voir 2001, « Urgence et développement, professionnalisation et militantisme dans l’humanitaire », Mots, no. 65, dossier « L’Humanitaire en discours », sous la direction de Pascal Dauvin et Johanna Siméant, p. 28-50 ; Voir Siméant, Johanna, et Dauvin, Pascal. 2002. Le travail humanitaire. Presses de Sciences Po et l’introduction de Johanna Siméant, et Pascal Dauvin. 2004. O.N.G. et humanitaire. L’Harmattan []
  9. Cf. « Protester/mobiliser/ne pas consentir. Sur quelques avatars de la sociologie des mobilisations appliquée au continent africain », Revue internationale de politique comparée, 20, p. 125-143, 2013 []
  10. Cf. l’ouvrage tiré de la thèse d’Emmanuelle Bouilly, 2019, Du couscous et des meetings contre l’émigration clandestine. Mobiliser sans protester au Sénégal, Dalloz Nouvelle Bibliothèque de Thèses. []
  11. Cette notion, au confluent de l’interactionnisme stratégique de Thomas Schelling et de la sociologie des crises politiques de Michel Dobry, intervient régulièrement dans les développements de Johanna Siméant-Germanos. Sur cette notion et les interactions stratégiques, voir Michel Dobry, 2009 (1988), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Presses de Sciences Po. []
  12. Johanna Siméant, 2012, « Localiser le terrain de l’international », Politix, n° 100, p. 145 []
  13. Johanna Siméant, 2010, « 6. La transnationalisation de l’action collective », In Penser les mouvements sociaux : conflits sociaux et contestation dans les sociétés contemporaines, édité par Olivier Fillieule, Eric Agrikoliansky, et Isabelle Sommier, Recherches, Paris : La Découverte. []
  14. L’effort impulsé par Johanna Siméant pour construire une « sociologie politique de l’international », reconnue comme courant disciplinaire à part entière, s’inscrit dans une tradition française qui s’appuie sur les travaux de Raymond Aron publiés dans les années 1960, puis des auteurs comme Yves Dezalay dans les années 1990. Cette tradition française vise à apporter une contribution critique à la discipline majoritairement anglo-saxonne des Relations Internationales, en profitant notamment des apports du « tournant constructiviste », qui a rendu celle-ci plus réceptive aux sciences sociales. Dario Battistella, Jérémie Cornut, et Élie Baranets. 2019. « Chapitre 3. L’évolution de la discipline des Relations internationales ». In Théories des relations internationales, Paris: Presses de Sciences Po, p. 79-116. []
  15. Éd. CNRS, 2015, Siméant, Johanna, Guide de l’enquête globale en sciences sociales []
  16. Johanna Siméant-Germanos s’appuie notamment sur le rapport entre expatriés et employés locaux. []
  17. Ces arènes sont un point d’accès précieux pour interroger la prégnance du national, ou du régional, dans les interactions, notamment en renseignant les rapports sud-nord et sud-sud. Elles sont propices à une étude interactionniste du champ des mobilisations internationales. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
COLLECTIF (17 septembre 2020). Enquêter au sein des militants sans frontières. Un Œil sur la Cité. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ujmb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search