Brésil, quand les spectres du passé resurgissent

Crédit illustration : gilprata, de Pixabay

Jair Bolsonaro a été élu Président du Brésil en octobre 2018 à la surprise générale. Dès ses premières mesures des mouvements issus de la société civile se sont inquiétés des atteintes aux libertés publiques et au régime démocratique, de manière plus générale.
Analyse de Camille Goirand, chercheure à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine et auteure de “Le parti des travailleurs au Brésil” (Karthala Sciences Po Aix, 2019).

Quelles analyses faites-vous de l’élection de Jair Bolsonaro à la Présidence du Brésil en octobre 2018 ? En France, cette élection a été décrite comme un tournant préfigurant un retour à des formes d’autoritarisme militaire. Qu’en pensez-vous ?

La victoire électorale de J. Bolsonaro n’a pas constitué une réelle surprise au Brésil. Il a été élu après deux ans, voire trois ans, de crise politique extrêmement grave. Trois années de crispation progressive. Trois années pendant lesquelles l’armée a été de plus en plus visible sur le devant de la scène politique, alors que les militaires s’en étaient retirés au moment de la transition démocratique et que depuis 1999, le ministère de la Défense était occupé par un responsable civil. J. Bolsonaro s’entoure de militaires depuis son accession à la Présidence : à ses côtés, on trouve ainsi un Général des armées à la retraite au poste de vice-président, tout comme au poste de chef de cabinet de la sécurité (qui dirige aussi l’agence brésilienne du renseignement). Et, de nouveau, un Général des armées occupe le poste de ministre de la Défense. Au-delà de la seule composition du gouvernement, un militaire a aussi pris la direction de la FUNAI, la Fondation nationale de l’Indien, chargée des politiques relatives aux indigènes et, plus précisément, de la délimitation du foncier. Dès lors, il est à craindre que le gouvernement laisse faire les pratiques d’accaparement de terres portées par des intérêts privés, telles que les entreprises d’exploitations minières.

Comment le Parti des travailleurs et la gauche brésilienne se portent-ils dans le contexte de condamnation judiciaire de l’ancien Président Lula (à 10 ans d’emprisonnement) en juillet 2017 et de défaite électorale en octobre 2018 ?

Il s’agit là d’une question à laquelle je ne peux répondre qu’en émettant une réserve : j’ai arrêté mes recherches de terrain sur le Parti des travailleurs avant les élections de 2018 ; l’actualisation de mes connaissances repose donc davantage sur un suivi de l’actualité à distance que sur la réalisation de nouvelles enquêtes ethnographiques.

Au début de la crise politique, quelques temps avant la destitution de la Présidente Dilma Roussef en août 2016, on a pu observer une très forte mobilisation au sein du PT. Plus tard, début 2018, les cadres et militants du parti ont multiplié les prises de paroles publiques en faveur de la candidature de Lula aux élections présidentielles en dépit de sa condamnation judiciaire. Ceux-ci se sont vraiment investis dans la campagne électorale, en cherchant à construire des alliances avec différentes organisations de gauche, à susciter des mobilisations, mais aussi à médiatiser les enjeux de l’élection à l’extérieur du pays. Mais, à compter de l’incarcération de Lula en avril 2018, les mobilisations de soutien se sont affaiblies. Je pense qu’une partie de la gauche, notamment au sein du Parti des travailleurs, n’a pas immédiatement perçu jusqu’où pourrait aller la droite. Du coup, la mise en détention de Lula a porté un énorme coup au moral des forces de gauche. Les militants et sympathisants du PT ont ressenti à la fois de l’effroi et du découragement, sans compter que les méthodes répressives de la police fédérale ont réactivé, chez nombre d’entre eux, une mémoire traumatique du passé autoritaire (tortures, arrestations, contrôles d’identité, surveillance, etc.). Il faut dire que les années 1990 et 2000 de consolidation démocratique leur avaient laissé penser qu’ils avaient définitivement tourné la page du régime de l’arbitraire et des violences policières et que désormais les droits humains pouvaient être respectés par les autorités politiques. La confrontation avec les réalités du quotidien a donc été particulièrement difficile à vivre pour eux ; d’où, leur abattement dans ces circonstances. Toutefois, les mobilisations populaires sur la gauche de l’échiquier politique ont connu un sursaut durant la campagne électorale, notamment durant les deux dernières semaines. Finalement, le candidat désigné du PT, Fernando Haddad, a obtenu 47 % des voix au second tour, ce qui n’est pas un mauvais score étant donné qu’il n’était pas très connu du public, à l’exception des milieux militants et de l’électorat de São Paulo. Malgré tout, je pense que les gauches brésiliennes ne se sont pas encore remises de l’élection et se retrouvent dépourvues face au tournant autoritaire qu’elles n’avaient pas anticipé.

Dans quelle mesure la démocratie brésilienne est-elle en danger ?

Certains collègues universitaires sont très inquiets, par exemple ceux qui ont participé au processus de justice transitionnelle et à l’identification des responsabilités des gradés de l’armée accusés de violations des droits humains durant la période de la dictature militaire (1946-1988) au sein de la Commission nationale de la vérité, entre 2012 et 2014. Au moment des élections, certains collègues universitaires ont été placés en garde à vue, notamment le Doyen de la faculté de droit de l’Université fédérale Fluminense, pour “propagande politique”. Autant dire qu’aujourd’hui, dans les milieux universitaires, beaucoup ne se sentent pas totalement à l’abri.

Jair Bolsonaro incarne une extrême droite différente de celle que l’on connaît en Europe, assez éloignée du Front national (désormais Rassemblement national) : c’est une droite enracinée dans l’histoire contemporaine du pays et dans l’expérience et les configurations du gouvernement militaire, qui a été marquée par des collaborations fortes entre la haute magistrature et les militaires de gouvernement. Et on observe que cette alliance est aujourd’hui réactualisée. Par exemple, l’incarcération de Lula a été menée sous prétexte de corruption. Elle a reposé sur des prises de position politiques des juges et des décisions judiciaires qui sont motivées par un positionnement partisan et marquées par des irrégularités dans les procédures judiciaires.

Entretien réalisé par Clément Lienard.

Clément Lienard, Master 2 “Politiques Européennes & Actions Transnationales”, Sciences Po Aix

Pour citer cet article : clementlienard, Brésil, quand les spectres du passé resurgissent, Un Œil sur la Cité, 16/09/2020, https://spx.hypotheses.org/1325


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search