Un chercheur syrien en Provence

Crédits illustrations : Wissam Alnasser

Wissam Alnasser est titulaire d’un doctorat en sciences de la communication obtenu en 2017 auprès de Sciences Po Aix. Ses travaux de recherche ont porté sur « Les usages politiques de Facebook : cadre d’injustice et logiques de mobilisation : le cas de la page The Syrian Revolution 2011 ». Désormais associé au CHERPA (Croyance, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administrative), il nous parle de son parcours, de sa découverte de la recherche ethnographique en France, de son pays, la Syrie, en “révolution” et de ses perspectives postdoctorales.

Pourquoi avoir choisi de devenir chercheur. Est-ce une vocation ?

Je suis né avec un journal dans les mains. Depuis l’âge de quinze ans, je m’intéresse à la politique, c’est vraiment mon centre d’intérêt principal. Et c’est en ce sens que j’ai intégré un parcours de science politique en 2000, qui dépendait de l’université de Damas – c’était le seul du genre en Syrie. J’ai obtenu ma maîtrise et un diplôme en relations internationales cinq ans plus tard. Peu après, j’ai eu envie d’approfondir mes études ; j’étais particulièrement intéressé par les sujets concernant la presse – notamment, la presse écrite. Dans le même temps, j’ai eu la chance d’être classé parmi les trois premiers de la Faculté et ainsi, d’obtenir une Mention m’offrant l’opportunité d’être nommé « assistant » au sein du parcours de science politique de l’Université de Damas – c’est presque l’équivalent d’un ATER (Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche) en France. Une fois nommé, j’ai obtenu une bourse d’études pour continuer en Master puis, potentiellement, en thèse. Pour moi, cela signifiait que le champ des possibles s’ouvrait, car avec une bourse, je pouvais envisager de poursuivre mes études à l’étranger, de choisir et de voir des portes s’ouvrir. On m’a offert trois possibilités de départ : l’Égypte, la Serbie et la France. En toute logique, j’ai refusé les deux premiers pour choisir la France. Ce n’était pourtant pas de tout repos, car je n’étais pas francophone. J’ai commencé à apprendre la grammaire française durant sept mois à Damas quand j’ai appris que ma candidature à Aix-en-Provence avait été retenue. Puis, j’ai continué durant deux ou trois mois de manière intensive à mon arrivée en France et ensuite, je me suis inscrit en Master « Politiques comparées » à Sciences Po Aix. J’y ai réalisé un travail de recherche sur le traitement de l’assassinat de Rafik Hariri, l’ancien Premier Ministre libanais, (NB : le 14 février 2005 à Beyrouth), par la presse syrienne en mêlant méthodologie qualitative et quantitative. C’est ensuite que m’est venue l’envie de continuer vers une thèse portant sur la presse électronique, parce qu’à l’époque et avec l’arrivée de Bachar Al-Assad en Syrie, le régime donnait l’impression de laisser une certaine liberté d’expression dans le pays. Grâce à ce type de promesses, la population – et notamment, parmi elle, les intellectuels et les journalistes – s’est saisi des médias qui prenaient une importance grandissante. Personnellement, je voulais vraiment étudier cette émergence et leur influence sur les opinions publiques. Allait-elle permettre une ouverture du pays, en particulier de son régime ? Ainsi, fin 2010, je m’inscris en thèse sur le sujet suivant : « L’espace public en Syrie : quel rôle pour la presse électronique ?.

Pouvez-vous revenir sur votre parcours de doctorant ? Comment avez-vous mené votre enquête et quelles ont-été les principales difficultés pour vous ?

