Expertise et Recherche : un mariage de raison(s) ?

Rencontre avec Lamia Zaki, consultante pour la Banque Mondiale

Lamia Zaki

« Les sciences sociales au travail » donne la parole à des professionnels ayant suivi une formation longue en sciences sociales. Elle se propose d’analyser les rapports d’ambivalence, de proximité et de distanciation critique que cette formation à la recherche introduit dans leurs pratiques quotidiennes et la perception de leur propre champ professionnel (journalisme, humanitaire, politique, expertise, etc.). Rencontre avec Lamia Zaki, consultante pour la Banque Mondiale.

Formée à Sciences Po Paris, Lamia Zaki est l’auteure d’une thèse sur les mobilisations politiques de bidonvillois à Casablanca, soutenue en 2005 et plusieurs fois récompensée.

Si l’enquête de terrain a représenté pour elle une expérience fondatrice, la temporalité bien particulière du travail de thèse en a fait néanmoins un exercice solitaire et incertain. Son passage à Harvard lui a offert une distanciation salvatrice avec son terrain. Elle en a profité pour rédiger sa thèse et se confronter à l’épreuve de l’écriture en des sciences sociales, exercice codifié qu’elle apprend par la lecture mais aussi en cultivant son goût pour le récit et une approche anthropologique.

Devenue Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) à Sciences Po Aix après sa soutenance, elle entame un parcours de chercheure à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) de Tunis, puis à l’Université de Georgetown à Washington. A l’heure de briguer un poste d’enseignante-chercheuse, des doutes lui font envisager une voie alternative. Outre des motifs personnels, ceux-ci tiennent en partie à des interrogations propres au statut du chercheur, parfois renvoyé par ses enquêtés à sa posture d’observateur désengagé (« Tu critiques beaucoup, mais qu’est-ce-que tu ferais à notre place ? »).

Recrutée en 2011 comme consultante par la Banque Mondiale, elle fait valoir sa connaissance du terrain maghrébin et des enjeux urbains, ses compétences d’analyse et d’écriture. Si certains savoir-faire sont transférables, le passage du champ des sciences sociales à celui de l’expertise pour des bailleurs de fonds implique de s’adapter à des pratiques professionnelles et à un rapport à la production et aux finalités du savoir radicalement différents.

Entres autres, la préférence donnée aux méthodes quantitatives, la technicité des analyses, la prévalence de certains consensus en matière économique et de « gouvernance » ou encore le recours à un mode d’écriture collective et standardisée sont autant de différences avec les pratiques des sciences sociales dans le champ académique.

Sans occulter les contraintes institutionnelles dans le consulting, Lamia Zaki souligne les apports de la pratique de l’interdisciplinarité. Les méthodes de travail y impliquent certes des rapports plus distants et superficiels avec les enquêtés, mais ce métier lui offre aussi une grande diversité d’objets et de terrains.

Le métier de consultant, marqué par l’absence de maîtrise de l’agenda de travail et par la précarité de statut éloigne en théorie celui-ci de la figure idéal-typique du chercheur, indépendant dans le choix de ses objets, méthodes, et dans ses prises de positions. Lamia Zaki montre néanmoins que les antagonismes entre les deux champs sont plus nuancés qu’il ne paraît.

Alice Baudy, doctorante en science politique, Sciences Po Aix – CHERPA

Pour citer cet article : Alice Baudy, Expertise et Recherche : un mariage de raison(s) ?, Un Œil sur la Cité, 17/09/2020, https://spx.hypotheses.org/104


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search