J’avais à peine commencé à travailler le sujet de ma thèse que l’heure des « révolutions arabes » sonnait. J’ai eu peur que les mobilisations populaires changent la donne politique dans la région au point d’être dans l’obligation de changer de sujet, tant celui-ci devenait obsolète à mes yeux. Car la presse électronique ne paraissait plus d’actualité, elle se faisait dépasser par les réseaux sociaux numériques. Donc, j’ai commencé à suivre très minutieusement ce qui se passait en Tunisie, en Égypte et puis, dans mon pays la Syrie, sur les réseaux sociaux. Cela m’a conduit à modifier mon sujet au fur et à mesure, et j’en ai discuté avec mon directeur de thèse, Guy Drouot (NB : Professeur en science de l’information et de la communication), aujourd’hui à la retraite, ainsi qu’avec Philippe Aldrin, alors Directeur du laboratoire de recherche de Sciences Po Aix (le CHERPA) et Professeur de science politique. Ces échanges, ainsi que d’autres, m’ont été très utiles et m’ont aidé à affiner ma réflexion. Dès le départ donc, ma difficulté a été de délimiter les contours de ma recherche. Les réseaux sociaux numériques connaissaient une véritable explosion en Syrie, je ne savais pas si je devais me concentrer sur un réseau ou plusieurs, à quel titre, quoi y regarder, etc. Fallait-il, par exemple, que je sois attentif au positionnement sur la « toile » des défenseurs du régime ou que je m’intéresse davantage aux usages des réseaux sociaux par les « rebelles » ? La guerre que les deux camps se livrait était aussi une guerre de l’information. J’ai finalement choisi de m’intéresser aux réseaux de « l’opposition » et à leur présence sur le net, en étudiant en priorité une page Facebook qui s’appelait, à l’époque, « The Syrian Revolution against Bachar al-Assad ». Partant de là, j’ai essayé d’analyser l’usage politique de Facebook : comment un réseau social numérique est-il investi par ses militants, par quels moyens et avec quels outils ? Mes enquêtes m’ont conduit à montrer comment un réseau est ainsi propice à des actions concrètes de mobilisation.

Vous avez vécu les débuts de la « révolution » syrienne de près. J’imagine que vous aviez vos propres idées et engagements. Comment avez-vous concilié le rôle de chercheur avec celui d’activiste militant ?

J’étais militant effectivement, mais sur une autre page Facebook que celle que j’ai analysée comme objet de recherche ; donc, j’étais à la fois « chercheur » et « participant » aux mobilisations. Au départ, c’était vraiment extraordinaire, car j’avais un accès sans limite à toutes les données, à tous les échanges. Mais, au fil du temps, moi-même, j’ai oublié que j’étais chercheur, car je militais pour une cause. Il ne m’était pas facile de garder une distance critique. C’est pour cela aussi que j’ai tardé à publier mes recherches. J’avais besoin de retrouver un peu de calme, de sérénité, et j’ai encore besoin de prise de recul, je pense.

Pour revenir à votre parcours, pouvez-vous nous dire ce que vous retenez de votre formation à Sciences Po Aix et passage au sein du laboratoire du CHERPA ?

C’est à l’IEP et au CHERPA que m’est venue cette envie d’aller sur le terrain, de faire des entretiens, de participer. À mes yeux, mes études à Sciences Po Aix et, surtout, mon arrivée à Aix, m’ont offert une grande opportunité d’échanges avec des chercheurs qui travaillent sur le monde arabe. Je pense notamment à François Burgat, Myriam Catusse et Elisabeth Picard à l’IREMAM, mais aussi à Mohamed Tozy et Aude Signoles au CHERPA. Ces chercheurs qui connaissent bien le monde arabe et qui ont fait des recherches considérables à ce propos m’ont apporté énormément. Mais étudier à Sciences Po m’a aussi ouvert des opportunités d’échanges avec d’autres jeunes chercheurs européens qui, comme moi, travaillaient sur le monde arabe ; que ce soit sur l’Algérie, la Syrie, le Liban, le Yémen, etc. Certains parmi eux ont, tout comme moi, soutenu leurs thèses et travaillent à présent dans des centres de recherche sur place. Donc, pour moi, Sciences Po Aix a vraiment constitué des opportunités de rencontres extraordinaires. Cela m’a aussi permis de m’ouvrir à d’autres champs et thématiques de recherche, car en Syrie, j’avais surtout étudié certaines doctrines d’Europe de l’Est et la théorie des relations internationales, principalement les théories américaines. Du coup, quand je suis entré à Sciences Po Aix, je ne connaissais pas les classiques de la sociologie, tels Bourdieu, ni la sociologie politique. Il faut dire aussi que le processus de traduction des œuvres françaises en sociologie n’est pas très abouti en Syrie. Sur le plan de la méthodologie, je n’avais pas été formé aux techniques d’enquête qualitative, qui privilégient une approche du terrain ethnographique. C’est à Sciences Po Aix et au CHERPA que m’est venue cette envie d’aller sur le terrain, de faire des entretiens ; cela m’a beaucoup aidé pour construire mon sujet à travers l’observation. Ça, je l’ai vraiment appris ici. Je suis passé d’un chercheur de bureau à un chercheur de terrain qui observe et fait parler ses données.

Et aujourd’hui, comment vous définiriez-vous en tant que chercheur ? Quelle place le savant doit-il avoir dans la cité, selon vous ?

À mon avis il faut s’engager et faire sortir ce que les chercheurs ont en tête pour créer l’interaction. Je ne vois pas l’intérêt pour un chercheur de rester enfermé dans son laboratoire et de produire des articles uniquement pour ses pairs. Pour moi, le chercheur doit participer aux débats de société de manière claire. Un chercheur enfermé dans son laboratoire est condamné à mourir dans son laboratoire ; ses recherches vont mourir avec lui entre quatre murs. Je prends pour exemple les thèses : on met parfois huit, voire neuf années, pour les réaliser ; on en tire quelques publications dans des revues scientifiques qui sont consultées par quelques collègues universitaires ou étudiants ; et puis, point final. Les thèses sont trop peu valorisées, c’est dommage. Un chercheur sans implication, sans interaction avec ce qui se passe autour de lui, se retrouve isolé. Les chercheurs qui hésitent à divulguer et publier leurs recherches et leur savoir-faire dans les journaux, moi je trouve cela dommage. J’ai envie de dire « pourquoi pas ? » à la présence de chercheurs dans la presse. C’est un risque, je suis d’accord, mais on peut garder l’aspect scientifique avec un lexique et des mots simples, pour qu’autrui nous comprenne. Il y a d’ailleurs des chercheurs qui sont doués pour le faire, les exemples ne manquent pas en la matière. À mon avis, il faut s’engager et faire sortir la recherche hors des murs de l’université. Il me parait intéressant d’ouvrir grand les portes de l’université au public de temps en temps, afin de partager les savoirs.

De fait, vous avez écrit des articles sur les Gilets Jaunes dans la presse arabe au moment des mobilisations en France. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Mobilisation de Gilets Jaunes à La Barque. 
Photo : W. Alnasser
Mobilisation de Gilets Jaunes à La Barque 

J’ai effectivement écrit plusieurs articles, en arabe, sur le mouvement des Gilets Jaunes en France. Le premier est plutôt un reportage dans lequel je décris ce qui se passe dans un barrage du matin jusqu’au soir et comment les gens se mobilisent. Il a été publié dans le journal Nouvel Arabe situé à Londres – en version électronique et en version papier. Les autres ont été publiés dans le même journal et dans un journal électronique au Maroc. En fait, l’idée était d’offrir aux lecteurs arabophones l’opportunité de suivre la mobilisation des gilets jaunes. Je me suis donc rendu à La Barque à côté d’Aix avec mon gilet jaune et je me suis présenté comme soutien à la cause tant que la mobilisation resterait pacifique. Et là, après plusieurs jours, j’ai rapporté ce qui se passait sur ces barrages pour décrire surtout qui étaient les gens mobilisés. Dans mon article, j’ai insisté sur l’idée qu’à la Barque et, plus largement, en Provence, les manifestants sont restés véritablement calmes pendant quatre semaines, il n’y a eu aucun incident. Le rédacteur en chef du Nouvel Arabe m’a dit tout l’intérêt qu’il y avait à parler de mobilisations sociales et politiques qui avaient lieu en dehors du monde arabe. Quant aux autres articles, ils ont porté sur le manque de confiance entre les gouvernés et les gouvernants en France : comment cette crise de confiance peut être radicale, avec souvent, l’emploi de mots-slogans très forts de la part des manifestants, qui traduisent des formes de défiance : « On nous prend de haut », « On ne pense pas à nous », « Ils sont menteurs », « Ils nous volent ». Je voulais soulever ce fossé existant, d’autant plus que dans le même temps, au sein des Gilets Jaunes, j’ai observé des formes de socialisation inédites autour des espaces publics qu’ils faisaient leur. Il y a certaines personnes à la Barque qui m’ont dit : « Moi, je me sentais seul avant et ici, il y a des gens comme moi, c’est incroyable ! ». Il y avait beaucoup de formes d’entraide sur les barrages alors que jusque-là, la plupart des gens vivaient renfermés sur eux-mêmes. Et c’est vrai, quand on travaille minimum sept ou huit heures par jour, on s’installe dans une routine qui fait qu’on n’a pas vraiment le temps d’aller vers les autres, ni vraiment envie de sortir de chez soi pour les autres. Et donc, trouver des gens qui expérimentent les mêmes problèmes du quotidien que soi permet à tout un chacun de se rapprocher des autres. Il y a une confiance qui se crée et l’expression de forts liens forts de solidarité.

Pour finir, quelles différences fortes voyez-vous dans le recours aux réseaux sociaux chez les Gilets Jaunes en France et les opposants au régime de Bachar el-Assad en Syrie ?

La comparaison est intéressante à établir, car en Syrie, des pages « communautés » ont été directement ouvertes à tout le monde dès les premières heures des mobilisations populaires, mais celles-ci étaient régies par un administrateur qui était alors le seul autorisé à y publier. Or, en France, il en est allé tout autrement. Des groupes locaux ont été constitués sur Facebook, en Provence, en Bretagne, à Strasbourg etc. Dans chaque région, il y avait des dizaines et des dizaines de groupes, mais c’était des groupes « fermés » : autrement dit, la discussion ne pouvait avoir lieu qu’en interne. Quand les mobilisations ont commencé à s’étendre, plusieurs groupes ont fusionné pour former un nouveau groupe plus vaste, mais toujours « fermé ». Ce n’est qu’ensuite qu’une page Facebook des Gilets Jaunes a été « ouverte » à la discussion publique. En Syrie, c’était différent car la dictature imposait, en quelque sorte, à chaque groupe fermé de ne regrouper que des individus de son réseau de connaissance, des personnes de confiance. Ici, en France, les Gilets Jaunes me parlaient souvent de la surveillance du gouvernement sur les réseaux sociaux mais comparé à la Syrie, ce n’est rien. En Syrie, quand quelqu’un était repéré sur Facebook, il était immédiatement emprisonné ou bien il disparaissait du jour au lendemain. Les groupes « fermés » étaient donc constitués de personnes de confiance qui se mobilisaient pour collecter des informations sur l’actualité du moment et les partager entre eux. La plupart des usagers publiaient sous de fausses identités, alors qu’en France, les gens utilisaient leur vrai nom.

Pour aller plus loin : voir Wissam Alnasser, « La mobilisation d’information sur Facebook, vers un média collaboratif ? Étude de cas de la Syrie de 2011 », Cahier de la SFSIC, n°15, 2018.

Clément Lienard, Master 2 “Politiques Européennes & Actions Transnationales”, Sciences Po Aix

Pour citer cet article : clementlienard, Un chercheur syrien en Provence, Un Œil sur la Cité, 16/09/2020, https://spx.hypotheses.org/1100


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search